Stephen Clucas : “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.”

Stephen Clucas, de Birkbeck College (Université de Londres), présentera sa communication “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.” le jeudi 11 mai 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

La séance sera suivie d’un pot amical de fin d’année dans le hall du 3ème étage (Serpente), de 19h à 20h.

Résumé :
« In 1656, both Seth Ward (Savilian Professor of Astronomy at Oxford) and the Flemish philosopher Moranus published attacks on the natural philosophy of Thomas Hobbes. Ward’s In Thomae Hobbii Philosophiam Exercitatio Epistolica (Oxford, 1656) and Moranus’s Animadversiones in Elementorum Philosophiae (Brussels, 1655) attack Hobbes on a number of fronts. In this paper I will be focusing specifically on their very different critiques of Hobbes’s experiments in book XXVI of De corpore concerning the vacuum (or the lack thereof). While Ward attacks Hobbes primarily in terms of logical and hydraulic arguments, Moranus focuses instead on refuting Hobbes’s matter theory, using late scholastic ideas about the behaviour of minima naturalia in fluid substances. Ward accuses Hobbes of using a “vacuous argument to expel the vacuum from the world”, and believed that since Hobbes made the absence of vacuum the “sole foundation” of his natural philosophy “once it has been overturned the whole thing will collapse”. Whilst Hobbes’ later arguments about pneumatic experiments are (thanks to Shapin and Schaffer) well known, these two early critiques give us two very different philosophical perspectives on Hobbes’s theories. »

Discutante: Myriam-Isabelle Ducrocq (Université Paris Nanterre)

Contact: Sandrine Parageau (sparageau@u-paris10.fr)

Mark Towsey : « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » (02/03)

Mark Towsey de University of Liverpool, présentera sa communication « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » le jeudi 2 mars 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.
Résumé :
« Mark Towsey will talk about his forthcoming book, Reading History in Eighteenth-Century Britain and America, which aims to explain why historical books by Hume, Robertson, Gibbon and others were so widely read in the second half of the eighteenth century. The paper examines readers’ responses to these texts, revealing how they were used by readers in various contexts to help cope with a rapidly changing world marked by revolution, reform and the expansion of empire. Dr Towsey is a Reader in History at the University of Liverpool, and has published very widely on the history of reading and the history of libraries in the long eighteenth century. He recently held a coveted Mid-Career Fellowship from the British Academy, and was the Bibliographical Society of America’s Katharine Pantzer Senior Research Fellowship in Bibliography and the British Book Trade in 2015. »

Autour de John Stuart Mill – Malik Bozzo-Rey, Jean-Pierre Cléro, Claire Wrobel, Michel Lemosse, Alain Laurent (24/11)

La séance portera sur John Stuart Mill et réunira plusieurs intervenants. Nous accueillerons Malik Bozzo-Rey (Université Catholique de Lille), Jean-Pierre Cléro (Université de Rouen) et Claire Wrobel (Université Paris II Panthéon-Assas), traducteurs de Considérations sur le gouvernement représentatif (Hermann, 2014), ainsi que Michel Lemosse (Nice), traducteur de Sur le socialisme (Les Belles Lettres,2016) et le préfacier Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collections aux Editions des Belles Lettres.

Résumé :

« Les Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill en perspective
Afin de présenter la traduction collective faite des Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill, les questions suivantes seront abordées en premier lieu : pourquoi re-traduire ce texte, qui a déjà fait l’objet d’une traduction en français au XIXe siècle et d’une autre plus récente ? Comment s’effectuent la réflexion et les choix dans une traduction faisant intervenir des spécialistes de champs différents (en l’occurrence deux philosophes et une angliciste) ?
On s’intéressera ensuite plus particulièrement aux notes historiques ajoutées à la traduction, qui permettent d’ancrer le texte dans la culture de J.S. Mill mais aussi dans l’actualité immédiate de la réforme parlementaire en Angleterre et, au-delà, dans la réalité des systèmes politiques contemporains de Mill à l’échelle internationale.
Enfin, on abordera brièvement les thèses présentées par Mill pour situer sa pensée dans la tradition utilitariste, souligner les surprises que peut occasionner la lecture des Considérations et essayer de mettre en avant l’intérêt de ce texte pour le lecteur contemporain, en essayant d’éviter les projections anachroniques. »
Claire Wrobel et al.

