Florence Sutcliffe-Braithwaite, ‘No More Walls. Homelessness in London after 1945’ (17 fév.)

Séminaire franco-britannique d’histoire

Jeudi 17 février 2022 à 17h

Maison de la recherche

28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421

 

Florence Sutcliffe-Braithwaite (University College London), ‘No More Walls. Homelessness in London after 1945’

 

This paper aims to sketch out changing state policy on “homelessness” and the changing ecology of homelessness in postwar London, as well as saying something about how this impacted on the experiences of Londoners who found themselves without a home in the three decades after 1945.

 

The Second World War intensified the emotional weight invested in “home” in British culture; it created mass homelessness in London (and in other cities), but it also ushered in the “people’s peace”, the final sweeping away of the Poor Law, and the beginning of a major push by Labour and Tory governments to build council and private housing. In the three decades after 1945, patterns of homelessness in London were shaped by those developments, as well as slum clearance, new commonwealth migration, racialized council-house allocation policies, full employment and the slow arrival of “affluence”. In this period, street-sleeping was reduced to very low levels in London – though the actual levels were contested – and, more slowly, homelessness and inadequate housing for families were reduced – though never eradicated. Remnants of the Poor Law remained, however, not least in the reception centres which dealt with homeless individuals and families, which were set up in old Poor Law buildings. Remnants of the pre-war way of thinking about homelessness also persisted, in the way policy was gendered, and in the way ‘vagrants’ – those without a ‘settled way of life’ – were thought about. The overview of the infrastructure for and policy about homeless people thus shows that older, moralised ways of approaching the issue persisted in the welfare state.

 

Florence Sutcliffe-Braithwaite est historienne, spécialiste de la Grande-Bretagne au XXe siècle. Elle est notamment l’auteure de Class, politics, and the decline of deference in England, 1968-2000 (Oxford University Press, 2018), et elle mène, avec Natalie Thomlinson,, un projet d’histoire orale sur les femmes dans la grève des mineurs de 1984-1985.

 

Robert Poole, ‘After Peterloo: the British Risings of 1819-20’ (3 fév.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, de 17h à 18h30

(La séance aura lieu en présentiel uniquement).

Jeudi 3 février à 17h, salle D040 : Robert Poole (University of Central Lancashire), ‘After Peterloo: the British Risings of 1819-20’.

 

Abstract

The nine months after the ‘Peterloo massacre’ of 16 August 1819 saw a dramatic series of mass protests and attempted uprisings. The best known are those described in Malcolm Chase’s book 1820:  the Cato Street conspiracy to assassinate the government in London, and the subsequent rebellions in Yorkshire, Ireland, and Scotland. 1819 however saw an extensive series of protests which continued and intensified the ‘mass platform’ movement which led up to Peterloo.  These varied from official town and county meetings sanctioned by local authorities to secretive gatherings in the north intended to set off armed uprisings. This paper will look at the connections between the mass platform movement and the armed conspiracies, asking: how close did Britain come to revolution after Peterloo? 

History of Parliament video: ‘What Happened After Peterloo?’ https://www.youtube.com/watch?v=sLl_RA4kxs0

 

Christine Kinealy, ‘Maud Gonne (1866-1953). The Real Famine Queen’ (16 déc.)

Jeudi 16 décembre à 17h : Christine Kinealy (Quinnipiac University), ‘Maud Gonne (1866-1953). The Real Famine Queen’  

 

 Maud Gonne is frequently remembered as a society beauty who was the unrequited love interest of the poet, W.B. Yeats, while her contributions as a nationalist, artist, actor, lecturer, polemist, feminist, writer and social activist are often marginalized. In particular, Gonne’s engagement with the perennial poverty and intermittent subsistence crises that dogged Ireland in the final decade of the 19th century and into the 20th century has largely been ignored. Yet the visit of Queen Victoria to Dublin in 1900 prompted Gonne to write the polemical article, ‘The Famine Queen’, which first appeared in her journal L’Irlande Libre. The designation has proved to be enduring. 

