Lauriane Simony : Le British Council et la promotion de l’Etat-Providence en Birmanie: héritages et influence du modèle culturel et politique britannique après l’indépendance (28 mars)

Jeudi 28 mars à 17h: Lauriane Simony (Cergy): Le British Council et la promotion de l’Etat-Providence en Birmanie : héritages et influence du modèle culturel et politique britannique après l’indépendance 

Cette communication portera tout d’abord sur la mise en place d’un centre du British Council à Rangoun au moment des négociations pour l’indépendance de la Birmanie, dans la perspective d’une redéfinition de la “relation spéciale” que le Royaume-Uni entend maintenir avec ses anciennes colonies au-delà de l’indépendance. Il s’agit au départ, à travers cette institution culturelle, d’encourager le développement d’une nouvelle forme de relation entre le personnel britannique et les élites birmanes, hors de la sphère politique : le British Council est alors envisagé comme un espace de sociabilité, plus qu’un lieu culturel ou un centre linguistique. Dans un second temps, cette communication analysera comment le British Council devient, à partir de l’indépendance de la Birmanie en 1948, un vecteur de transmission de l’héritage culturel britannique. Dans les années 1950, la reconnaissance du rôle de la diplomatie culturelle pour soutenir la politique étrangère du gouvernement britannique conduit à une expansion importante des activités du British Council en Birmanie. Le British Council cherche ainsi à faire la promotion du modèle d’État-Providence britannique pour influencer le processus de construction nationale de la Birmanie durant les premières années d’indépendance, mais aussi détourner l’élite politique birmane de l’alternative communiste.

 

Lauriane Simony est maîtresse de conférences à CY Cergy Paris Université et chercheuse au laboratoire AGORA (EA 7392). Ses recherches en histoire britannique portent sur le British Council en Birmanie après l’indépendance et sur les questions de diplomatie culturelle dans le double contexte de la décolonisation de l’Empire britannique et de la Guerre froide. Parmi ses travaux récents, elle a contribué à l’ouvrage From Far East to Asia Pacific: Great Powers and Grand Strategy, 1900-1954 (sous la direction de Brian P. Farrell, SR Joey Long et David J. Ulbrich ; paru en 2022 aux éditions De Gruyter). Elle a également co-dirigé, avec Mélanie Torrent, un numéro spécial de la revue Contemporary British History intitulé “Diplomatic Departures: negotiating Britain’s international outreach in the contemporary world” (paru en 2023), dans lequel elle a également contribué un article : “Cultural diplomacy in times of crisis: the British Council’s departure from Burma during the military dictatorship (1962-1966)”. Enfin, en 2019, elle a reçu une bourse de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur afin de mener des recherches aux Archives Nationales du Myanmar.

Gareth Curless, “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire” (08/04)

Jeudi 8 avril 2021 à  17 h : Gareth Curless (University of Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Re-Making Colonial Workers at the End of the British Empire”

The strikes and labour riots that swept through the empire during the late 1930s are widely regarded as a watershed moment in the history of British imperialism. According to conventional histories, the unrest was a catalyst for a major reorientation of not just colonial labour policy but colonial attitudes towards social and economic development in the empire. Gareth Curless reconsiders this established narrative, using comparative case studies from Singapore, British Guiana and the Gold Coast.

While accepting that colonial states intervened more directly in the social and economic spheres of colonial rule after the late 1930s, Gareth Curless argues that these policies emerged out of pre-existing policies and debates in both London and the colonies, which in some instances can be traced back to the late 19th century; as the civilising mission gave way to the language of modernisation, colonial labour regimes continued to be concerned with the control, regulation and reproduction of African and Asian workers. Curless shows that the power of the colonial state was not absolute, however, considering African and Asian workers who frequently practiced more subterranean or `everyday’ forms of resistance such as absenteeism, industrial sabotage, theft and go-slow protests. He emphasises the role of class and `ordinary’ Africans and Asians, focusing on the emergence of class identity and consciousness as a result of struggles between colonial workers and employers and the state.

 

Participer à la réunion Zoom : 
Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard