Gareth Curless, “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire” (08/04)

Jeudi 8 avril 2021 à  17 h : Gareth Curless (University of Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire”

The strikes and labour riots that swept through the empire during the late 1930s are widely regarded as a watershed moment in the history of British imperialism. According to conventional histories, the unrest was a catalyst for a major reorientation of not just colonial labour policy but colonial attitudes towards social and economic development in the empire. Gareth Curless reconsiders this established narrative, using comparative case studies from Singapore, British Guiana and the Gold Coast.

While accepting that colonial states intervened more directly in the social and economic spheres of colonial rule after the late 1930s, Gareth Curless argues that these policies emerged out of pre-existing policies and debates in both London and the colonies, which in some instances can be traced back to the late 19th century; as the civilising mission gave way to the language of modernisation, colonial labour regimes continued to be concerned with the control, regulation and reproduction of African and Asian workers. Curless shows that the power of the colonial state was not absolute, however, considering African and Asian workers who frequently practiced more subterranean or `everyday’ forms of resistance such as absenteeism, industrial sabotage, theft and go-slow protests. He emphasises the role of class and `ordinary’ Africans and Asians, focusing on the emergence of class identity and consciousness as a result of struggles between colonial workers and employers and the state.

 

Participer à la réunion Zoom : 
Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard

Robert Poole, « Peterloo and the English Radical Press » (4 fév.)

Jeudi 4 février 2021 à  17 h : Robert Poole (University of Central Lancashire ), « Peterloo and the English Radical Press »

The Manchester Observer (1818-22) was England’s leading radical newspaper at the time of the ‘Peterloo’ meeting of August 1819, in which it played a central role. For a time it enjoyed the highest circulation of any provincial newspaper, holding a position comparable to that of the Chartist Northern Star twenty years later. It also pioneered dual publication in Manchester and London. Its columns provide insights into Manchester’s secretive local government and into labour and radical movements. Correspondence in the National Archives demonstrates the relationship between radicals in London and in the provinces, and shows how local magistrates conspired with government to prosecute the radical press in the north, where juries were more pliable than those in London. The experience of the Manchester Observer also played a role in the founding of the Manchester Guardian, now simply The Guardian, whose bicentenary is marked by an exhibition in Manchester in 2021.

Links:

The Manchester Observer is digitised as part of the Peterloo Collection at the John Rylands Library, University of Manchester: https://luna.manchester.ac.uk/luna/servlet/Manchester~24~24

(search for ‘Manchester Observer’)

‘The Manchester Observer: biography of a radical newspaper’, open access at https://www.ingentaconnect.com/content/manup/bjrl

 Robert Poole, professeur à University of Central Lancashire, est notamment l’auteur de Peterloo. The English Uprising (Oxford, Oxford University Press, 2019) https://global.oup.com/academic/product/peterloo-9780198783466?cc=fr&lang=en&

Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

19 novembre: l’intervention de Rachel Holmes est annulée

Jeudi 19 novembre à 17h : l’intervention de Rachel Holmes est annulée. 

 En remplacement : Fabrice Bensimon (Sorbonne Université) : « Londres, 10 avril 1848 : les chartistes dans l’œil du photographe »

Résumé : Pour les chartistes, le lundi 10 avril 1848 était un grand jour. Depuis des semaines, ils faisaient signer la pétition pour la Charte du peuple. Celle-ci devait être remise au Parlement, et les chartistes se rassemblèrent au sud de la Tamise, à Kennington Common. Combien étaient-ils ? 400 000, selon leur dirigeant Feargus O’Connor ; 10 000 selon les autorités, une hypothèse basse qu’un dessin de presse semblait confirmer. Le mouvement allait ensuite décliner irrémédiablement 

130 ans plus tard, deux daguerréotypes émergeaient des archives royales. Bien qu’ils aient été abondamment reproduits depuis dans les manuels, les revues ou sur Internet, ces premières photographies politiques de l’histoire n’ont sans pas encore livré tous leurs secrets. Que nous disent-elles du chartisme et de ce moment politique ? Que nous montrent-elles du monde ouvrier, dans ce qui est alors la plus grande ville au monde, le Londres de la révolution industrielle ? 

