Bernard Lightman et Richard England, “The Metaphysical Society and the End of Metaphysics” (6 mai)

Jeudi 6 mai 2021 à  17 h : Bernard Lightman (York University) et Richard England (Eastern Illinois University), “The Metaphysical Society and the End of Metaphysics”

The Metaphysical Society was a unique London debating club that lasted for eleven years, from 1869 to 1880.  The debaters came from every sphere of intellectual endeavor, from politics and religion, to science and literature. The roster of members included many of the English intellectual superstars of the period, such as the liberal politician William Gladstone, the biologist T. H. Huxley, the Catholic Archbishop of Westminster Henry Edward Manning, and the Poet Laureate Alfred Tennyson. During the period when the Metaphysical Society held its meetings there were questions being raised about the future of the study of metaphysics.  So why did members of the Society decide to name their debating club the Metaphysical Society?  This paper will explore how the concept of metaphysics was understood by the members of the society during the 1870’s.  It became an issue of contention within the society, as Christian intellectuals attempted to defend the validity of metaphysics from the criticisms of fellow members who questioned the existence of such a discipline, and ironically, the raison d’être of the society itself.

 

Bernard Lightman is Distinguished Research Professor in the Humanities Department at York University, and Past President of the History of Science Society.   
Richard England  is Dean of the Pine Honors College and professor of philosophy at Eastern Illinois University. 

– Catherine Marshall, Bernard Lightman & Richard England (eds), The Papers of the Metaphysical Society (1869-1880), Oxford, Oxford, University Press, 2015.
– Catherine Marshall, Bernard Lightman and Richard England (eds), The Metaphysical Society (1869-1880): Intellectual Life in Mid-Victorian England, Oxford, Oxford University Press, 2019. 

Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès d’Emmanuelle de Champs

Jan-Melissa Schramm : « The Idea of Universal Citizenship and the Rhetoric of Rights in the 1790s: Republican Virtue versus British Reform » (28 jan.)

Jeudi 28 janvier 2021 à  17 h : Jan-Melissa Schramm « The Idea of Universal Citizenship and the Rhetoric of Rights in the 1790s: Republican Virtue versus British Reform »

In the trial of Thomas Hardy for the seditious promotion of constitutional reform in London in 1794, the prosecution used all possible means to establish Hardy’s respect for the works of Thomas Paine, and to claim that such respect was inconsistent with British patriotism.  Crucial to this process was Paine’s adoption of French citizenship:
“A letter was then read [to the jury] from Thomas Paine to the People of France, dated Sept. 25, 1792; in this letter he returns them thanks for having elected him a French Citizen, and a Member of the Convention, and on having broken the line which limited patriotism, like vegetation, to the soil.  Theirs, he said, was not the paltry cause of Kings, but the great cause of mankind.”
Historians have long seen the French Revolution as a critical episode in the story of modern citizenship, encouraging, as counsel for the Crown noted above, the crucial separation of patriotism from ‘the soil’ on which a man was born.  But the idea of citizenship was also deeply problematic, promising much and often delivering little to those who most needed its protection.  In this paper, I will look at the relationship between emergent definitions of citizenship and the language of human rights which rose to prominence in this period, probing both their utopian aims and their conceptual incoherence.  I will pay particular attention to the works of Bentham, Godwin and Paine.

Jan-Melissa Schramm est professeure de Droit et Littérature à l’université de Cambridge.  Elle a récemment publié Censorship and the Representation of the Sacred in Nineteenth-Century England (OUP 2019) et co-édité Sacrifice and the Modern Literature of War (OUP 2018).
 
La réunion se déroulera sur Zoom. Le lien est disponible auprès de fabrice.bensimon(at)sorbonne-universite.fr 

Marion Leclair : « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » (13/02)

Marion Leclair, de l’Université d’Arras, présentera sa communication « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » le jeudi 13 février de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.


Résumé : Dans les années 1790 en Angleterre, alors que fait rage la controverse Burke-Paine sur la Révolution française, le roman est perçu par certains « jacobins » anglais (ainsi que par leurs adversaires « anti-jacobins ») comme une arme de diffusion des idées radicales. William Godwin, Mary Wollstonecraft ou John Thelwall peuvent ainsi l’utiliser, comme l’écrit Godwin dans la préface de Caleb Williams, comme « véhicule » d’instruction politique, auprès d’un lectorat grossi par le développement du marché du roman au cours du dix-huitième siècle. La majorité des études consacrées aux romans radicaux, qui abordent ce corpus sous l’angle de l’histoire intellectuelle, s’intéressent peu au lectorat effectif du roman radical – cantonnant l’étude de leur réception à celle de leurs éminents lecteurs (Coleridge, Byron, Shelley) au sein du cercle Godwin, et oubliant de questionner la possibilité de diffusion élargie revendiquée par leurs auteurs. Le croisement de différentes sources extra-littéraires (catalogues d’éditeurs et de bibliothèques de prêt, presse périodique, mémoires d’artisans) suggère au contraire une diffusion relativement restreinte, à une époque où le prix des romans neufs reste élevé et leur tirage encore modeste. Et si presse et sociétés radicales facilitent l’accès à l’imprimé de l’artisanat urbain politisé par le mouvement radical, la culture du savoir utile qui l’imprègne aiguille ses membres vers de plus saines lectures. C’est cette histoire de la réception des romans radicaux, jusqu’à leur intégration parallèle et parcellaire, au début de la période victorienne, au canon romanesque et au panthéon chartiste, que l’exposé se propose de retracer.

