Prof. Susanne SCHMID : « ‘We dined upon the very edge of the crater’: British Women Travellers in Italy, Sociability and Cultural Transfer » (GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle), 13/04

Le GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle est heureux de vous convier à la 3e conférence du cycle qu’il anime sur les transferts culturels, ‘Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850)’ et qui constituent l’un des axes de sa réflexion sur l’histoire et la circulation des modèles de sociabilité en Europe et dans les empires coloniaux de 1650 à 1850.

VENDREDI 13 AVRIL, 14h-16h, Maison de la Recherche (Paris). Salle D040.
En association avec le ‘Séminaire franco-britannique d’histoire’ (Sorbonne Université).
Prof. Susanne SCHMID (Berlin Free University):
« ‘We dined upon the very edge of the crater’: British Women Travellers in Italy, Sociability and Cultural Transfer »
Discutante : Prof. Marie-Madeleine Martinet (Sorbonne Université)



INSCRIPTION OBLIGATOIRE. Contacts: annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen) en salle C206.

http://www.univ-brest.fr/gis-sociabilites

MAISON DE LA RECHERCHE (28, rue Serpente 75006 Paris).
Métro : Odéon, Saint-Michel ; Bus 21, 86, 38

David Carpenter : « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective » (12/04)

Professeur David Carpenter, de King’s College (Londres), présentera sa communication « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective », le jeudi 12 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Résumé :

La communication de David Carpenter jette une lumière nouvelle sur les négociations qui menèrent au Traité de Paris de 1259. En particulier, il montre que la perception que Louis IX avait de la révolution politique anglaise eut un impact sur les négociations et sur la forme des documents ratifiés au moment du traité. Saint Louis apparaît ici comme un politicien résolu. Pour illustrer cette communication, David Carpenter montrera des images de tous les documents qui ont survécu pour ces négociations, et qui sont conservés à la British Library, aux National Archives (Kew) et aux Archives Nationales à Paris.

David Carpenter est professeur émérite de King’s College London. Ses publications incluent   The Battles of Lewes and Evesham (1987), The Reign of Henry III (1996), The Struggle for Mastery : Britain 1066-1284, The Penguin History of Britain (2003). Liste complète sur https://kclpure.kcl.ac.uk/portal/david.carpenter.html

Le texte de la communication donnée en anglais sera disponible sur place.

 

Liesbeth Corens : Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe (05/04)

Liesbeth Corens, de Keble College, Oxford, présentera une communication autour de la publication prochaine de son livre: Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe,  Oxford University Press, 2018, le jeudi 5 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« A la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème siècle, les catholiques anglais ont entrepris une vaste collecte d’archives sur leur passé et sur leur résistance à la Réforme protestante. A partir d’un long travail de compilation, ils ont accumulé une diversité considérable de documents : des témoignages oraux retranscrits, des pamphlets imprimés, des lettres écrites par les martyrs en personne et des archives officielles. La diversité des supports mobilisés ainsi que la complémentarité de leurs usages marquent de nouvelles transformations dans les rapports entre des sources, l’érudition et la mémoire. Ces compilations constituent des observatoires privilégiés pour aborder les interactions entre les pratiques archivistiques et les commémorations. Elles reposent sur l’entretien de la mémoire locale des martyres, à partir des traditions orales maintenues dans les communautés catholiques et du travail commémoratif entrepris dans les institutions religieuses. Cependant les compilateurs avaient aussi pour ambition de se détacher des lieux de mémoire et des souvenirs à vif pour entrer dans la constitution d’un récit historique. La diversité des supports soulève aussi la question de leurs crédibilités respectives, de leurs usages et de leurs rapports à la vérité. Mon intervention au séminaire se propose d’explorer les étapes de ces constructions et de mener par là une réflexion sur le pouvoir des pratiques archivistiques et commémoratives et leur place dans la constitution d’une contre-mémoire. »

*****

In the late seventeenth and early eighteenth centuries, English Catholics collected records of their recent past and their opposition to the Reformation. The compilations recorded a multiplicity of materials, ranging from reports on oral statements, to printed pamphlets, letters written by martyrs themselves, and official records. The inclusion of various types of media and the transfer from one context to another marks changes in sources’ commemorative and scholarly roles that must be explored. The compilations offer an insightful case to study the interrelation between record-keeping and commemoration. They relied heavily on local commemorative practices, both through English communities’ oral traditions of their local martyrs, and through religious houses’ commemoration of the martyrs who had studied with them. Yet the compilers also attempted to detach themselves from the lived commemoration and establish lieux de mémoire, working on the interface between an active memory and history writing. Different media have different criteria for credibility, different priorities, different claims to truth. This paper will explore these transitions and in the process reflect on the power of record-keeping and commemorating in the production of counter-archives.