Le séminaire ne pourra se réunir à la Maison de la Recherche, mais uniquement en visio. Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard yann_beliard(at)yahoo.fr

Jean-François Dunyach et Nathalie Kouamé, autour de leur ouvrage _Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais_ (Paris, 2020) (jeudi 15 octobre à 17h)

Jeudi 15 octobre à 17h : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) & Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais , Paris, Karthala, 2020. 

  Présentation (4e de couverture): 

Et si, au regard de l’histoire, le Japon et la Grande-Bretagne n’étaient pas véritablement des îles ? Derrière l’apparente évidence de ces terres entourées d’eau se cachent, peut-être, d’authentiques malentendus. Les innombrables lieux communs sur les cultures et les esprits mentalités prétendument insulaires de ces deux archipels posés à l’Occident et à l’Orient du vaste continent eurasiatique, méritent d’être interrogés. 

Dans cet ouvrage, deux historiens débattent à partir de leur terrain d’élection, le Royaume-Uni pour l’un, le Japon pour l’autre, de la pertinence de la notion d’insularité en histoire. Dans ce dialogue où chaque archipel tend à l’autre un miroir, il est question d’identités, d’échanges, de cosmogonies, de littératures… Insularité subie, insularité proclamée, insularité dépassée : d’où vient la puissance des représentations et des fantasmes que recèle l’expérience insulaire ? Quel est, en somme, l’empire des îles sur l’histoire des mondes britannique et japonais ? 

Évoquant tout autant Robinson Crusoé que le mythe shintô de la création des îles japonaises, la colonisation romaine de l’île de Bretagne et les incursions mongoles au pays du Soleil levant, les pirates du Japon médiéval ou les ressorts du Brexit contemporain, cet ouvrage foisonnant, érudit et stimulant, s’adresse à tous ceux qui ont en partage le goût de « la différence historique ». 

  Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche. 

La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible sur simple demande fbensimon[at]free.fr

Ariane Mak: Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) (8 oct.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6 e , Salle D421

Jeudi 8 octobre à 17h : Ariane Mak (Université de Paris) « Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) »

Comment enquêter en temps de guerre quand la figure de l’espion hante les esprits ? L’intervention se penche sur un point aveugle de l’histoire du Mass-Observation (1937-1949) – à savoir la manière dont cette organisation britannique de sciences sociales a dû faire face à une suspicion généralisée durant la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci s’exprime en premier lieu dans l’enquête de terrain, alors que les enquêteurs du Mass-Observation, soupçonnés d’espionnage, se voient pris en filature par une population aux aguets, voire emmenés au poste. Cette méfiance se dit à un autre niveau dans la controverse médiatico -politique des « Cooper’s Snoopers » qui éclate autour de l’usage d’enquêtes scientifiques – et de l’enquête d’opinion en particulier – par l’État. Entre suspicion de surveillance politique et moqueries face à la prétendue scientificité des méthodes employées, le scandale s’étale dans la presse avant de s’inviter dans les débats de la Chambre des Communes. L’intervention interroge les rapports entre science et politique, et éclaire la figure ambivalente du scientifique et de l’enquêteur de terrain dans le Royaume-Uni des années 1940.

Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche.
La communication d’Ariane Mak sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon[at]free.fr


Cesare Cuttica : « Democracy in Early Modern England. A Challenge Then and a Challenge Now » (17/10)

Cesare Cuttica (Paris 8), présentera sa communication « Democracy in Early Modern England. A Challenge Then and a Challenge Now » le jeudi 17 octobre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421
 