A celebrity in Ireland, France and North America, this lecture will explore how Gonne used her fame and her connections to help rebuild a transatlantic republican movement following the demise of Charles Stewart Parnell. Moreover, it will show how Gonne’s commitment to social justice remained central to her political activities.  

 Christine Kinealy is professor of History at Quinnipiac University, where she is the founding director of Ireland’s Great Hunger Institute.

Claire Gheeraert-Graffeuille, “Les Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson de Lucy Hutchinson (1620-1681) : quelle histoire de la Révolution anglaise ?” (9 déc.)

Jeudi 9 décembre à 17h : Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen), « Les Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson de Lucy Hutchinson (1620-1681) : quelle histoire de la Révolution anglaise ? »

 

[autour de son ouvrage à paraître : Lucy Hutchinson and the English Revolution. Gender, Genre and History-Writing, Oxford University Press]

C’est probablement à la Restauration, entre 1664 et 1667, que Lucy Hutchinson composa la Vie de son mari, le Colonel John Hutchinson, l’un des cinquante-neuf juges qui signèrent l’arrêt de mort du roi Charles Ier en 1649. Cette Vie ne fut publiée qu’en 1806 par un descendant de John Hutchinson, le révérend Julius Hutchinson, sous le titre Memoirs of the Life of Colonel Hutchinson. Cette communication sera l’occasion de montrer que ces Memoirs, réédités tout au long du XIXe siècle, ne sont pas seulement une biographie que Lucy Hutchinson aurait écrite, comme elle le prétend, pour se consoler de la perte de son mari, mais aussi et surtout une histoire républicaine de la Révolution anglaise. Nous montrerons d’abord comment ce récit mémorialiste s’inscrit dans les débats historiographiques de la Renaissance et du XVIIe siècle, lorsqu’une expérience directe de l’histoire est considérée comme une garantie de vérité. Nous reviendrons ensuite sur le statut de témoignage des Memoirs : bien que Lucy Hutchinson se tienne à l’écart des opérations militaires, le fait qu’elle vive au château de Nottingham pendant la première Guerre Civile et soit la confidente du Colonel la place dans une position unique pour donner sa propre version des faits. Cependant, comme nous le verrons enfin, ce témoignage ne se réduit pas à une histoire locale de la Guerre Civile. Grâce à sa maîtrise de l’art de la digression, Lucy Hutchinson écrit aussi une histoire républicaine de la Révolution anglaise, susceptible de rivaliser avec celle de ses contemporains, Edmund Ludlow, Edward Hyde et Richard Baxter.

Claire Gheeraert-Graffeuille est Maître de conférences HDR à l’Université de Rouen-Normandie (ERIAC EA4705)

John-Erik Hansson, « Former et réformer la jeunesse : William Godwin et les enjeux de l’écriture de livres pour enfants » (7 oct. 2021)

Jeudi 7 octobre à 17h : John-Erik Hansson (Université de Paris / LARCA), « Former et réformer la jeunesse : William Godwin et les enjeux de l’écriture de livres pour enfants ».

William Godwin (1756-1836) est connu d’abord et avant tout comme un « jacobin anglais », auteur de l’anarchisante Enquiry Concerning Political Justice (1793) et du roman jacobin Caleb Williams (1794). Il est toutefois également l’auteur d’essais sur l’éducation et la pédagogie – publiés dans The Enquirer (1797) – et de livres pour enfants (entre 1802 et 1822). De 1805 à 1825, il est même propriétaire d’une librairie et maison d’édition, la Juvenile Library, pour laquelle il rédige 9 ouvrages allant du recueil de fables à l’histoire de la Grèce antique. Je propose dans cette communication de revenir sur ces textes trop souvent vus comme mineurs, l’œuvre d’un auteur dans le besoin, détachés de l’action d’un Godwin qui disparaît graduellement du paysage politique à partir de la fin des années 1790. En remettant ces ouvrages dans le contexte de sa pensée politique, de l’offre de livres pour enfants de l’époque et des débats de la fin du XVIIIè et du début du XIXè siècle concernant notamment l’éducation, la moralité, la religion et l’histoire, je montre qu’au contraire, Godwin cherche à poursuivre ses efforts de réforme politique à travers ces livres. Il s’attaque aux fondements de l’éducation des classes moyennes britanniques, afin de contribuer à la formation d’une nouvelle génération qui engagerait la marche vers le progrès social et politique.