Aude Mairey, « La fabrique de l’anglais (1350-1470) »

Aude Mairey, du CNRS, présentera sa communication “La fabrique de l’anglais (1350-1470)” le jeudi 19 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: Jean-Philippe Genet, de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé :

Aux xive et xve siècles, se forge en Angleterre une culture laïque spécifique, dont la production foisonnante en langue anglaise constitue l’une des manifestations majeures. Cette langue acquiert alors les caractéristiques d’une langue littéraire, intellectuelle et politique, en relation avec le latin, langue savante par excellence, et avec le français, langue des élites laïques depuis la conquête de Guillaume de Normandie en 1066. Ces transformations soulèvent des enjeux essentiels dans le cadre des évolutions plus générales de l’Angleterre à la fin du Moyen Âge, en particulier à propos des rapports de pouvoir, de la constitution d’une communauté anglaise et des liens des individus à cette communauté, des perceptions des relations entre les groupes sociaux (clercs compris), mais aussi des structures du savoir dans un pays dont on a longtemps considéré qu’il resta au xve siècle à l’écart de la Renaissance. Lire la suite

Adam Budd: “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765”

Adam Budd, de l’université d’Édimbourg, présentera sa communication “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765” le jeudi 12 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé:

Thomas Hollis (1720-74) was one of Britain’s most important philanthropists during the Age of Enlightenment — he commissioned, bound, and circulated republican books throughout the libraries of Europe, many years before the Fall of the Bastille. How did Hollis make this happen? What was the production network that enabled this great philanthropist to access this literature — and how did Hollis make his Library of Liberty?

Emmanuelle de Champs: « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French »

Emmanuelle de Champs de l’Université Cergy-Pontoise présentera sa communication « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French (CUP, 2015) » le jeudi 28 mai, de 17h30 à 19h30. Attention changement de salle: la séance aura lieu en salle D323.

Cette dernière séance de l’année sera suivie d’un pot amical, vers 19h.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

Jeremy Bentham (1748-1832), le fondateur de l’utilitarisme classique, est un francophile et un citoyen du monde. Cette communication explore les enjeux méthodologiques et historiques d’une étude de sa pensée dans un contexte français et francophone. Une telle enquête s’attache à la fois à retracer la formation intellectuelle du philosophe et sa volonté de contribuer à l’essor d’une pensée des Lumières marquée par les écrits de Voltaire, d’Alembert et Helvétius et à montrer comment cette ambition s’incarne dans des réseaux et des sociabilités spécifiques. Lire la suite

Catherine Marshall: « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien »

Catherine Marshall, de l’Université de Cergy-Pontoise et de l’IEP Saint-Germain en Laye, présentera sa communication « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien » le jeudi 19 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Discutant: Julien Vincent, de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR:

Résumé:

A la fin des années 1860, plusieurs religieux de renom et d’obédiences différentes, guidés par l’architecte James Knowles et le célèbre poète Tennyson, décidèrent de fonder un cercle de réflexion pour traiter des idées relevant de la science et de la foi : The Metaphysical Society. Leur principal objectif était de débattre discrètement de toutes les questions philosophiques, religieuses et scientifiques propres à expliciter les principes premiers de philosophie, tels que Dieu, le monde, l’être, le moi, l’immortalité. Lire la suite

Stefan Collini: « The identity of intellectual history »

La Maison de la recherche de Paris IV étant fermée ce jeudi en raison d’un mouvement de grève des personnels, la séance avec Stefan Collini (“The Identity of Intellectual History”) aura lieu à 17h30 la Bibliothèque de l’UFR d’anglais de Paris IV, à la Sorbonne (54 rue Saint-Jacques, Paris 5e), escalier G, 2e étage.

 

Stefan Collini, de l’Université de Cambridge, présentera sa communication “The identity of intellectual history” le jeudi 5 mars, de 17h30 à 19h30. La séance est organisée en partenariat avec le PRI îles Britanniques EHESS- Paris 7.

Discutantes: Clarisse Berthezène et Emmanuelle de Champs.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Résumé:

In this lecture, Stefan Collini argues that intellectual history should not be understood as having a fixed or theoretically determined identity. Work in a variety of idioms has contributed to its development and should continue to do so. In addition, it is particularly important that intellectual historians should learn to attend to the literary or formal properties of the texts they study, not just to their propositional content. Work on the intellectual history of recent centuries is bound to engage with question of the development of academic disciplines, and, through the inevitably relativising effect of such work, intellectual historians are drawn into the academic public sphere.

Rob Iliffe: “The rational religion of Isaac Newton”

Rob Iliffe, de l’Université du Sussex, présentera sa communication “The rational religion of Isaac Newton” le 23 octobre, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Résumé:
For two centuries Isaac Newton has been viewed through a bifurcated lens that divided up his ‘scientific’ from his ‘non-scientific’ work. The inaccessibility of his voluminous religious writings has meant that it has been impossible to give an empirically-grounded account of how the different domains of his work might be related to one another. However, the recent online publication of these works means that historians can now see more clearly the ethical and religious values that Newton believed to underpin all of his intellectual activity.
In this paper I examine the intellectual and religious sources for his exaltation of the intellect, including his engagement with Cartesianism, and his religious conviction that he had been granted a special vocation as a learned Christian. In the second case, it is clear that he believed that the cultivation of the understanding was a fundamental duty for all Christians, a procedure that was to be accompanied by the disciplining of the will and the imagination. I discuss Newton’s remarkable writings on the dangers of the imagination, which led to lust, legendary sacred histories, and hypotheses. Finally, I show that the baneful effects of the imagination in both the care of the godly self and in natural philosophy could be controlled by hard work, experience and reason.