 

Contact: stephane.jettot@sorbonne-universite.fr

Amicie Pélissié du Rausas : « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » (30/03/2018)

Dans le cadre du séminaire de Frédérique Lachaud (« Penser les pouvoirs dans l’Angleterre médiévale, Xe-XIIIe siècle : textes et débats »), Amicie Pélissié du Rausas, de l’Université de Poitiers, présentera sa communication « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » le vendredi 30 mars 2018, de 17h à 19h.

Attention : exceptionnellement la séance se déroulera en Bibliothèque Boutruche, Bâtiment Sorbonne, escalier F, 2ème étage

Jill Liddington : Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), 29/03

Jill Liddington, de l’Université de Leeds, viendra présenter l’ouvrage Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), traduction de J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us: The Rise of the Women’s Suffrage Movement (Virago, 1978), le jeudi 29 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

Au début du XXe siècle, dans une Grande-Bretagne qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l’Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Le 1er mai 1900, elles lancent une pétition pour le droit de vote des femmes. Elles vont dans toutes les usines, y compris les plus petites filatures, pour rencontrer les ouvrières du coton. Elles recueillent 29 359 signatures. C’est le début d’un combat qui dure jusqu’en 1914.

Leur lutte pour le suffrage s’inscrit dans un combat plus vaste pour l’émancipation des femmes : pour de meilleures conditions de travail et contre les inégalités de salaire ; pour le droit des filles à l’éducation et des épouses au divorce ; pour l’égalité avec les hommes pour la garde des enfants ; pour le droit des femmes au travail ; pour l’émancipation ouvrière et le socialisme. Le militantisme lui-même est un combat, pour ces femmes qui doivent souvent tout à la fois élever une famille et gagner leur vie, avec « une main liée dans le dos ». Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

Traduction de Laurent Bury. Préface de Fabrice Bensimon.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris-Diderot)

Cette séance est organisée par le CREA (EA370 – Paris Nanterre). Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr).

Brian Maidment: « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » (22/03)

Brian Maidment, de Liverpool John Moores University, présentera sa communication « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » le jeudi 22 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« Accounts of the history of the comic image in the 1820s and 1830s have largely been both elegiac and dismissive, mourning the decline of the caricature tradition represented by Gillray, Rowlandson and their contemporaries while simultaneously scorning the widespread production of what David Kunzle memorably called ‘graphic bric-a-brac’ in its place. Yet while there is something of a shift from witty and allusive political commentary to the celebration of the diversionary, the miscellaneous and the trivial, it is hard not to be impressed by the range, vigour and sheer exuberance with which satirical and humorous images invaded the market place for print in the period between 1820 and 1837. Using new or re-invigorated reprographic methods like wood engraving and lithography, the late Regency comic image was used to structure a wide range of generically innovative print genres and forms which included – in addition to various reformulations of entirely pictorial publication – songbooks, play texts, almanacs, annuals and periodicals. This mass of graphic production, much of it newly visible to scholars through digitisation, offers an important response to Regency urban culture which has up to now been undervalued by historians. Within this riot of print, the tradition of graphic political satire, while often incorporated into hybridised and generically complex print forms, was able to survive on at least into the early Victorian period. This paper seeks to offer a brief overview of the role of caricature and the comic within late Regency print culture. »

 

Emily Jones : Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (15/03)

Emily Jones, de Columbia University (Modern British History) présentera son ouvrage Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (Oxford University Press, 2017) le jeudi 15 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“Edmund Burke is commonly described as ‘the founder of modern conservatism’, but this has not always been the case – especially in his adopted country of Britain. This paper explores his transformation from Irishman and Whig politician to ‘Burkean conservative’ through the politics, thought, and literature produced and consumed in Britain during the century following his death.”