 

Reforming the youth: William Godwin as a writer of children’s books

William Godwin (1756-1836) is mostly known as an “English Jacobin” and as the author of the anarchistic Enquiry Concerning Political Justice (1793) and the Jacobin novel Caleb Williams (1794). However, he was also the author of essays on education – collected in The Enquirer (1797) – and children’s books (between 1802 and 1822). From 1805 to 1825, he even owned a bookselling business, the Juvenile Library, for which he wrote 9 works, from a collection of fables to a history of Classical Greece. In this paper, I want to examine these works which have too often been treated as minor, the hackwork of a penniless out-of-fashion radical, detached from the political activity that had made him famous in the 1790s. Against this view, I show that these children’s books were Godwin’s way of pursuing radical reform. To do so, I replace them works in the contexts of Godwin’s own thought, the range of similar writing for children at the time, and broader late-eighteenth and early-nineteenth century intellectual debates, particularly those concerning education, morality, religion, and history. I show how Godwin challenged the foundations of middle-class education in Britain, to contribute to the growth of a new generation, better equipped to bring about social and political progress.

John-Erik Hansson est Maître de Conférences en histoire britannique à l’Université de Paris et membre du LARCA. 

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, Salle D421, de 17h à 18h30 (La séance aura lieu en présentiel uniquement. Un enregistrement sera diffusé ultérieurement sur la chaine youtube du séminaire).

Gareth Curless, “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire” (08/04)

Jeudi 8 avril 2021 à  17 h : Gareth Curless (University of Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire”

The strikes and labour riots that swept through the empire during the late 1930s are widely regarded as a watershed moment in the history of British imperialism. According to conventional histories, the unrest was a catalyst for a major reorientation of not just colonial labour policy but colonial attitudes towards social and economic development in the empire. Gareth Curless reconsiders this established narrative, using comparative case studies from Singapore, British Guiana and the Gold Coast.

While accepting that colonial states intervened more directly in the social and economic spheres of colonial rule after the late 1930s, Gareth Curless argues that these policies emerged out of pre-existing policies and debates in both London and the colonies, which in some instances can be traced back to the late 19th century; as the civilising mission gave way to the language of modernisation, colonial labour regimes continued to be concerned with the control, regulation and reproduction of African and Asian workers. Curless shows that the power of the colonial state was not absolute, however, considering African and Asian workers who frequently practiced more subterranean or `everyday’ forms of resistance such as absenteeism, industrial sabotage, theft and go-slow protests. He emphasises the role of class and `ordinary’ Africans and Asians, focusing on the emergence of class identity and consciousness as a result of struggles between colonial workers and employers and the state.

 

Participer à la réunion Zoom : 
Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard

Robert Poole, « Peterloo and the English Radical Press » (4 fév.)

Jeudi 4 février 2021 à  17 h : Robert Poole (University of Central Lancashire ), « Peterloo and the English Radical Press »

The Manchester Observer (1818-22) was England’s leading radical newspaper at the time of the ‘Peterloo’ meeting of August 1819, in which it played a central role. For a time it enjoyed the highest circulation of any provincial newspaper, holding a position comparable to that of the Chartist Northern Star twenty years later. It also pioneered dual publication in Manchester and London. Its columns provide insights into Manchester’s secretive local government and into labour and radical movements. Correspondence in the National Archives demonstrates the relationship between radicals in London and in the provinces, and shows how local magistrates conspired with government to prosecute the radical press in the north, where juries were more pliable than those in London. The experience of the Manchester Observer also played a role in the founding of the Manchester Guardian, now simply The Guardian, whose bicentenary is marked by an exhibition in Manchester in 2021.

