Projection du documentaire « Britain’s forgotten slave-owners »

Le documentaire de la BBC « Britain’s forgotten slave-owners » (David Olusoga, 2015), sera projeté à la Maison de la Recherche de Paris 4 (28, rue Serpente, Paris 6e, salle D040), jeudi 19 mai à 17h00. La projection, en version originale anglaise non sous-titrée sera suivie vers 19h00 d’un débat avec Nicholas Draper et Keith McClelland, co-responsables du projet Legacies of British Slave-Ownership (University College London), et Myriam Cottias (CNRS).

Affiche: cliquer ici pour la voir au format pdf

L’entrée est libre dans la limite des places des disponibles. Contact : fbensimon@free.fr

Laura Tabili: « ‘To Keep My Living for Time Being’: Strategies of Makeshift in Interwar Britain »

Laura Tabili, de l’Université d’Arizona, présentera sa communication « ‘To Keep My Living for Time Being’: Strategies of Makeshift in Interwar Britain » le jeudi 17 mai, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

La séance sera suivie d’un pot de fin d’année, vers 19h.

Discutant: Yann Béliard

Résumé:
The paper will reconstruct patterns of migration, work and settlement among migrants from the colonies to Britain, focusing on the 1920s and 1930s. Migration from colonies to metropoles partook of specific power relations and economic arrangements, yet also formed part of a broader and unprecedented population mobility between 1800 and 1950. Although scholars are aware that this population moved to and from, into and around Britain and the North Sea and Atlantic littoral, we still know little about where they lived, how much they mixed and married with local people, and the extent to which these patterns persisted or altered after the second world war. Analyzing records of several hundred individuals enables systematically reconstructing their places of origin, time, place and manner of arrival in Britain, patterns of dispersal and settlement within Britain, their strategies of getting a living and their travels within and beyond Britain.
Feminist historians have described how women compensated for their disadvantage in labor markets while reconciling social labor with domestic responsibilities through “economies of makeshift” involving paid and unpaid labor within and outside the household, as well as pawning, scrounging and semi-legal activities. This paper specifically describes how colonized migrants in Britain similarly compensated for their limited and constrained occupational choices by moving from job to job, town to town, and occupation to occupation.

Lawrence Goldman: “Founding the Welfare State: The Collective Biography of William Beveridge, R. H. Tawney and William Temple”

Lawrence Goldman, de l’Institute of Historical Research, présentera sa communication “Founding the Welfare State: The Collective Biography of William Beveridge, R. H. Tawney and William Temple” le jeudi 7 avril, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

 

Diaporama: cliquer pour télécharger

Résumé:

This paper will examine the close personal relations between three of the most prominent British social reformers of the twentieth century. Tawney and Temple were at school together; all three overlapped as students in the same Oxford college; Tawney married Beveridge’s sister; they remained friends and colleagues for the rest of their lives. What do these personal relationships tell us about social politics in Britain between 1900-1950? Can the Welfare State be reduced to three interlocking biographies? And in what ways was the English intellectual and political elite different from the French elite in this period?

Paul Pickering, « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world »

Paul Pickering, de la Australian National University, présentera sa communication « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world » le vendredi 1er avril, de 14h à 16h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D323.

Changement de date : cette séance remplace celle initialement prévue le 31 mars, reportée en raison de la journée de mobilisation contre la loi travail.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Australia is often cited as one of the most successful democracies in the world. Many of the social and political reforms achieved in Australia before the First World War were implemented well before the Imperial metropole. Indeed, as early as the 1890s, Australia was widely regarded as a ‘workingman’s paradise’ and a ‘Better Britain’. The achievement of a comparatively progressive and democratic society however was tainted by racist views, which diverged markedly from the abstract notions of indigenous rights in the Empire. This paper will examine the relationship between Britain and the ‘Better Britain’ in the antipodes and question the value of telling stories of the British World.