Lina Weber: « Political economy after Enlightenment. The case of Dugald Stewart » (24/10)

Lina Weber, de University of St Andrews, présentera sa communication « Political economy after Enlightenment. The case of Dugald Stewart » le jeudi 24 octobre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421

Abstract

Scholars often assigned Dugald Stewart (1753-1828) a crucial role in popularising and disseminating the Scottish Enlightenment. A highly esteemed professor for moral philosophy at the University of Edinburgh, Stewart was the first to dedicate a separate academic course on political economy in Britain. Since he never published these lectures and his manuscripts were burnt posthumously, scholars have relied on the edition made by William Hamilton in the 1850s. Drawing on hitherto-neglected notes of students, this paper will shed new light on Stewart’s political economy and on his position between the Enlightenment and Victorian liberalism.
 
Biographie : Lina Weber a soutenu en 2019 une thèse à l’université d’Amsterdam intitulée « ‘Bound by debt. Political arguments concerning state finance in Great Britain and the Dutch Republic, 1694-1795’. Elle a publié des articles sur la pensée économique de David Hume et d’isaac Iselin. Elle est actuellement postdoctorante à l’université de St Andrews (Ecosse), et participe au projet « Après les Lumières – la vie intellectuelle en Ecosse de 1790 à 1843 » financé par le Leverhulme Trust. Elle travaille notamment sur l’économie politique et la philosophie morale de Dugald Stewart.

David Wootton, « Power, pleasure and profit: insatiable appetites from Hobbes to Smith » (09/05)

David Wootton (Anniversary Professor, University of York) présentera sa communication “Power, pleasure and profit: insatiable appetites from Hobbes to Smith » autour de son livre Power, Pleasure and Profit (Harvard UP, 2018) jeudi 9 mai 2019 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

« My argument is that moral, social, and economic life was transformed in line with Hobbes’s claim that pleasure and happiness are purely subjective, and that there is no summum bonum or highest good. I trace the impact of this view through the moral, political and economic thinking of the Enlightenment, particularly the British Enlightenment, from Locke to Bentham. In my talk I will touch briefly on some of the key themes of my book (with particular reference to Hume), and I will look in particular at a topic where much of the pioneering intellectual work was French, but which lie at the heart of Adam Smith’s Wealth of Nations (1776): the question of famine. I will argue that Smith’s inability to think about famine is symptomatic of the intellectual failures of the post-Hobbesian Enlightenment. These intellectual failures continue to be our own. »

David Wootton is Anniversary Professor of History at the University of York. He works on European cultural and intellectual history from the Renaissance to the Enlightenment. He has published widely on the history of science and medicine (Bad Medicine: Doctors doing harm since Hippocrates, 2006, Galileo: Watcher of the Skies, 2010 and The Invention of Science: A New History of the Scientific Revolution, 2016). His latest book, Power, Pleasure and Profit: Insatiable Appetites from Machiavelli to Madison was recently published by Harvard University Press (2018). 

Discutante : Catherine Marshall (Cergy-Pontoise)

Contact : Emmanuelle de Champs: emmanuelle.de-champ@u-cergy.fr  

Keith Gildart : « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » (23/11)

Keith Gildart, professeur à University of Wolverhampton (Labour and Social History) et co-éditeur du Dictionary of Labour Biography, présentera sa communication « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » le jeudi 23 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« The idea of a Dictionary of Labour Biography (DLB) originated with the socialist activist and theoretician G.D.H. Cole. For many years Cole had been collecting biographical snippets of labour movement figures. Names and details were initially entered into a number of manuscript volumes. In early 1959 after Cole’s death, his widow handed the volumes to Asa Briggs and John Saville. They both agreed that if research funds became available then Saville should take over the work of compiling a Dictionary using the Cole manuscripts as a starting point. It was first intended to produce a single large volume on the lines of Who’s Who but the scope of the Dictionary grew as the work progressed. Once information started to be collected it was clear that the project would have to be multi-volume and open-ended. With the publication of the first edition in 1972 the DLB has now run to 14 volumes. This presentation will explore the origins and development of the DLB, the methodological challenges it faces in the twenty first century, and the ways it can be used to explore the past, present, and future of labour history.