Links:

The Manchester Observer is digitised as part of the Peterloo Collection at the John Rylands Library, University of Manchester: https://luna.manchester.ac.uk/luna/servlet/Manchester~24~24

(search for ‘Manchester Observer’)

‘The Manchester Observer: biography of a radical newspaper’, open access at https://www.ingentaconnect.com/content/manup/bjrl

 Robert Poole, professeur à University of Central Lancashire, est notamment l’auteur de Peterloo. The English Uprising (Oxford, Oxford University Press, 2019) https://global.oup.com/academic/product/peterloo-9780198783466?cc=fr&lang=en&

Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

19 novembre: l’intervention de Rachel Holmes est annulée

Jeudi 19 novembre à 17h : l’intervention de Rachel Holmes est annulée. 

 En remplacement : Fabrice Bensimon (Sorbonne Université) : « Londres, 10 avril 1848 : les chartistes dans l’œil du photographe »

Résumé : Pour les chartistes, le lundi 10 avril 1848 était un grand jour. Depuis des semaines, ils faisaient signer la pétition pour la Charte du peuple. Celle-ci devait être remise au Parlement, et les chartistes se rassemblèrent au sud de la Tamise, à Kennington Common. Combien étaient-ils ? 400 000, selon leur dirigeant Feargus O’Connor ; 10 000 selon les autorités, une hypothèse basse qu’un dessin de presse semblait confirmer. Le mouvement allait ensuite décliner irrémédiablement 

130 ans plus tard, deux daguerréotypes émergeaient des archives royales. Bien qu’ils aient été abondamment reproduits depuis dans les manuels, les revues ou sur Internet, ces premières photographies politiques de l’histoire n’ont sans pas encore livré tous leurs secrets. Que nous disent-elles du chartisme et de ce moment politique ? Que nous montrent-elles du monde ouvrier, dans ce qui est alors la plus grande ville au monde, le Londres de la révolution industrielle ? 

Le séminaire ne pourra se réunir à la Maison de la Recherche, mais uniquement en visio. Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard yann_beliard(at)yahoo.fr

Jean-François Dunyach et Nathalie Kouamé, autour de leur ouvrage _Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais_ (Paris, 2020) (jeudi 15 octobre à 17h)

Jeudi 15 octobre à 17h : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) & Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais , Paris, Karthala, 2020. 

  Présentation (4e de couverture): 

Et si, au regard de l’histoire, le Japon et la Grande-Bretagne n’étaient pas véritablement des îles ? Derrière l’apparente évidence de ces terres entourées d’eau se cachent, peut-être, d’authentiques malentendus. Les innombrables lieux communs sur les cultures et les esprits mentalités prétendument insulaires de ces deux archipels posés à l’Occident et à l’Orient du vaste continent eurasiatique, méritent d’être interrogés. 

Dans cet ouvrage, deux historiens débattent à partir de leur terrain d’élection, le Royaume-Uni pour l’un, le Japon pour l’autre, de la pertinence de la notion d’insularité en histoire. Dans ce dialogue où chaque archipel tend à l’autre un miroir, il est question d’identités, d’échanges, de cosmogonies, de littératures… Insularité subie, insularité proclamée, insularité dépassée : d’où vient la puissance des représentations et des fantasmes que recèle l’expérience insulaire ? Quel est, en somme, l’empire des îles sur l’histoire des mondes britannique et japonais ? 

Évoquant tout autant Robinson Crusoé que le mythe shintô de la création des îles japonaises, la colonisation romaine de l’île de Bretagne et les incursions mongoles au pays du Soleil levant, les pirates du Japon médiéval ou les ressorts du Brexit contemporain, cet ouvrage foisonnant, érudit et stimulant, s’adresse à tous ceux qui ont en partage le goût de « la différence historique ». 

  Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche. 

La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible sur simple demande fbensimon[at]free.fr

Ariane Mak: Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) (8 oct.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6 e , Salle D421

Jeudi 8 octobre à 17h : Ariane Mak (Université de Paris) « Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) »