Selina Todd, autour de son livre The People: The Rise and Fall of the Working Class, 1910-2010

Selina Todd, de l’Université d’Oxford, ouvrira une discussion autour de son livre The People: The Rise and Fall of the Working Class, 1910-2010 (London, John Murray, 2014) le jeudi 17 mars de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: Yann Béliard de l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Présentation de l’éditeur : ‘There was nothing extraordinary about my childhood or background. And yet I looked in vain for any aspect of my family’s story when I went to university to read history, and continued to search fruitlessly for it throughout the next decade. Eventually I realised I would have to write this history myself.’

What was it really like to live through the twentieth century? In 1910 three-quarters of the population were working class, but their story has been ignored until now. Based on the first-person accounts of servants, factory workers, miners and housewives, award-winning historian Selina Todd reveals an unexpected Britain where cinema audiences shook their fists at footage of Winston Churchill, communities supported strikers and pools winners (like Viv Nicholson) refused to become respectable. Charting the rise of the working class, through two world wars to their fall in Thatcher’s Britain and today, Todd tells their story for the first time, in their own words. Uncovering a huge hidden swathe of Britain’s past, The People is the vivid history of a revolutionary century and the people who really made Britain great.

Catherine Cox: “Prisoners, reform and mental health in the nineteenth century”

Catherine Cox, de University College, Dublin, résentera sa communication « Prisoners, reform and mental health in the nineteenth century » le jeudi 10 mars , de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante: Emmanuelle de Champs

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Mark Knights: « Anti-corruption in Seventeenth and Eighteenth-century Britain »

Mark Knights , de l’Université de Warwick, présentera sa communication « Anti-corruption in Seventeenth and Eighteenth-century Britain » le jeudi 18 février, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Résumé:

This paper examines anti-corruption in Britain and its colonies, from the late sixteenth century reformation to the reform movements of the nineteenth century (when the term ‘anti-corruption’ was coined). There are a number of reasons why it makes sense to treat the topic across a period of 250 years. Lire la suite

Kathryn Gleadle, « Juvenile agency and the making of political elites: subversion and the childhood archive of Eva Knatchbull-Hugessen (1861-95) »

Kathryn Gleadle, de l’Université d’Oxford, présentera sa communication « Juvenile agency and the making of political elites:  subversion and the childhood archive of Eva Knatchbull-Hugessen (1861-95) » le jeudi 4 février de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Paris-Diderot)

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

The nineteenth century was the age of writing and Victorians were avid archivists of their own words. What is especially striking is the extent to which juvenile material was incorporated within family collections. As Sanchez-Eppler has observed [2005], the universality and temporary nature of childhood makes it an especially valuable tool with which to probe the construction of class and identity. Juvenile texts enable us to explore how these subjectivities were expressed and reaffirmed in familial manuscript practices. In so doing it will consider how children themselves were active participants in the creation of family and literary cultures. In the process, the young not only passively reproduced, but also questioned, mimicked and satirised family norms. Lire la suite

Mathilde Bertrand: « Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980: quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes? »

Mathilde Bertrand, de l’université Bordeaux-Montaigne, présentera sa communication « Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980 : quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes? » le jeudi 7 janvier de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: John Mullen , de l’université de Rouen

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Le mouvement community photography apparaît en Angleterre à la fin des années soixante. Il se développe dans le sillage de la contre-culture, dont il adopte la posture contestataire et le projet culturel alternatif. Alors que la photographie entre dans un processus de légitimation artistique, le mouvement engage une réflexion critique et politique sur les usages sociaux du médium. Il se façonne également selon des principes et objectifs proches du mouvement community action, activisme grassroots qui se développe dans les zones urbaines défavorisées et mobilise un discours radical d’émancipation et de participation collective de la population à l’échelle locale. Lire la suite

Andy Wood: “Remembering social change and political conflict in early modern England”

Andy Wood, de l’Université de Durham, présentera sa communication « Remembering social change and political conflict in early modern England » le jeudi 3 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Discutant: Pierre Lurbe, de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Résumé: This paper deals with the ways in which memories of warfare, reformation, rebellion and civil war played out in England between the early sixteenth century and the early eighteenth century. It focusses in particular upon popular memory, deploying fresh archival material in order to reconstruct memories of religious, political and military conflict. The paper emphasises the significance of memories of conflict for the ways in which political identities confessional disputes were fought out within England. This was due, it is argued, to the continuing divisions of the 1640s – memories of which shaped political conflicts into the early Georgian period. The paper also engages with memories of religious and political conflict in the sixteenth century, arguing that those memories helped to shape contemporary understandings of the period as a distinct phase in English history.

