John Blair : « Anglo-Saxon Settlements and Buildings in a Continental Perspective » (14/02)

John Blair, de l’université d’Oxford, présentera sa communication « Anglo-Saxon Settlements and Buildings in a Continental Perspective » le jeudi 14 février 2019 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Jusqu’à une époque récente, les traces d’habitats ruraux anglo-saxons étaient avant tout datés de la période antérieure à 600 ap. J.-C. Au cours des deux dernières décennies toutefois, de nombreuses fouilles de sites datant du VIIe au XIe siècle ont eu lieu, et il devient possible d’établir des typologies cohérentes et des séquences chronologiques, à la fois pour les habitats et pour les bâtiments individuels. Cette communication place l’image émergente d’une culture de la construction en bois en Angleterre dans le contexte des développements en Scandinavie, dans les Pays-Bas et dans la France du Nord, soulignant à la fois des similarités et des différences frappantes.

Discutante : Elisabeth Lorans, Université de Tours.

John Blair est professeur d’histoire médiévale et d’archéologie à l’Université d’Oxford et Fellow in History au Queen’s College, Oxford. Ses travaux portent sur les sites d’habitat, les constructions, la culture matérielle et la société de la Grande-Bretagne et de l’Europe au haut Moyen Âge. Ses publications incluent The Church in Anglo-Saxon Society (2005) et Building Anglo-Saxon England (2018).

La conférence aura lieu en anglais. Entrée libre. Pour tout renseignement complémentaire : frederique.lachaud@sorbonne-universite.fr

Rémy Ambühl : « Ethique et politique de la reddition: trahison, procès et récriminations dans les années 1370 » (15/11)

Rémy Ambühl, de l’Université de Southampton, présentera sa communication « Ethique et politique de la reddition: trahison, procès et récriminations dans les années 1370 » le jeudi 15 novembre de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

L’intervention portera sur le contexte et les enjeux du procès exceptionnel de deux capitaines au service de la couronne d’Angleterre, accusés d’avoir livré illicitement aux Français deux forteresses se situant aux marches de Calais, en 1377. Ce procès offre un point de vue original et détaillé sur le droit de la guerre et sa mise en vigueur à cette époque. Par ailleurs, ces poursuites, qui se déroulent devant le parlement anglais, aux yeux de la communauté du royaume, dénoncent leur dimension politique qu’il s’agira ici de mettre en lumière.


Rémy Ambühl est senior lecturer à l’Université de Southampton. Sa recherche a initialement porté sur la monarchie française, avant de se concentrer sur la question des prisonniers de guerre pendant la guerre de Cent Ans. Plus récemment, il s’est intéressé à la reddition de villes et forteresses au XVe siècle. Il est notamment l’auteur de Agincourt in Context: War on Land and Sea, Londres, Routledge, 2018 (avec C. Lambert), de Prisoners of War in the Hundred Years War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 et de Le Séjour du futur Louis XI dans les pays de Philippe le Bon (1456-61), Genappe, 2002.

Frédérique Lachaud : « Jean sans Terre (1166-1216) : écrire la biographie d’un tyran médiéval. Autour d’un livre récent » (08/11)

Frédérique Lachaud, de Sorbonne Université Lettres, présentera sa communication « Jean sans Terre (1166-1216) : écrire la biographie d’un tyran médiéval. Autour d’un livre récent », le jeudi 8 novembre de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.


 Résumé :

“Traître à son frère Richard Coeur de Lion, incapable, face à Philippe Auguste, de conserver les terres de la dynastie Plantagenêt en France, Jean sans Terre fut également accusé d’opprimer les populations sous sa domination, et finit par coaliser contre lui les barons anglais, qui lui imposèrent, en 1215, la « Grande Charte » des libertés. Le jugement des chroniqueurs contemporains de Jean comme de la plupart des historiens modernes est sans appel, qu’il s’agisse des actions de ce roi dénoncé comme tyran, ou de sa personnalité. Sans vouloir proposer une quelconque réhabilitation de Jean, on peut malgré tout tenter de déconstruire le portrait qu’en tracèrent les chroniqueurs, et souligner l’ampleur des difficultés créées par une accession au trône difficile.”
Frédérique Lachaud, Jean sans Terre, Paris, Perrin, 2018.