Comment enquêter en temps de guerre quand la figure de l’espion hante les esprits ? L’intervention se penche sur un point aveugle de l’histoire du Mass-Observation (1937-1949) – à savoir la manière dont cette organisation britannique de sciences sociales a dû faire face à une suspicion généralisée durant la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci s’exprime en premier lieu dans l’enquête de terrain, alors que les enquêteurs du Mass-Observation, soupçonnés d’espionnage, se voient pris en filature par une population aux aguets, voire emmenés au poste. Cette méfiance se dit à un autre niveau dans la controverse médiatico -politique des « Cooper’s Snoopers » qui éclate autour de l’usage d’enquêtes scientifiques – et de l’enquête d’opinion en particulier – par l’État. Entre suspicion de surveillance politique et moqueries face à la prétendue scientificité des méthodes employées, le scandale s’étale dans la presse avant de s’inviter dans les débats de la Chambre des Communes. L’intervention interroge les rapports entre science et politique, et éclaire la figure ambivalente du scientifique et de l’enquêteur de terrain dans le Royaume-Uni des années 1940.

Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche.
La communication d’Ariane Mak sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon[at]free.fr


Cesare Cuttica : « Democracy in Early Modern England. A Challenge Then and a Challenge Now » (17/10)

Cesare Cuttica (Paris 8), présentera sa communication « Democracy in Early Modern England. A Challenge Then and a Challenge Now » le jeudi 17 octobre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421
 
Résumé
 Churchill once famously declared: “democracy is the worst form of government, except for all those other forms that have been tried from time to time”. This was not true for the great majority of thinkers who wrote about politics in the early modern period. In fact, deep mistrust of popular rule that had originated in ancient Greece, and had persisted through to the Roman epoch into the Middle Ages, found fertile ground in early modern England. Yet the observation that since democracy back then did not exist, pre-nineteenth-century criticisms of it are not worth exploring has led the historiographical mainstream to neglect some major questions: why was this so? How was such widespread criticism of popular government articulated? In what ways did different authors and genres depict the people and their power? Which political concerns, social prejudices and clusters of values informed this anti-democratic paradigm? What was democracy actually thought to stand for?
In order to address these points my talk analyses how anti-democratic ideas were elaborated in various sources in the late Tudor and early Stuart reigns. In particular, it offers a panoramic view onto the variegated landscape of anti-democratic thought to show the remarkable continuity informing its rhetoric. My presentation also reveals how political and religious discourse(s) as well as events were defined by concerns surrounding democracy – not republicanism: so much so that we can speak of democracy as an omnipresent challenge at a plurality of levels in early modern English public life. Inevitably selective, my approach provides a hopefully innovative illustration of an important but overlooked topic as well as an examination of the long-term relevance of principles that are still much debated today.
 
Cesare Cuttica est Maître de conférences en civilisation britannique au Département d’Études des Pays Anglophones de l’Université Paris 8 et membre de l’E.A. 1569 Transferts critiques anglophones (TransCrit).

Christopher Fletcher, « Les masculinités et la difficile émergence d’une culture politique “publique” au XIIIe siècle » (26/09)

Christopher Fletcher présentera sa communication « Les masculinités et la difficile émergence d’une culture politique “publique” au XIIIe siècle » le jeudi 26 septembre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

“Entre le début du XIIIe siècle et le milieu du XIVe siècle, la culture politique anglaise subit une série de mutations, due au développement de la fiscalité, du système judiciaire, de la représentation politique, des requêtes et pétitions, de l’utilisation des jurys d’enquête et de formes de comptabilité, que l’on peut qualifier de l’émergence d’une culture politique « publique ». Ces développements sont bien connus des historiens, mais ils n’ont pas encore considérés dans leur aspect genré : comment ils changent les rapports de force entre différentes masculinités (et féminités) politiques. Cette intervention propose une première esquisse, en se concentrant sur les débuts de ce processus pendant le règne d’Henri III (1216-1272).”

Christopher Fletcher est chargé de recherche CNRS, affilié à l’IRHiS (université de Lille). Il a notamment publié Richard II: Manhood, Youth and Politics (2008). Il a récemment édité un large « handbook » dédié aux masculinités et cultures politiques de l’antiquité à nos jours chez Palgrave Macmillan (2018). Il s’intéresse à l’histoire du genre, à l’histoire politique et sociale, des îles Britanniques et du nord de l’Europe à la fin du Moyen Âge.

Alice Taylor : « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles »

Dr Alice Taylor, de King’s College (Londres), présentera sa communication « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles », le jeudi 24 mai à 17h.