James Raven, « Lottery Lives: a comparative social history of gambling and the state lotteries in eighteenth-century France, Britain and Ireland »

James Raven, de l’Université d’Essex, présentera sa communication “Lottery Lives: a comparative social history of gambling and the state lotteries in eighteenth-century France, Britain and Irelandle jeudi 26 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé:

This paper derives from the writing of a book that will offer a wide-ranging and comparative European and American history of the English state lotteries that sustained government expenditure for more than 130 years before 1826. These lotteries provoked major social, religious, political, economic and even philosophical debate, but they (and most of their Continental equivalents) have largely disappeared from historical view. This is despite the reprise of British state lotteries from 1992, and the historical comparisons that their organisation, sponsorship and criticism suggest. I shall argue that the English Channel proved an important divide in lottery policy. Lire la suite

Claire Délen: « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 »

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 » le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.

Alessandro Stanziani autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914

Alessandro Stanziani de l’EHESS ouvrira une discussion autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave, 2014, le jeudi 24 septembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: François-Joseph Ruggiu de Paris IV-Sorbonne.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé: Slaves, convicts, indentured immigrants, and unfree seamen have traveled the world’s oceans at many times and places throughout human history. Across the Atlantic, Mediterranean, Indian, and Pacific Oceans, this bondage took divergent forms and exhibited a range of historical dynamics. In spite of this variety, the conventional Atlantic World historical paradigm has largely shaped our understanding of modernity as being defined by exploration and discovery, European dominance, global capitalism, and the transition from slavery to free labor. Not only does this perspective evince a Eurocentric emphasis on the ‘uniqueness’ of the West, but it is increasingly contested even for the Atlantic itself. This provocative study contrasts the romantic conflation of freedom and the sea with the complex labor relationships of seamen, slaves, and immigrants in the Indian Ocean during the long nineteenth century. In the process, it advances a new framework for understanding labor, bondage, and modernization.

Jacques Carré:  » « La Bastille des pauvres »: écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″

Jacques Carré, professeur émérite à Paris IV, présentera sa communication  » « La Bastille des pauvres » : écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″ le jeudi 21 mai, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

La workhouse est une institution publique d’assistance qui, durant trois siècles, a hébergé les indigents qui acceptaient d’y entrer. Les valides devaient travailler en échange de leur entretien, et les non valides de tous âges étaient assistés d’une manière minimale. A la fois atelier et hospice, refuge des vagabonds et des fous, des orphelins et des vieillards, la workhouse vue du 21e siècle peut sembler avoir eu des missions contradictoires. Pourtant elle tire sa cohérence de son action sur les marges de la société. Son objectif a été de réintégrer ces catégories de gens dans une « normalité » biologique et économique. Il s’est agi à la fois de sauver des vies menacées et d’inculquer une discipline à des rebelles potentiels, l’objectif théorique étant de remettre tout le monde au travail. Lire la suite

Ophélie Siméon, « Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849) »

Ophélie Siméon, du Collège de France, présentera sa communication « Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849) » le jeudi 16 avril, de 17h30 à 19h30. Cette intervention remplace celle initialement prévue de Peter Mandler.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Robert Owen (1771-1858) est connu pour avoir structuré le premier mouvement socialiste britannique (ou « owénisme ») entre 1825 et 1849. Tirant parti d’une série d’expérimentations en ingénierie sociale mises en place au sein du village ouvrier modèle de New Lanark, qu’Owen avait dirigé de 1800 à 1825, le mouvement tente de remédier aux inégalités de l’ère capitaliste et industrielle en repensant la société sur un mode communautaire, seul à même selon les owénistes d’assurer l’harmonie entre les classes et la prospérité économique, pour apporter une réponse définitive à la « question sociale ». Lire la suite