Résumé
 Churchill once famously declared: “democracy is the worst form of government, except for all those other forms that have been tried from time to time”. This was not true for the great majority of thinkers who wrote about politics in the early modern period. In fact, deep mistrust of popular rule that had originated in ancient Greece, and had persisted through to the Roman epoch into the Middle Ages, found fertile ground in early modern England. Yet the observation that since democracy back then did not exist, pre-nineteenth-century criticisms of it are not worth exploring has led the historiographical mainstream to neglect some major questions: why was this so? How was such widespread criticism of popular government articulated? In what ways did different authors and genres depict the people and their power? Which political concerns, social prejudices and clusters of values informed this anti-democratic paradigm? What was democracy actually thought to stand for?
In order to address these points my talk analyses how anti-democratic ideas were elaborated in various sources in the late Tudor and early Stuart reigns. In particular, it offers a panoramic view onto the variegated landscape of anti-democratic thought to show the remarkable continuity informing its rhetoric. My presentation also reveals how political and religious discourse(s) as well as events were defined by concerns surrounding democracy – not republicanism: so much so that we can speak of democracy as an omnipresent challenge at a plurality of levels in early modern English public life. Inevitably selective, my approach provides a hopefully innovative illustration of an important but overlooked topic as well as an examination of the long-term relevance of principles that are still much debated today.
 
Cesare Cuttica est Maître de conférences en civilisation britannique au Département d’Études des Pays Anglophones de l’Université Paris 8 et membre de l’E.A. 1569 Transferts critiques anglophones (TransCrit).

Christopher Fletcher, « Les masculinités et la difficile émergence d’une culture politique « publique » au XIIIe siècle » (26/09)

Christopher Fletcher présentera sa communication « Les masculinités et la difficile émergence d’une culture politique « publique » au XIIIe siècle » le jeudi 26 septembre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

« Entre le début du XIIIe siècle et le milieu du XIVe siècle, la culture politique anglaise subit une série de mutations, due au développement de la fiscalité, du système judiciaire, de la représentation politique, des requêtes et pétitions, de l’utilisation des jurys d’enquête et de formes de comptabilité, que l’on peut qualifier de l’émergence d’une culture politique « publique ». Ces développements sont bien connus des historiens, mais ils n’ont pas encore considérés dans leur aspect genré : comment ils changent les rapports de force entre différentes masculinités (et féminités) politiques. Cette intervention propose une première esquisse, en se concentrant sur les débuts de ce processus pendant le règne d’Henri III (1216-1272). »

Christopher Fletcher est chargé de recherche CNRS, affilié à l’IRHiS (université de Lille). Il a notamment publié Richard II: Manhood, Youth and Politics (2008). Il a récemment édité un large « handbook » dédié aux masculinités et cultures politiques de l’antiquité à nos jours chez Palgrave Macmillan (2018). Il s’intéresse à l’histoire du genre, à l’histoire politique et sociale, des îles Britanniques et du nord de l’Europe à la fin du Moyen Âge.

Alice Taylor : « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles »

Dr Alice Taylor, de King’s College (Londres), présentera sa communication « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles », le jeudi 24 mai à 17h.

ATTENTION : cette séance aura exceptionnellement lieu à l’École nationale des chartes (salle Delisle), 65 rue de Richelieu, 75002 Paris. Veuillez également noter que la séance débutera à 17h.

Pour des raisons de sécurité, il est demandé de s’inscrire sur : http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/forme-etat-ecosse-xiispane-xiiispane-siecles

Résumé :

La communication d’Alice Taylor traitera de la forme et de la structure du gouvernement royal en Écosse pendant le XIIe et XIIIe siècles. Comme ailleurs en Europe, les modalités de l’exercice du pouvoir ont été transformées au cours de cette période avec le développement d’un gouvernement bureaucratique, comprenant l’administration financière et judiciaire, et marqué par l’usage de documents (il se produisit ici, comme ailleurs, une révolution de l’écrit). Mais quelle était la forme de ce gouvernement ? La réponse a été dominée jusqu’ici par la comparaison avec l’Angleterre. Il va de soi que certains traits de ce gouvernement sont des imitations : les sheriffs et justiciers sont introduits en Écosse comme en Angleterre. Le but de cette communication est de démontrer les différences pourtant importantes entre les gouvernements anglais et écossais, et de poser quelques questions sur la genèse de l’État médiéval en général.

