Gareth Curless, “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire” (08/04)

Jeudi 8 avril 2021 à  17 h : Gareth Curless (University of Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire”

The strikes and labour riots that swept through the empire during the late 1930s are widely regarded as a watershed moment in the history of British imperialism. According to conventional histories, the unrest was a catalyst for a major reorientation of not just colonial labour policy but colonial attitudes towards social and economic development in the empire. Gareth Curless reconsiders this established narrative, using comparative case studies from Singapore, British Guiana and the Gold Coast.

While accepting that colonial states intervened more directly in the social and economic spheres of colonial rule after the late 1930s, Gareth Curless argues that these policies emerged out of pre-existing policies and debates in both London and the colonies, which in some instances can be traced back to the late 19th century; as the civilising mission gave way to the language of modernisation, colonial labour regimes continued to be concerned with the control, regulation and reproduction of African and Asian workers. Curless shows that the power of the colonial state was not absolute, however, considering African and Asian workers who frequently practiced more subterranean or `everyday’ forms of resistance such as absenteeism, industrial sabotage, theft and go-slow protests. He emphasises the role of class and `ordinary’ Africans and Asians, focusing on the emergence of class identity and consciousness as a result of struggles between colonial workers and employers and the state.

 

Participer à la réunion Zoom : 
Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard

Autour de thèses en cours sur l’histoire ouvrière dans le monde britannique (04/04)

Dans le cadre d’une séance autour de thèses en cours sur l’histoire ouvrière dans le monde britannique, Anh-Dao Bui Tran (Paris Sorbonne) parlera des ouvriers de la construction au Canada (années 1850) ; Justine Cousin (Paris Sorbonne) parlera des marins extra-européens des compagnies maritimes britanniques (1860-1960) ; et Béatrice Robic (Paris Sorbonne) parlera du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles aux débuts de la scolarité obligatoire (1870-1914).

Cette séance remplace celle initialement prévue avec Catherine Hall, qui n’est pas disponible.

 Discutants : Yann Béliard (Paris 3) et Philippe Minard (Paris 8/EHESS)

Jill Liddington : Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), 29/03

Jill Liddington, de l’Université de Leeds, viendra présenter l’ouvrage Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), traduction de J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us: The Rise of the Women’s Suffrage Movement (Virago, 1978), le jeudi 29 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

Au début du XXe siècle, dans une Grande-Bretagne qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l’Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Le 1er mai 1900, elles lancent une pétition pour le droit de vote des femmes. Elles vont dans toutes les usines, y compris les plus petites filatures, pour rencontrer les ouvrières du coton. Elles recueillent 29 359 signatures. C’est le début d’un combat qui dure jusqu’en 1914.

Leur lutte pour le suffrage s’inscrit dans un combat plus vaste pour l’émancipation des femmes : pour de meilleures conditions de travail et contre les inégalités de salaire ; pour le droit des filles à l’éducation et des épouses au divorce ; pour l’égalité avec les hommes pour la garde des enfants ; pour le droit des femmes au travail ; pour l’émancipation ouvrière et le socialisme. Le militantisme lui-même est un combat, pour ces femmes qui doivent souvent tout à la fois élever une famille et gagner leur vie, avec « une main liée dans le dos ». Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

Traduction de Laurent Bury. Préface de Fabrice Bensimon.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris-Diderot)

Cette séance est organisée par le CREA (EA370 – Paris Nanterre). Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr).

Fabrice Bensimon : « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » (22/02)

Fabrice Bensimon, de Paris-Sorbonne et Research Fellow à University College London, présentera sa communication « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » le jeudi 22 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« En 1817, trois artisans britanniques installent à Calais une mécanique à tulle. Ce sont les pionniers d’une filière de plusieurs milliers de migrants provenant de la région de Nottingham, vers le nord de la France où, au cours des décennies suivantes, ils construisent une industrie dentellière qui s’impose progressivement sur la dentelle manuelle. Dans l’industrie du fer, les maîtres de forge français, belges ou allemands recrutent pour leur part des ouvriers du sud du pays de Galles particulièrement qualifiés. Des mécaniciens sont appelés pour installer et faire fonctionner des machines souvent elles-mêmes importées d’outre-Manche. Dans le lin, des centaines d’ouvrières écossaises sont engagées pour travailler dans les fabriques. Quand le continent bâtit ses premiers chemins de fer, c’est encore aux Britanniques, ingénieurs, maçons, terrassiers, qu’il est fait appel. Ces milliers de migrants suscitent alors la curiosité non seulement des fabricants, mais aussi des pouvoirs publics et de la presse locale. Certains d’entre eux ont laissé des mémoires, qui aident à exhumer l’expérience de ces ouvriers itinérants, aux débuts de l’industrialisation européenne. »

Discutant : Paul-André Rosental, Professeur à Sciences-po, Chercheur associé à l’INED.