 

Discutant : Paul Boulland, co-éditeur du Maitron – dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CNRS, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (UMR8058), Centre Pouchet (59, rue Pouchet, 75017 Paris)

 

Ophélie Siméon : « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » (09/11)

Ophélie Siméon, maître de conférences en Civilisation britannique à l’Université Paris III – Sorbonne nouvelle, présentera sa communication « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » le jeudi 9 novembre de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

« De 1800 à1825, l’industriel éclairé Robert Owen transforme son village ouvrier textile de New Lanark (Écosse) en un véritable laboratoire social destiné à prouver une série d’intuitions politiques qui formeront dans les années 1825-1845 le socle du premier mouvement socialiste de Grande-Bretagne.

Référent omniprésent dans les histoires du socialisme britannique, New Lanark demeure cependant mal connu. Relégué dans l’ombre d’Owen, le village ouvrier a avant tout été perçu comme le réceptacle de politiques paternalistes innovantes. Bien au contraire, New Lanark a également été une source d’inspiration fondamentale pour Owen, et a notamment servi de modèle pour son système d’organisation sociale communautaire.

En réalisant une histoire sociale des idées d’Owen, ancrée dans l’étude de la vie quotidienne au sein de New Lanark, et de la réception de l’expérience auprès du grand public comme de la population ouvrière, ce livre réaffirme l’importance du village écossais dans l’émergence du socialisme britannique. En délaissant les approches qui limiteraient New Lanark à un statut de “village modèle” unidimentionnel, il interroge les ambiguïtés d’une pensée entre théorie et pratique, du paternalisme au socialisme. »

Stephen Clucas : “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.”

Stephen Clucas, de Birkbeck College (Université de Londres), présentera sa communication “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.” le jeudi 11 mai 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

La séance sera suivie d’un pot amical de fin d’année dans le hall du 3ème étage (Serpente), de 19h à 20h.

Résumé :
« In 1656, both Seth Ward (Savilian Professor of Astronomy at Oxford) and the Flemish philosopher Moranus published attacks on the natural philosophy of Thomas Hobbes. Ward’s In Thomae Hobbii Philosophiam Exercitatio Epistolica (Oxford, 1656) and Moranus’s Animadversiones in Elementorum Philosophiae (Brussels, 1655) attack Hobbes on a number of fronts. In this paper I will be focusing specifically on their very different critiques of Hobbes’s experiments in book XXVI of De corpore concerning the vacuum (or the lack thereof). While Ward attacks Hobbes primarily in terms of logical and hydraulic arguments, Moranus focuses instead on refuting Hobbes’s matter theory, using late scholastic ideas about the behaviour of minima naturalia in fluid substances. Ward accuses Hobbes of using a “vacuous argument to expel the vacuum from the world”, and believed that since Hobbes made the absence of vacuum the “sole foundation” of his natural philosophy “once it has been overturned the whole thing will collapse”. Whilst Hobbes’ later arguments about pneumatic experiments are (thanks to Shapin and Schaffer) well known, these two early critiques give us two very different philosophical perspectives on Hobbes’s theories. »

Discutante: Myriam-Isabelle Ducrocq (Université Paris Nanterre)

Contact: Sandrine Parageau (sparageau@u-paris10.fr)

Mark Towsey : « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » (02/03)

Mark Towsey de University of Liverpool, présentera sa communication « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » le jeudi 2 mars 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.
Résumé :
« Mark Towsey will talk about his forthcoming book, Reading History in Eighteenth-Century Britain and America, which aims to explain why historical books by Hume, Robertson, Gibbon and others were so widely read in the second half of the eighteenth century. The paper examines readers’ responses to these texts, revealing how they were used by readers in various contexts to help cope with a rapidly changing world marked by revolution, reform and the expansion of empire. Dr Towsey is a Reader in History at the University of Liverpool, and has published very widely on the history of reading and the history of libraries in the long eighteenth century. He recently held a coveted Mid-Career Fellowship from the British Academy, and was the Bibliographical Society of America’s Katharine Pantzer Senior Research Fellowship in Bibliography and the British Book Trade in 2015. »

Autour de John Stuart Mill – Malik Bozzo-Rey, Jean-Pierre Cléro, Claire Wrobel, Michel Lemosse, Alain Laurent (24/11)

La séance portera sur John Stuart Mill et réunira plusieurs intervenants. Nous accueillerons Malik Bozzo-Rey (Université Catholique de Lille), Jean-Pierre Cléro (Université de Rouen) et Claire Wrobel (Université Paris II Panthéon-Assas), traducteurs de Considérations sur le gouvernement représentatif (Hermann, 2014), ainsi que Michel Lemosse (Nice), traducteur de Sur le socialisme (Les Belles Lettres,2016) et le préfacier Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collections aux Editions des Belles Lettres.