Alice Taylor est Reader en histoire médiévale à King’s College London. Elle est l’auteur de The Shape of the State in Medieval Scotland (Oxford, 2016) et de nombreuses contributions sur l’histoire politique et juridique de l’Écosse du XIe au XIVe siècle. Elle a également dirigé l’ouvrage Identifying Governmental Forms in Europe, c.1100-1300 : Palaeography, Diplomatics and History (à paraître).

Pour tout renseignement : contacter frederique.lachaud@orange.fr (ou frederique.lachaud@paris-sorbonne.fr) ou patrick.arabeyre@chartes.psl.eu

David Carpenter : « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective » (12/04)

Professeur David Carpenter, de King’s College (Londres), présentera sa communication « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective », le jeudi 12 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Résumé :

La communication de David Carpenter jette une lumière nouvelle sur les négociations qui menèrent au Traité de Paris de 1259. En particulier, il montre que la perception que Louis IX avait de la révolution politique anglaise eut un impact sur les négociations et sur la forme des documents ratifiés au moment du traité. Saint Louis apparaît ici comme un politicien résolu. Pour illustrer cette communication, David Carpenter montrera des images de tous les documents qui ont survécu pour ces négociations, et qui sont conservés à la British Library, aux National Archives (Kew) et aux Archives Nationales à Paris.

David Carpenter est professeur émérite de King’s College London. Ses publications incluent   The Battles of Lewes and Evesham (1987), The Reign of Henry III (1996), The Struggle for Mastery : Britain 1066-1284, The Penguin History of Britain (2003). Liste complète sur https://kclpure.kcl.ac.uk/portal/david.carpenter.html

Le texte de la communication donnée en anglais sera disponible sur place.

 

Rohan McWilliam : « Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories » (16/11)

Rohan McWilliam, professeur et co-directeur du Labour History Research Unit à Anglia Ruskin University, Cambridge, présentera sa communication « Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories » le jeudi 16 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 

Résumé :

« The serious scholarly study of Thatcherism in Britain is expanding dramatically. Far less attention has been devoted to Labour in the 1980s or the cultures of the left more widely. This paper, drawn from a new edited collection, Labour and the Left in the 1980s (to be published by Manchester University Press in December 2017), seeks to redress this and calls for new historical investigations of recent progressive politics so as to put the development of modern neo-liberalism in perspective. The 1980s was a contested and divided decade.

Why did the left do so badly? Labour was defeated in the elections of 1979, 1983, 1987 and 1992. Workers’ struggles, such as the 1984-5 Miners’ Strike, ended in defeat.   This paper argues that in many ways the 1980s was actually a creative decade for the left. We need to redefine what we mean by political success. The left shaped the morality of modern Britain in distinctive ways. Arguments about opposition to gender or racial or homophobic discrimination (once controversial) are now mainstream. This paper considers the paradigms and approaches that need to shape a new history of the modern British left. »

Autour de John Stuart Mill – Malik Bozzo-Rey, Jean-Pierre Cléro, Claire Wrobel, Michel Lemosse, Alain Laurent (24/11)

La séance portera sur John Stuart Mill et réunira plusieurs intervenants. Nous accueillerons Malik Bozzo-Rey (Université Catholique de Lille), Jean-Pierre Cléro (Université de Rouen) et Claire Wrobel (Université Paris II Panthéon-Assas), traducteurs de Considérations sur le gouvernement représentatif (Hermann, 2014), ainsi que Michel Lemosse (Nice), traducteur de Sur le socialisme (Les Belles Lettres,2016) et le préfacier Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collections aux Editions des Belles Lettres.

Résumé :

« Les Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill en perspective
Afin de présenter la traduction collective faite des Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill, les questions suivantes seront abordées en premier lieu : pourquoi re-traduire ce texte, qui a déjà fait l’objet d’une traduction en français au XIXe siècle et d’une autre plus récente ? Comment s’effectuent la réflexion et les choix dans une traduction faisant intervenir des spécialistes de champs différents (en l’occurrence deux philosophes et une angliciste) ?
On s’intéressera ensuite plus particulièrement aux notes historiques ajoutées à la traduction, qui permettent d’ancrer le texte dans la culture de J.S. Mill mais aussi dans l’actualité immédiate de la réforme parlementaire en Angleterre et, au-delà, dans la réalité des systèmes politiques contemporains de Mill à l’échelle internationale.
Enfin, on abordera brièvement les thèses présentées par Mill pour situer sa pensée dans la tradition utilitariste, souligner les surprises que peut occasionner la lecture des Considérations et essayer de mettre en avant l’intérêt de ce texte pour le lecteur contemporain, en essayant d’éviter les projections anachroniques. »
Claire Wrobel et al.

Ann Towns: « Globalizing the Exclusion of Women from Politics in the Long Nineteenth Century »

Ann Towns de l’Université de Göteborg, présentera sa communication « Globalizing the Exclusion of Women from Politics in the Long Nineteenth Century » le jeudi 6 octobre, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé :

This seminar focuses on the importance of gender in the British-dominated nineteenth century society of states. More specifically, the seminar pulls together scholarship in history to provide a grand narrative – a macro-historical account — of the centrality of gender in the development and globalization of state polities between the eighteenth and twentieth centuries. The talk first focuses on the diverse ways in which gender was organized in polities around the world in the eighteenth and nineteenth century – some polities included female rule, whereas others were male dominated. The talk then shows that this diversity gave way to more uniform exclusion of women, as the barring of female political power became an informal standard of civilization in international society, embedded in British and French colonialism and scientific ideas. The expansion of the ideas and practices of British-dominated international society thus helped spread and standardize male rule, displacing gender arrangements that empowered women politically in Africa, Native America and Asia. This history is particularly important in light of contemporary assumptions about the Anglo-American origins of the political empowerment of women.

 

Lawrence Goldman: “Founding the Welfare State: The Collective Biography of William Beveridge, R. H. Tawney and William Temple”

Lawrence Goldman, de l’Institute of Historical Research, présentera sa communication “Founding the Welfare State: The Collective Biography of William Beveridge, R. H. Tawney and William Temple” le jeudi 7 avril, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

 

Diaporama: cliquer pour télécharger

Résumé:

This paper will examine the close personal relations between three of the most prominent British social reformers of the twentieth century. Tawney and Temple were at school together; all three overlapped as students in the same Oxford college; Tawney married Beveridge’s sister; they remained friends and colleagues for the rest of their lives. What do these personal relationships tell us about social politics in Britain between 1900-1950? Can the Welfare State be reduced to three interlocking biographies? And in what ways was the English intellectual and political elite different from the French elite in this period?

Paul Pickering, « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world »

Paul Pickering, de la Australian National University, présentera sa communication « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world » le vendredi 1er avril, de 14h à 16h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D323.

Changement de date : cette séance remplace celle initialement prévue le 31 mars, reportée en raison de la journée de mobilisation contre la loi travail.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Australia is often cited as one of the most successful democracies in the world. Many of the social and political reforms achieved in Australia before the First World War were implemented well before the Imperial metropole. Indeed, as early as the 1890s, Australia was widely regarded as a ‘workingman’s paradise’ and a ‘Better Britain’. The achievement of a comparatively progressive and democratic society however was tainted by racist views, which diverged markedly from the abstract notions of indigenous rights in the Empire. This paper will examine the relationship between Britain and the ‘Better Britain’ in the antipodes and question the value of telling stories of the British World.

Sophie Ambler: « Magna Carta and the Statute of Pamiers »

Sophie Ambler, du Magna Carta Project, présentera sa communication « Magna Carta and the Statue of Pamiers » le jeudi 25 février, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante : Elisabeth Lalou, de l’Université de Rouen.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Résumé:

It has long been acknowledged that Magna Carta – now an iconic document in English/British history – was one of several great charters or statutes issued by European rulers in the thirteenth century. Little has been done, though, to compare these documents in order to find out what their differences and similarities can tell us about rulership in thirteenth-century Europe. This paper will focus on two documents – King John’s Magna Carta of 1215 and the Statute of Pamiers, issued in 1212 by Simon de Montfort, leader of the Albigensian Crusade – looking at the context in which they were issued, and how they were used by those who granted them to broadcast a message about their rule.