ATTENTION : cette séance aura exceptionnellement lieu à l’École nationale des chartes (salle Delisle), 65 rue de Richelieu, 75002 Paris. Veuillez également noter que la séance débutera à 17h.

Pour des raisons de sécurité, il est demandé de s’inscrire sur : http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/forme-etat-ecosse-xiispane-xiiispane-siecles

Résumé :

La communication d’Alice Taylor traitera de la forme et de la structure du gouvernement royal en Écosse pendant le XIIe et XIIIe siècles. Comme ailleurs en Europe, les modalités de l’exercice du pouvoir ont été transformées au cours de cette période avec le développement d’un gouvernement bureaucratique, comprenant l’administration financière et judiciaire, et marqué par l’usage de documents (il se produisit ici, comme ailleurs, une révolution de l’écrit). Mais quelle était la forme de ce gouvernement ? La réponse a été dominée jusqu’ici par la comparaison avec l’Angleterre. Il va de soi que certains traits de ce gouvernement sont des imitations : les sheriffs et justiciers sont introduits en Écosse comme en Angleterre. Le but de cette communication est de démontrer les différences pourtant importantes entre les gouvernements anglais et écossais, et de poser quelques questions sur la genèse de l’État médiéval en général.

Alice Taylor est Reader en histoire médiévale à King’s College London. Elle est l’auteur de The Shape of the State in Medieval Scotland (Oxford, 2016) et de nombreuses contributions sur l’histoire politique et juridique de l’Écosse du XIe au XIVe siècle. Elle a également dirigé l’ouvrage Identifying Governmental Forms in Europe, c.1100-1300 : Palaeography, Diplomatics and History (à paraître).

Pour tout renseignement : contacter frederique.lachaud@orange.fr (ou frederique.lachaud@paris-sorbonne.fr) ou patrick.arabeyre@chartes.psl.eu

David Carpenter : “Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective” (12/04)

Professeur David Carpenter, de King’s College (Londres), présentera sa communication “Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective”, le jeudi 12 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Résumé :

La communication de David Carpenter jette une lumière nouvelle sur les négociations qui menèrent au Traité de Paris de 1259. En particulier, il montre que la perception que Louis IX avait de la révolution politique anglaise eut un impact sur les négociations et sur la forme des documents ratifiés au moment du traité. Saint Louis apparaît ici comme un politicien résolu. Pour illustrer cette communication, David Carpenter montrera des images de tous les documents qui ont survécu pour ces négociations, et qui sont conservés à la British Library, aux National Archives (Kew) et aux Archives Nationales à Paris.

David Carpenter est professeur émérite de King’s College London. Ses publications incluent   The Battles of Lewes and Evesham (1987), The Reign of Henry III (1996), The Struggle for Mastery : Britain 1066-1284, The Penguin History of Britain (2003). Liste complète sur https://kclpure.kcl.ac.uk/portal/david.carpenter.html

Le texte de la communication donnée en anglais sera disponible sur place.

 

Rohan McWilliam : “Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories” (16/11)

Rohan McWilliam, professeur et co-directeur du Labour History Research Unit à Anglia Ruskin University, Cambridge, présentera sa communication “Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories” le jeudi 16 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 

Résumé :

“The serious scholarly study of Thatcherism in Britain is expanding dramatically. Far less attention has been devoted to Labour in the 1980s or the cultures of the left more widely. This paper, drawn from a new edited collection, Labour and the Left in the 1980s (to be published by Manchester University Press in December 2017), seeks to redress this and calls for new historical investigations of recent progressive politics so as to put the development of modern neo-liberalism in perspective. The 1980s was a contested and divided decade.

Why did the left do so badly? Labour was defeated in the elections of 1979, 1983, 1987 and 1992. Workers’ struggles, such as the 1984-5 Miners’ Strike, ended in defeat.   This paper argues that in many ways the 1980s was actually a creative decade for the left. We need to redefine what we mean by political success. The left shaped the morality of modern Britain in distinctive ways. Arguments about opposition to gender or racial or homophobic discrimination (once controversial) are now mainstream. This paper considers the paradigms and approaches that need to shape a new history of the modern British left.”