Résumé :

« Les Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill en perspective
Afin de présenter la traduction collective faite des Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill, les questions suivantes seront abordées en premier lieu : pourquoi re-traduire ce texte, qui a déjà fait l’objet d’une traduction en français au XIXe siècle et d’une autre plus récente ? Comment s’effectuent la réflexion et les choix dans une traduction faisant intervenir des spécialistes de champs différents (en l’occurrence deux philosophes et une angliciste) ?
On s’intéressera ensuite plus particulièrement aux notes historiques ajoutées à la traduction, qui permettent d’ancrer le texte dans la culture de J.S. Mill mais aussi dans l’actualité immédiate de la réforme parlementaire en Angleterre et, au-delà, dans la réalité des systèmes politiques contemporains de Mill à l’échelle internationale.
Enfin, on abordera brièvement les thèses présentées par Mill pour situer sa pensée dans la tradition utilitariste, souligner les surprises que peut occasionner la lecture des Considérations et essayer de mettre en avant l’intérêt de ce texte pour le lecteur contemporain, en essayant d’éviter les projections anachroniques. »
Claire Wrobel et al.

Aude Mairey, « La fabrique de l’anglais (1350-1470) »

Aude Mairey, du CNRS, présentera sa communication “La fabrique de l’anglais (1350-1470)” le jeudi 19 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: Jean-Philippe Genet, de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé :

Aux xive et xve siècles, se forge en Angleterre une culture laïque spécifique, dont la production foisonnante en langue anglaise constitue l’une des manifestations majeures. Cette langue acquiert alors les caractéristiques d’une langue littéraire, intellectuelle et politique, en relation avec le latin, langue savante par excellence, et avec le français, langue des élites laïques depuis la conquête de Guillaume de Normandie en 1066. Ces transformations soulèvent des enjeux essentiels dans le cadre des évolutions plus générales de l’Angleterre à la fin du Moyen Âge, en particulier à propos des rapports de pouvoir, de la constitution d’une communauté anglaise et des liens des individus à cette communauté, des perceptions des relations entre les groupes sociaux (clercs compris), mais aussi des structures du savoir dans un pays dont on a longtemps considéré qu’il resta au xve siècle à l’écart de la Renaissance. Continuer la lecture

Adam Budd: “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765”

Adam Budd, de l’université d’Édimbourg, présentera sa communication “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765” le jeudi 12 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé:

Thomas Hollis (1720-74) was one of Britain’s most important philanthropists during the Age of Enlightenment — he commissioned, bound, and circulated republican books throughout the libraries of Europe, many years before the Fall of the Bastille. How did Hollis make this happen? What was the production network that enabled this great philanthropist to access this literature — and how did Hollis make his Library of Liberty?

Emmanuelle de Champs: « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French »

Emmanuelle de Champs de l’Université Cergy-Pontoise présentera sa communication « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French (CUP, 2015) » le jeudi 28 mai, de 17h30 à 19h30. Attention changement de salle: la séance aura lieu en salle D323.

Cette dernière séance de l’année sera suivie d’un pot amical, vers 19h.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

Jeremy Bentham (1748-1832), le fondateur de l’utilitarisme classique, est un francophile et un citoyen du monde. Cette communication explore les enjeux méthodologiques et historiques d’une étude de sa pensée dans un contexte français et francophone. Une telle enquête s’attache à la fois à retracer la formation intellectuelle du philosophe et sa volonté de contribuer à l’essor d’une pensée des Lumières marquée par les écrits de Voltaire, d’Alembert et Helvétius et à montrer comment cette ambition s’incarne dans des réseaux et des sociabilités spécifiques. Continuer la lecture

Catherine Marshall: « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien »

Catherine Marshall, de l’Université de Cergy-Pontoise et de l’IEP Saint-Germain en Laye, présentera sa communication « Les papiers de la Metaphysical Society (1869-1880) ou comment redéfinir le naturalisme scientifique victorien » le jeudi 19 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Discutant: Julien Vincent, de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR:

Résumé:

A la fin des années 1860, plusieurs religieux de renom et d’obédiences différentes, guidés par l’architecte James Knowles et le célèbre poète Tennyson, décidèrent de fonder un cercle de réflexion pour traiter des idées relevant de la science et de la foi : The Metaphysical Society. Leur principal objectif était de débattre discrètement de toutes les questions philosophiques, religieuses et scientifiques propres à expliciter les principes premiers de philosophie, tels que Dieu, le monde, l’être, le moi, l’immortalité. Continuer la lecture