Publications récentes : Daniel Foliard (Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921, 2017), Deirdre Gilfedder (L’Australie et la Grande Guerre, 2015), Aurélien Ruellet (La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle , 2016)

La séance du 9 mars réunira, de 17h30 à 19h30, trois auteurs qui présenteront leurs ouvrages récents. Nous rencontrerons Daniel Foliard  (Université Paris X – Nanterre) qui parlera de son livre Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press, 2017), Deirdre Gilfedder (Université Paris IX – Dauphine) qui présentera L’Australie et la Grande Guerre (Houdiard, 2015) et Aurélien Ruellet (Université du Maine) qui présentera La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle (Presses Universitaires de Rennes, 2016).

Daniel Foliard
While the twentieth century’s conflicting visions and exploitation of the Middle East are well documented, the origins of the concept of the Middle East itself have been largely ignored. With Dislocating the Orient, Daniel Foliard tells the story of how the land was brought into being, exploring how maps, knowledge, and blind ignorance all participated in the construction of this imagined region. Foliard vividly illustrates how the British first defined the Middle East as a geopolitical and cartographic region in the nineteenth and early twentieth centuries through their imperial maps. Until then, the region had never been clearly distinguished from “the East” or “the Orient.” In the course of their colonial activities, however, the British began to conceive of the Middle East as a separate and distinct part of the world, with consequences that continue to be felt today. As they reimagined boundaries, the British produced, disputed, and finally dramatically transformed the geography of the area—both culturally and physically—over the course of their colonial era. Using a wide variety of primary texts and historical maps to show how the idea of the Middle East came into being, Dislocating the Orient will interest historians of the Middle East, the British empire, cultural geography, and cartography.

Deirdre Gilfedder
En 1915 Winston Churchill présente un projet à Whitehall à Londres qui consiste à créer un nouveau front dans la Méditerranée et d’attaquer l’empire Ottoman sur la péninsule de Gallipoli au détroit des Dardanelles en Turquie. Le plan est controversé, mais les dirigeants britanniques décident enfin d’envoyer des troupes de terre le matin du 25 avril. Pour mener cette attaque périlleuse, on fait appel aux soldats du corps ANZAC, Australian and NZ Army Corps. Cependant, l’armée turque s’était préparée à l’attaque en installant dans le secteur les forces commandées par le Lieutenant-Colonel Mustafa Kemal Bey. Le 25 avril 1915, les troupes de l’ANZAC débarquent, juste avant l’aube, sur une plage surveillée par les bataillons de la 27e division turque… La bataille de Gallipoli est une défaite désastreuse pour les Alliés, mais lorsque les nouvelles de l’entrée en guerre des Australiens et des Néo-Zélandais arrivent au pays, l’attaque est fêtée comme la preuve de l’héroïsme des troupes coloniales. En Australie, certaines vont jusqu’à baptiser l’événement, « la Naissance de la Nation » et chaque 25 avril, des milliers d’Australiens se lèvent à l’aube pour se souvenir des Anzacs… Ce livre raconte le rôle joué par l’Australie dans la Grande Guerre, en Turquie et en France et Belgique, et la création du rite de commémoration d’Anzac Day dans ce pays qui a perdu le plus grand nombre d’hommes relativement à sa population. Le livre s’interroge sur l’invention du nationalisme australien lié à cette guerre et son destin dans une Australie contemporaine qui n’est plus très britannique…

Aurélien Ruellet
En revenant sur les carrières de dizaines de savants et techniciens français et anglais du XVIIe siècle, cet ouvrage éclaire des aspects méconnus de la formation de l’État moderne et de l’émergence de la science expérimentale. L’enquête montre que loin de l’image classique du mécénat aristocratique et royal, le patronage dont bénéficiaient ces scientifiques revêtait bien des aspects et mobilisait de nombreux mécènes au petit pied, dans l’administration monarchique et ailleurs.

Peter Jones, « Agricultural Enlightenment et circulation des savoirs entre la Grande-Bretagne et les pays de l’Europe, 1760-1820 »

Peter Jones, de l’Université de Birmingham, présentera sa communication « Agricultural Enlightenment et circulation des savoirs entre la Grande-Bretagne et les pays de l’Europe, 1760-1820″ le jeudi 26 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR:

Résumé:

The concept of ‘Agricultural Enlightenment’ is relatively new. Historians of the countryside employ it in order to draw attention to the role played by knowledge production, diffusion and adoption in the modernisation of Europe’s agrarian economy (c. 1750-1820). This communication is based on the first book-length study to be devoted to the subject. It covers the new economic discourses of the eighteenth century; the vectors and agents of knowledge transmission; emulation and innovation; technology and science in agriculture; landscape and habitat planning.

Catherine Marshall: « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien »

Catherine Marshall, de l’Université de Cergy-Pontoise et de l’IEP Saint-Germain en Laye, présentera sa communication « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien » le jeudi 19 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Discutant: Julien Vincent, de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR:

Résumé:

A la fin des années 1860, plusieurs religieux de renom et d’obédiences différentes, guidés par l’architecte James Knowles et le célèbre poète Tennyson, décidèrent de fonder un cercle de réflexion pour traiter des idées relevant de la science et de la foi : The Metaphysical Society. Leur principal objectif était de débattre discrètement de toutes les questions philosophiques, religieuses et scientifiques propres à expliciter les principes premiers de philosophie, tels que Dieu, le monde, l’être, le moi, l’immortalité. Lire la suite

Charles W. J. Withers : “Historical Geographies of the Prime Meridian: the Case of France and Britain in the Eighteenth Century”

Charles W. J. Withers, de l’Université d’Edimbourg, présentera sa communication “Historical Geographies of the Prime Meridian: the Case of France and Britain in the Eighteenth Century” le jeudi 20 novembre, de 17h30 à 19h30.

Discutant: Daniel Foliard, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR.

Résumé:

The Prime Meridian is the line at which the world’s longitude is set at 0˚. Both longitude on the one hand, and time’s measurement on the other, are based on the Prime Meridian. Since 1884, the Prime Meridian has been fixed at the Royal Observatory, at Greenwich, in the United Kingdom. The fact that Greenwich is the ground zero of planetary measurement is the result of recommendations made at the 1884 International Prime Meridian Conference, held in Washington DC, in 1884. Before 1884, however, there were many different prime meridians at work in the world. This was a source of considerable geographical and astronomical confusion.

In this paper, I examine the relationship between two different prime meridians, those of Paris and of Greenwich in the ‘long’ eighteenth century and do so through the lens of the historical geographies of science. The paper will explore, firstly, the debates between international politics, national mapping, and the local siting of the Paris prime meridian in the period c.1634 to c.1787, and, secondly, the workings of joint Franco-British attempts to ‘fix’ the prime meridians of Paris and of Greenwich by triangulation in the period c.1787 to c.1830. The paper is about rockets, maps, metrology, and trust in instruments, about the politics and authority of science and about the reliance placed upon questions of accuracy and precision and the tolerance of error as nations delimit themselves.