David Carpenter : “Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective” (12/04)

Professeur David Carpenter, de King’s College (Londres), présentera sa communication “Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective”, le jeudi 12 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Résumé :

La communication de David Carpenter jette une lumière nouvelle sur les négociations qui menèrent au Traité de Paris de 1259. En particulier, il montre que la perception que Louis IX avait de la révolution politique anglaise eut un impact sur les négociations et sur la forme des documents ratifiés au moment du traité. Saint Louis apparaît ici comme un politicien résolu. Pour illustrer cette communication, David Carpenter montrera des images de tous les documents qui ont survécu pour ces négociations, et qui sont conservés à la British Library, aux National Archives (Kew) et aux Archives Nationales à Paris.

David Carpenter est professeur émérite de King’s College London. Ses publications incluent   The Battles of Lewes and Evesham (1987), The Reign of Henry III (1996), The Struggle for Mastery : Britain 1066-1284, The Penguin History of Britain (2003). Liste complète sur https://kclpure.kcl.ac.uk/portal/david.carpenter.html

Le texte de la communication donnée en anglais sera disponible sur place.

 

Amicie Pélissié du Rausas : « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » (30/03/2018)

Dans le cadre du séminaire de Frédérique Lachaud (« Penser les pouvoirs dans l’Angleterre médiévale, Xe-XIIIe siècle : textes et débats »), Amicie Pélissié du Rausas, de l’Université de Poitiers, présentera sa communication « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » le vendredi 30 mars 2018, de 17h à 19h.

Attention : exceptionnellement la séance se déroulera en Bibliothèque Boutruche, Bâtiment Sorbonne, escalier F, 2ème étage

Ismérie Triquet : “Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge” (08/02)

Ismérie Triquet, de l’Université Rennes II, présentera sa communication “Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge”  le jeudi 8 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“La communication d’Ismérie Triquet propose de mettre en avant les représentations iconographiques de la bataille d’Hastings, dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, et plus précisément dans la Grande Chronique de Normandie produite aux XIVe et XVe siècles. En effet, sur un corpus comptant 54 images, seules quatre présentent ce thème. Produits pour l’essentiel pendant la guerre de Cent Ans, notamment sous l’occupation anglaise, les manuscrits sont riches de textes relatant la bataille de 1066, alors que les images sont peu nombreuses. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Est-il lié aux commanditaires, aux destinataires ou encore aux méconnaissances des artistes chargés d’enluminer ces œuvres ? Il s’agira ainsi de déterminer si cette faible représentation est volontaire ou non, et si elle est liée au contexte historique. Enfin cette production sera comparée avec d’autres chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, qu’elles soient rattachées à l’histoire anglaise ou non. Ainsi, on verra que la bataille d’Hastings ne représente pas un tabou dans la production iconographique de la fin du Moyen Âge.”

“L’Angleterre et la Normandie au Moyen Âge” – Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen), Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine), 08/12

Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen) : « Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire »

Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine) : « Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans »

Résumés :
Aude Painchault
Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire
À travers l’étude comparative du vocabulaire castral utilisé par Orderic Vital, historien du XIIe siècle, dans son Historia Ecclesiastica, et de son pendant archéologique, il s’agit à la fois de confirmer l’importance des études pluridisciplinaires pour la compréhension de l’Histoire et de valoriser un pan de la documentation historique, la littérature narrative, en tant que source véritable d’information. La confrontation entre les descriptions, le choix des mots et les vestiges des châteaux concernés servira à prendre la mesure des qualités de descripteur du moine et des possibilités qu’un tel travail ouvre notamment dans le domaine de l’archéologie.`
Elisa Mantienne
Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans
Malgré quelques références au titre de duc de Normandie revendiqué par le roi Henri V, les moines de Saint-Albans restent généralement discrets quant aux revendications anglaises sur le duché abandonné à la France en 1259. Partant de ce constat, la communication se propose d’étudier le statut de la Normandie dans les productions de ce grand centre historiographique entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle, alors qu’aux tentatives d’Édouard III et Richard II pour récupérer cet espace succèdent les campagnes victorieuses d’Henri V. Ce contexte militaire et diplomatique n’est pas toujours relayé
par les moines et ne peut expliquer à lui seul les nombreuses références à la Normandie. On peut lire en effet ces dernières comme des traces de l’insertion du monastère dans des réseaux culturels monastiques mais aussi laïcs.