Fabrice Bensimon : « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » (22/02)

Fabrice Bensimon, de Paris-Sorbonne et Research Fellow à University College London, présentera sa communication « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » le jeudi 22 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« En 1817, trois artisans britanniques installent à Calais une mécanique à tulle. Ce sont les pionniers d’une filière de plusieurs milliers de migrants provenant de la région de Nottingham, vers le nord de la France où, au cours des décennies suivantes, ils construisent une industrie dentellière qui s’impose progressivement sur la dentelle manuelle. Dans l’industrie du fer, les maîtres de forge français, belges ou allemands recrutent pour leur part des ouvriers du sud du pays de Galles particulièrement qualifiés. Des mécaniciens sont appelés pour installer et faire fonctionner des machines souvent elles-mêmes importées d’outre-Manche. Dans le lin, des centaines d’ouvrières écossaises sont engagées pour travailler dans les fabriques. Quand le continent bâtit ses premiers chemins de fer, c’est encore aux Britanniques, ingénieurs, maçons, terrassiers, qu’il est fait appel. Ces milliers de migrants suscitent alors la curiosité non seulement des fabricants, mais aussi des pouvoirs publics et de la presse locale. Certains d’entre eux ont laissé des mémoires, qui aident à exhumer l’expérience de ces ouvriers itinérants, aux débuts de l’industrialisation européenne. »

Discutant : Paul-André Rosental, Professeur à Sciences-po, Chercheur associé à l’INED.

 

Cycle de conférences : « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) »

Information

Cycle de conférences sur le thème « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) », organisé par le GIS Sociabilités (Valérie Capdeville, Université Paris 13 – PLEIADE EA 7338)

Chères et chers collègues,

Le GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle est heureux de vous convier aux conférences du cycle qu’il initie sur les transferts culturels, « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) », qui constituent l’un des axes de sa réflexion sur l’histoire et la circulation des modèles de sociabilité en Europe et dans les empires coloniaux de 1650 à 1850.

Les deux premières conférences auront lieu au Musée Cognacq-Jay (8 rue Elzévir 75003 Paris) de 14h à 16h (Salle de Conférences):

– LUNDI 26 FEVRIER:

Prof. Evan HAEFELI (Texas A&M University) : « Roman Catholics in the Protestant Empire: Thoughts on British Sociability and Anti-Popery »

Discutant: Dr Charles Walton (Warwick University)

– LUNDI 26 MARS:

Dr Vanessa ALAYRAC-FIELDING (Université Lille 3) : « ‘Bearing away to Europe’s Happier Shores the odorous Tea’: Exoticism, Tea and New Models of Sociability »

Discutante: Dr Elisabeth Martichou (Université Paris 13)

La troisième conférence aura lieu à la Maison de la Recherche (28, rue Serpente 75006 Paris) de 14h à 16h (Salle D040).
En association avec le « Séminaire franco-britannique d’histoire » (Sorbonne Université).

– VENDREDI 13 AVRIL:

Prof. Susanne SCHMID (Berlin Free University) : « ‘We dined upon the very edge of the crater’: British Women Travellers in Italy, Sociability and Cultural Transfer »

Discutante : Prof. Marie-Madeleine Martinet (Sorbonne Université)

L’INSCRIPTION EST OBLIGATOIRE. Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

http://www.univ-brest.fr/gis-sociabilites (onglet Activité, Programme 2018)

Affiche-Conferences-GIS-26fev2018

 

Ismérie Triquet : « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge » (08/02)

Ismérie Triquet, de l’Université Rennes II, présentera sa communication « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge »  le jeudi 8 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« La communication d’Ismérie Triquet propose de mettre en avant les représentations iconographiques de la bataille d’Hastings, dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, et plus précisément dans la Grande Chronique de Normandie produite aux XIVe et XVe siècles. En effet, sur un corpus comptant 54 images, seules quatre présentent ce thème. Produits pour l’essentiel pendant la guerre de Cent Ans, notamment sous l’occupation anglaise, les manuscrits sont riches de textes relatant la bataille de 1066, alors que les images sont peu nombreuses. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Est-il lié aux commanditaires, aux destinataires ou encore aux méconnaissances des artistes chargés d’enluminer ces œuvres ? Il s’agira ainsi de déterminer si cette faible représentation est volontaire ou non, et si elle est liée au contexte historique. Enfin cette production sera comparée avec d’autres chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, qu’elles soient rattachées à l’histoire anglaise ou non. Ainsi, on verra que la bataille d’Hastings ne représente pas un tabou dans la production iconographique de la fin du Moyen Âge. »

Maxine Berg : « Value and Exchange at Nootka Sound: Alexander Walker’s Global Microhistory 1785-6 » (07/12)

Maxine Berg, professeur d’histoire à Warwick University (History Department), présentera sa communication « Value and Exchange at Nootka Sound: Alexander Walker’s Global Microhistory 1785-6 » le jeudi 7 décembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« This seminar paper will take us to a small obscure and far-away place on the Northwest Pacific Coast of North America – Nootka Sound.  It has a very local history as a place of seasonal residence and ceremony for the Mowachaht people, a group within the larger Nuu-chah-nulth language category, dating back over 4,000 years. It also has a wide global and international history as the site of a sea otter trade linking Britain, India and China as well as Russia, Spain, France and the USA to this coast. Europeans first encountered the peoples of Nootka Sound in the 1770s: a Spanish ship, the Santiago, anchored briefly near the coast in 1774, and Captain Cook spent an extended period there on his third voyage in 1778. It was the site of an international incident in 1790 – the Nootka Crisis between Spain and Britain, and the place of the Nootka Conventions of 1790-94 settling codes over claims to territories and leading into the settlement of borders between the U.S. and British Columbia.

This paper investigates accounts of events of a trade in sea otter furs for iron and copper as conveyed by Europeans between 1774 and 1792, and especially the account provided by Alexander Walker in 1786.  Walker’s account takes me to the heart of connections between the Pacific and an East India Company trade between the Pacific and the Indian Ocean and East Asia. This paper approaches the Nootka Crisis from a methodology of ‘global microhistory’, and from the framework of ‘locality’ and ’interstitial spaces’ in global history. »

 

Éric Durot : « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » (30/11)

Éric Durot (Marie Curie Researcher – University of York), présentera sa communication « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » le jeudi 30 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

«  Pourquoi analyser ensemble la construction d’un empire franco-britannique (sous Henri II et François II) et le déclenchement des guerres de Religion françaises ? Les deux processus sont reliés par la révolte politique et religieuse en Ecosse (1559-60) menée par les Lords of the Congregation et le réformateur calviniste John Knox, avec le soutien décisif de l’Angleterre. Cette révolte qui se transforma en guerre s’opposait à la fois à la religion catholique et au pouvoir français incarné par la régente Marie de Guise qui gouvernait au nom de sa fille Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse. Ce grand événement écossais qui chassa les ministres et les soldats français fut d’une importance majeure de ce côté-ci de la Manche: il encouragea directement et de manière multiple, les premières révoltes huguenotes. Notre approche souligne le caractère non seulement international mais aussi transnational des guerres de Religion. Dit d’une autre manière: le conflit qui se déroula en Ecosse constitua pour la France sa première guerre de Religion. »

Keith Gildart : « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » (23/11)

Keith Gildart, professeur à University of Wolverhampton (Labour and Social History) et co-éditeur du Dictionary of Labour Biography, présentera sa communication « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » le jeudi 23 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« The idea of a Dictionary of Labour Biography (DLB) originated with the socialist activist and theoretician G.D.H. Cole. For many years Cole had been collecting biographical snippets of labour movement figures. Names and details were initially entered into a number of manuscript volumes. In early 1959 after Cole’s death, his widow handed the volumes to Asa Briggs and John Saville. They both agreed that if research funds became available then Saville should take over the work of compiling a Dictionary using the Cole manuscripts as a starting point. It was first intended to produce a single large volume on the lines of Who’s Who but the scope of the Dictionary grew as the work progressed. Once information started to be collected it was clear that the project would have to be multi-volume and open-ended. With the publication of the first edition in 1972 the DLB has now run to 14 volumes. This presentation will explore the origins and development of the DLB, the methodological challenges it faces in the twenty first century, and the ways it can be used to explore the past, present, and future of labour history.

 

Discutant : Paul Boulland, co-éditeur du Maitron – dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CNRS, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (UMR8058), Centre Pouchet (59, rue Pouchet, 75017 Paris)