Discutante : Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Sophie Ambler: “Magna Carta and the Statute of Pamiers”

Sophie Ambler, du Magna Carta Project, présentera sa communication “Magna Carta and the Statue of Pamiers” le jeudi 25 février, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante : Elisabeth Lalou, de l’Université de Rouen.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Résumé:

It has long been acknowledged that Magna Carta – now an iconic document in English/British history – was one of several great charters or statutes issued by European rulers in the thirteenth century. Little has been done, though, to compare these documents in order to find out what their differences and similarities can tell us about rulership in thirteenth-century Europe. This paper will focus on two documents – King John’s Magna Carta of 1215 and the Statute of Pamiers, issued in 1212 by Simon de Montfort, leader of the Albigensian Crusade – looking at the context in which they were issued, and how they were used by those who granted them to broadcast a message about their rule.  

Sam Turner, “The seventh-century monasteries of Wearmouth-Jarrow and the bones of the Northumbrian landscape”

Sam Turner, de l’Université de Newcastle, présentera sa communication “The seventh-century monasteries of Wearmouth-Jarrow and the bones of the Northumbrian landscape” le jeudi 11 février, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante :Elisabeth Lorans de l’Université de Tours

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Most historical accounts of Anglo-Saxon Northumbria focus on religious conversion as a key driving force in 7th-century social change. As a counterpoint to this approach, I suggest that the examination of certain ‘technologies’ can help explain more specifically what changed, why it changed and how change was effected. I will examine these themes with reference to the famous monasteries of Wearmouth and Jarrow, where I have undertaken new research in collaboration with a team of colleagues. Continuer la lecture

Aude Mairey, “La fabrique de l’anglais (1350-1470)”

Aude Mairey, du CNRS, présentera sa communication “La fabrique de l’anglais (1350-1470)” le jeudi 19 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: Jean-Philippe Genet, de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé :

Aux xive et xve siècles, se forge en Angleterre une culture laïque spécifique, dont la production foisonnante en langue anglaise constitue l’une des manifestations majeures. Cette langue acquiert alors les caractéristiques d’une langue littéraire, intellectuelle et politique, en relation avec le latin, langue savante par excellence, et avec le français, langue des élites laïques depuis la conquête de Guillaume de Normandie en 1066. Ces transformations soulèvent des enjeux essentiels dans le cadre des évolutions plus générales de l’Angleterre à la fin du Moyen Âge, en particulier à propos des rapports de pouvoir, de la constitution d’une communauté anglaise et des liens des individus à cette communauté, des perceptions des relations entre les groupes sociaux (clercs compris), mais aussi des structures du savoir dans un pays dont on a longtemps considéré qu’il resta au xve siècle à l’écart de la Renaissance. Continuer la lecture

Olivier de Laborderie, “Les généalogies royales : une source inappréciable pour l’histoire des conceptions et des représentations du pouvoir au Moyen Âge”

Olivier de Laborderie présentera sa communication “Les généalogies royales : une source inappréciable pour l’histoire des conceptions et des représentations du pouvoir au Moyen Âge” le jeudi 27 novembre, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Olivier de Laborderie est l’auteur de plusieurs études sur la figure de Richard Cœur de Lion et sur l’historiographie médiévale anglaise. Il a notamment publié Histoire, mémoire et pouvoir. Les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre (1250-1422), Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque d’histoire médiévale 7, 2013.

Podcast disponible ci-dessous et sur le site de l’IHR.

Thomas Kristian Heebøll-Holm: “Lorsque l’agneau assaillait le lion: une attaque danoise sur l’Angleterre en 1138”

Thomas Kristian Heebøll-Holm, de l’Université de Copenhague, a présenté sa communication “Lorsque l’agneau assaillait le lion: une attaque danoise sur l’Angleterre en 1138”.

Jeudi 9 octobre, Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421.

Podcast: