Laura Carter, ‘Education, popular history, and everyday life in Britain, 1918-1979’ (28 oct.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, Salle D421, de 17h à 18h30 (La séance aura lieu en présentiel uniquement. Un enregistrement sera diffusé ultérieurement sur la chaine youtube du séminaire).

Jeudi 28 octobre à 17h : Laura Carter (Université de Paris / LARCA), autour de son livre Histories of Everyday Life. The Making of Popular Social History in Britain, 1918-1979 (Oxford University Press, 2021)

Title: ‘Education, popular history, and everyday life in Britain, 1918-1979’

Abstract: This paper explores the argument put forth in my latest book, Histories of Everyday Life: The Making of Popular Social History in Britain, 1918-1979 (Oxford University Press, 2021). The history of social history in twentieth-century Britain usually begins in the 1960s, with the rise of ‘history from below’, emanating from universities. This paper presents an alternative, educational history of social history in modern Britain, focusing on popular publishing, the BBC, museums, and the state school classroom. It argues that after 1918 popular social history in Britain was primarily shaped by pedagogical ideas about how ‘ordinary’ people made sense of the past. This form of mass historical education defined mid-twentieth century attitudes to history, and gave female educators a prominent role in crafting historical narratives. It declined in the 1970s not because academics invented a better alternative, but because a more diverse educational public began to demand a different type of history, one that directly addressed issues of power.

Laura Carter est Maîtresse de Conférences en histoire britannique à l’Université de Paris et membre du LARCA.

 

 

John-Erik Hansson, « Former et réformer la jeunesse : William Godwin et les enjeux de l’écriture de livres pour enfants » (7 oct. 2021)

Jeudi 7 octobre à 17h : John-Erik Hansson (Université de Paris / LARCA), « Former et réformer la jeunesse : William Godwin et les enjeux de l’écriture de livres pour enfants ».

William Godwin (1756-1836) est connu d’abord et avant tout comme un « jacobin anglais », auteur de l’anarchisante Enquiry Concerning Political Justice (1793) et du roman jacobin Caleb Williams (1794). Il est toutefois également l’auteur d’essais sur l’éducation et la pédagogie – publiés dans The Enquirer (1797) – et de livres pour enfants (entre 1802 et 1822). De 1805 à 1825, il est même propriétaire d’une librairie et maison d’édition, la Juvenile Library, pour laquelle il rédige 9 ouvrages allant du recueil de fables à l’histoire de la Grèce antique. Je propose dans cette communication de revenir sur ces textes trop souvent vus comme mineurs, l’œuvre d’un auteur dans le besoin, détachés de l’action d’un Godwin qui disparaît graduellement du paysage politique à partir de la fin des années 1790. En remettant ces ouvrages dans le contexte de sa pensée politique, de l’offre de livres pour enfants de l’époque et des débats de la fin du XVIIIè et du début du XIXè siècle concernant notamment l’éducation, la moralité, la religion et l’histoire, je montre qu’au contraire, Godwin cherche à poursuivre ses efforts de réforme politique à travers ces livres. Il s’attaque aux fondements de l’éducation des classes moyennes britanniques, afin de contribuer à la formation d’une nouvelle génération qui engagerait la marche vers le progrès social et politique.

 

Reforming the youth: William Godwin as a writer of children’s books

William Godwin (1756-1836) is mostly known as an “English Jacobin” and as the author of the anarchistic Enquiry Concerning Political Justice (1793) and the Jacobin novel Caleb Williams (1794). However, he was also the author of essays on education – collected in The Enquirer (1797) – and children’s books (between 1802 and 1822). From 1805 to 1825, he even owned a bookselling business, the Juvenile Library, for which he wrote 9 works, from a collection of fables to a history of Classical Greece. In this paper, I want to examine these works which have too often been treated as minor, the hackwork of a penniless out-of-fashion radical, detached from the political activity that had made him famous in the 1790s. Against this view, I show that these children’s books were Godwin’s way of pursuing radical reform. To do so, I replace them works in the contexts of Godwin’s own thought, the range of similar writing for children at the time, and broader late-eighteenth and early-nineteenth century intellectual debates, particularly those concerning education, morality, religion, and history. I show how Godwin challenged the foundations of middle-class education in Britain, to contribute to the growth of a new generation, better equipped to bring about social and political progress.

John-Erik Hansson est Maître de Conférences en histoire britannique à l’Université de Paris et membre du LARCA. 

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, Salle D421, de 17h à 18h30 (La séance aura lieu en présentiel uniquement. Un enregistrement sera diffusé ultérieurement sur la chaine youtube du séminaire).

Barbara Bombi, « Diplomatic communication: how to convey messages at the papal curia between the 13th and 14th century » (15 avril)

Jeudi 15 avril 2021, 17h : Barbara Bombi (Kent), « Diplomatic communication: how to convey messages at the papal curia between the 13th and 14th century »

La communication de Barbara Bombi portera sur les pratiques diplomatiques et administratives de la fin du Moyen Âge et en particulier sur l’acheminement des messages depuis l’Angleterre vers la Curie pontificale au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Se fondant sur les résultats de son étude récente des relations entre l’Angleterre et la papauté pendant la première phase de la guerre de Cent ans (1337-1360), Barbara Bombi traitera de la communication écrite, de « l’auralité » pratique, de l’oralité et des procédures cérémonielles. Trois avenues en particulier seront explorées: 1) comment les pratiques administratives furent-elles forgées et utilisées dans le discours diplomatique anglo-papal dans la première moitié du XIVe siècle ? 2) Ces pratiques se développèrent-elles en raison de développements parallèles mais autonomes dans différentes régions, ou à la suite d’influences mutuelles? 3) À qui doit-on l’essor et l’application des pratiques administratives?

Barbara Bombi est professeur d’histoire médiévale à l’Université du Kent. Spécialiste d’histoire ecclésiastique et religieuse, elle est l’auteur de Anglo-Papal Relations in the Early Fourteenth Century: A Study in Medieval Diplomacy (Oxford, 2019), Oliviero di Colonia, I Cristiani e il favoloso Egitto. Scontri e incontri durante la V crociata (Milan, 2009), Il registro di Andrea Sapiti, procuratore fiorentino presso la curia papale nei primi decenni del XIV secolo (Rome, 2007), Novella plantatio fidei. Missione e crociata nel nord europa tra la fine del XII e i primi decenni del XIII secolo (Rome, 2007).
 

 

Lien Zoom habituel, disponible sur simple demande auprès de Frédérique Lachaud

Anna Marie Roos, “The First Egyptian Society (1741-43): The Royal Society, natural philosophy, and antiquarianism” (1er avr.)

Jeudi 1er avril à 17h : Anna Marie Roos (University of Lincoln), “The First Egyptian Society (1741-43): The Royal Society, natural philosophy, and antiquarianism”

 

The Egyptian Society (1741-43), the first of its kind, was created in Georgian England for the purpose of ‘promoting and preserving Egyptian and other antient learning’. Its antiquarian members either travelled to the Land of the Pharaohs as part of their Grand Tour, or were simply interested in Egypt’s material culture. As Mark Thomas Young (Centaurus, 2017) has indicated, fellows of the early Royal Society attended experimental demonstrations sometimes to produce effects for themselves, but more often to access ‘empirical material from which causal and axiomatic principles could be derived through discursive practice’. At society meetings, members could access this material in a variety of ways; experimental demonstrations existed alongside the reading of experimental reports, accounts of lay empirical practices and travellers’ reports’. The Egyptian Society fellows followed the same methodology, to discover principles of sociocultural and religious practices in Egypt, as well as to provide ‘object biographies’ of artefacts that belonged to members that they examined with speculations on manufacture and use.  I will show that the Egyptian Society approach to textual sources and artefacts was informed by the empiricism of the Royal Society, a form of what I term ‘scientific antiquarianism’. 

 

Anna Marie Roos is a Professor of the history of science and medicine at the University of Lincoln. She studies the early Royal Society, as well as natural history, chemistry, and medicine in the seventeenth and eighteenth centuries. She is Editor of Notes and Records: The Royal Society Journal of the History of Science. She has published The Salt of the Earth: Natural Philosophy, Medicine and Chymistry in England, 1650-1750 (Brill, 2007), Web of Nature: Martin Lister (1639-1712), the First Arachnologist (Brill, 2011), Martin Lister and His Remarkable Daughters. The Art of Science in the Seventeenth Century (Bodleian Library, 2018), and Goldfish (Reaktion Books, 2019). Her latest book, Martin Folkes (1690-1754). Newtonian, Antiquary, Connoisseur, is due in April 2021 with Oxford University Press.

 

Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de Sandrine Parageau

 

Julian Pooley, “Printing the Past: Discovering the Archive of the Nichols family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine,1777-1873” (25 mars)

Thursday March 25, 2021 at 5 p.m. : Julian Pooley (University of Leicester) “Printing the Past: Discovering the Archive of the Nichols family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine,1777-1873”.

 

This paper tells the story of how the purchase of an anonymous pocket diary in a London bookshop, led me to discover extensive and previously unknown archives of John Nichols (1745-1826) and his family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine.  Nichols was one of Georgian London’s most prominent printers, contracted to print for Parliament, the Royal Society and Society of Antiquaries.  He was also a literary biographer, chronicling the book trade and its customers over the long-eighteenth century; a pioneer of Renaissance culture through his Progresses of Queen Elizabeth and a leading antiquary whose History and Antiquities of the Town and County of Leicester 4 vols (1795-1815) transformed the way that English local history was written and illustrated.  The vast archive of family and business papers which he and his successors accumulated inspired his granddaughter to form her own collection of autograph letters, augmented by exchange with other collectors and by purchases in the London and Paris salerooms.  This internationally significant collection is now part of the 20,000 Nichols papers calendared and accessible via the Nichols Archive Database.  This paper will explore the value of the archive for studying the career of John Nichols, his editorship of the Gentleman’s Magazine and his achievements as a literary biographer and antiquary. It will also highlight some of the many French historical documents preserved in this archive.

 

Julian Pooley F.S.A. is Hon. Visiting Fellow of the Centre for English Local History at the University of Leicester and Public Services and Engagement Manager at Surrey History Centre, Woking.

Links:

Nichols Archive Project

https://www2.le.ac.uk/departments/history/people/staff-pages/previous-staff/jpooley/julian-pooley

http://www.bibsoc.org.uk/content/nichols-archive-project

 

Séance sur Zoom, lien habituel, disponible auprès de Stéphane Jettot

 <jettot@yahoo.com>

Marie Ruiz, “Training emigrants to the New World: schools of horticulture and agriculture in Britain and Canada” (11 fév.)

Jeudi 11 février 2021 à  17 h : Marie Ruiz (LARCA / université de Picardie),  “Training emigrants to the New World: schools of horticulture and agriculture in Britain and Canada”

 

Cette communication porte sur la formation des migrants et migrantes britanniques en Grande-Bretagne et au Canada et leur préparation à la vie rurale dans les colonies au tournant du XXe siècle. Cette étude est fondée sur les centres de formation pour migrants, partenaires de deux sociétés d’émigration métropolitaines : la British Women’s Emigration Association (1884-1919) et la Church Emigration Society (1886-1929). Ces centres de formation répondaient aux préoccupations de l’époque : les écarts démographiques entre les sexes, la dépression rurale et la productivité coloniale. Le recensement de 1901 indique que seulement 6% des femmes britanniques occupaient officiellement des emplois dans l’agriculture, et elles intervenaient surtout dans la petite culture et l’horticulture. Développer l’emploi des femmes dans l’agriculture et l’horticulture était une solution proposée par les militantes pour l’émancipation féminine. L’étude des centres de formation pour migrants met également en évidence le développement de l’éducation scientifique pour les femmes en réponse aux questions sanitaires de l’époque.

 Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at) free.fr

Aude de Mézerac-Zanetti : “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII (3 déc. 2020)

Jeudi 3 décembre à 17h : Aude de Mézerac-Zanetti (Université de Lille) : « “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude de Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Le séminaire se déroulera sur Zoom. Lien habituel, disponible auprès de  Sandrine Parageau <sparageau(at)hotmail.com>

Malcolm Walsby : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance. (12 nov. à 17h)

Jeudi 12 novembre à 17h : Malcom Walsby (Enssib / Université de Lyon) : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance.   

Longtemps, l’art typographique demeura pour les lecteurs de Grande Bretagne un savoir-faire continental. On importait des exemplaires fabriqués outre-manche pour être distribués et vendus au détail dans les boutiques et sur les étals des libraires locaux. Lorsque l’on souhaitait obtenir des éditions à destination d’un public anglais ou écossais, on le faisait imprimer dans les grands centres de production et en particulier en France dans les ateliers de Paris et de Rouen. Le prototypographe anglais, William Caxton, lui-même apprit les secrets de l’imprimerie sur le continent où il exerça un temps avant de s’installer à Westminster. L’industrie française du livre joua un rôle prépondérant dans l’exportation d’imprimés vers la Grande Bretagne. Si, initialement, ce négoce revêtait des allures purement économiques et commerciales, la Réforme anglicane d’Henri VIII et les choix religieux de ses successeurs changèrent la nature et les enjeux de ces échanges. Cette intervention cherchera à comprendre le rôle fluctuant du livre made in France au nord de la Manche. 

Malcom Walsby est professeur à l’Université de Lyon et il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, voir notamment :  « Plantin and the French Book Market », in Sara Barker, Matt Mclean (éd.), International Exchange in the Early Modern Book World, Leyde, Brill, 2016, p. 80-101 ; « Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du XVe au début du XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2020/3 (n° 67-3), p. 5-29 ;  Entre l’atelier et le lecteur. Le commerce du livre imprimé dans la France de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Le séminaire est uniquement en ligne. Lien de visioconférence habituel, disponible auprès de Stéphane Jettot.

Jean-François Dunyach et Nathalie Kouamé, autour de leur ouvrage _Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais_ (Paris, 2020) (jeudi 15 octobre à 17h)

Jeudi 15 octobre à 17h : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) & Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais , Paris, Karthala, 2020. 

  Présentation (4e de couverture): 

Et si, au regard de l’histoire, le Japon et la Grande-Bretagne n’étaient pas véritablement des îles ? Derrière l’apparente évidence de ces terres entourées d’eau se cachent, peut-être, d’authentiques malentendus. Les innombrables lieux communs sur les cultures et les esprits mentalités prétendument insulaires de ces deux archipels posés à l’Occident et à l’Orient du vaste continent eurasiatique, méritent d’être interrogés. 

Dans cet ouvrage, deux historiens débattent à partir de leur terrain d’élection, le Royaume-Uni pour l’un, le Japon pour l’autre, de la pertinence de la notion d’insularité en histoire. Dans ce dialogue où chaque archipel tend à l’autre un miroir, il est question d’identités, d’échanges, de cosmogonies, de littératures… Insularité subie, insularité proclamée, insularité dépassée : d’où vient la puissance des représentations et des fantasmes que recèle l’expérience insulaire ? Quel est, en somme, l’empire des îles sur l’histoire des mondes britannique et japonais ? 

Évoquant tout autant Robinson Crusoé que le mythe shintô de la création des îles japonaises, la colonisation romaine de l’île de Bretagne et les incursions mongoles au pays du Soleil levant, les pirates du Japon médiéval ou les ressorts du Brexit contemporain, cet ouvrage foisonnant, érudit et stimulant, s’adresse à tous ceux qui ont en partage le goût de « la différence historique ». 

  Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche. 

La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible sur simple demande fbensimon[at]free.fr

Stéphane Jettot : « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » (12/03)


Attention : En raison de la grève du jeudi 5 mars dans les universités, la séance avec Stéphane Jettot ce jour-là est reportée au jeudi 12 mars (cf. ci-dessous). La séance prévue avec Laura Schwartz est reportée sine die.

Stéphane Jettot, de Sorbonne Université, présentera sa communication « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » le jeudi 12 mars à 17h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.

Résumé : Pendant l’époque moderne, peintres, sculpteurs, érudits et hérauts d’arme ont été chargés, par les élites anciennes et nouvelles, de la réalisation d’œuvres somptuaires destinées à la glorification des ancêtres.  Monuments funéraires, vitraux, tableaux, large ouvrages en vélin sont autant de supports prestigieux de cette ferveur généalogique. Après le Commonwealth, cette culture lignagère connaît un lent déclin et se trouve ensuite éclipsée par l’esprit des Lumières et la sociabilité  des coffee houses et des clubs. L’impulsion généalogique semble renaître à la faveur de la révolution française et des guerres napoléoniennes. Romans, sociétés savantes, dictionnaires biographiques, guides de voyage insèrent les récits familiaux aristocratiques dans une histoire nationale britannique à destination d’un plus large public. L’objectif de ma recherche est de restituer cette transition entre deux régimes généalogiques, l’un tourné vers la célébration exclusive de quelques familles et l’autre vers une culture patrimoniale et aristocratique. Il convient pour cela de reconsidérer la place du dix-huitième siècle dans cette évolution. La commercialisation par des libraires londoniens  de dictionnaires nobiliaires comme les Peerages ou les Baronetages, a joué un rôle considérable dans la reconfiguration des pratiques généalogiques. Ces dernières, loin de refléter les lubies de quelques nobles nostalgiques, offrent un point de vue inédit sur les transformations des élites britanniques sur un long dix-huitième siècle.

Marion Leclair : « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » (13/02)

Marion Leclair, de l’Université d’Arras, présentera sa communication « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » le jeudi 13 février de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.


Résumé : Dans les années 1790 en Angleterre, alors que fait rage la controverse Burke-Paine sur la Révolution française, le roman est perçu par certains « jacobins » anglais (ainsi que par leurs adversaires « anti-jacobins ») comme une arme de diffusion des idées radicales. William Godwin, Mary Wollstonecraft ou John Thelwall peuvent ainsi l’utiliser, comme l’écrit Godwin dans la préface de Caleb Williams, comme « véhicule » d’instruction politique, auprès d’un lectorat grossi par le développement du marché du roman au cours du dix-huitième siècle. La majorité des études consacrées aux romans radicaux, qui abordent ce corpus sous l’angle de l’histoire intellectuelle, s’intéressent peu au lectorat effectif du roman radical – cantonnant l’étude de leur réception à celle de leurs éminents lecteurs (Coleridge, Byron, Shelley) au sein du cercle Godwin, et oubliant de questionner la possibilité de diffusion élargie revendiquée par leurs auteurs. Le croisement de différentes sources extra-littéraires (catalogues d’éditeurs et de bibliothèques de prêt, presse périodique, mémoires d’artisans) suggère au contraire une diffusion relativement restreinte, à une époque où le prix des romans neufs reste élevé et leur tirage encore modeste. Et si presse et sociétés radicales facilitent l’accès à l’imprimé de l’artisanat urbain politisé par le mouvement radical, la culture du savoir utile qui l’imprègne aiguille ses membres vers de plus saines lectures. C’est cette histoire de la réception des romans radicaux, jusqu’à leur intégration parallèle et parcellaire, au début de la période victorienne, au canon romanesque et au panthéon chartiste, que l’exposé se propose de retracer.

Jacinthe de Montigny : « La perception du Canada dans la presse anglaise et française au midi du XVIIIe siècle (1739-1763) » (10/10/2019)

Jacinthe de Montigny (Québec – Trois Rivières), présentera sa communication « La perception du Canada dans la presse anglaise et française au midi du XVIIIe siècle (1739-1763) » le jeudi 10 octobre 2019 de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421

Résumé: Lors de cette intervention, Jacinthe De Montigny présentera les éléments qui encadrent son projet doctoral qui porte sur la perception du Canada dans l’opinion publique anglaise et française au midi du XVIIIe siècle. Par l’intermédiaire d’un bref bilan historiographique, d’une présentation des sources à l’étude et de la structure méthodologique, elle fera la preuve qu’il importe de se questionner sur les enjeux qui entourent le Canada dans les discours écrits dans la presse pour comprendre comment la France et la Grande-Bretagne ont préparé leur population respective à la conservation ou la conquête de cette colonie avant, pendant et après la guerre de Sept Ans (1756-1763).
 
Biographie : Jacinthe De Montigny est candidate au doctorat en histoire à l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’Université Paris IV-Sorbonne sous la direction de Messieurs Laurent Turcot et François-Joseph Ruggiu. Ses recherches portent sur la perception du Canada dans l’opinion publique anglaise et française dans la première moitié du XVIIIe siècle. Déposé en janvier 2016 à l’Université du Québec à Trois-Rivières, son mémoire est intitulé : « La conquête du Canada était-elle préméditée? : une étude des journaux londoniens entre 1744 et 1763 ». Elle collabore également à la Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et des divertissements (UQTR) et au Centre Roland-Mousnier (Paris IV-Sorbonne).

Discutant : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université)

David Wootton, “Power, pleasure and profit: insatiable appetites from Hobbes to Smith” (09/05)

David Wootton (Anniversary Professor, University of York) présentera sa communication “Power, pleasure and profit: insatiable appetites from Hobbes to Smith” autour de son livre Power, Pleasure and Profit (Harvard UP, 2018) jeudi 9 mai 2019 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

“My argument is that moral, social, and economic life was transformed in line with Hobbes’s claim that pleasure and happiness are purely subjective, and that there is no summum bonum or highest good. I trace the impact of this view through the moral, political and economic thinking of the Enlightenment, particularly the British Enlightenment, from Locke to Bentham. In my talk I will touch briefly on some of the key themes of my book (with particular reference to Hume), and I will look in particular at a topic where much of the pioneering intellectual work was French, but which lie at the heart of Adam Smith’s Wealth of Nations (1776): the question of famine. I will argue that Smith’s inability to think about famine is symptomatic of the intellectual failures of the post-Hobbesian Enlightenment. These intellectual failures continue to be our own.”

David Wootton is Anniversary Professor of History at the University of York. He works on European cultural and intellectual history from the Renaissance to the Enlightenment. He has published widely on the history of science and medicine (Bad Medicine: Doctors doing harm since Hippocrates, 2006, Galileo: Watcher of the Skies, 2010 and The Invention of Science: A New History of the Scientific Revolution, 2016). His latest book, Power, Pleasure and Profit: Insatiable Appetites from Machiavelli to Madison was recently published by Harvard University Press (2018). 

Discutante : Catherine Marshall (Cergy-Pontoise)

Contact : Emmanuelle de Champs: emmanuelle.de-champ@u-cergy.fr  

Greg S. Brown : « Le jardin anglais comme espace anti-urbain dans quelques maisons privées de Paris de la 2eme moitié du XVIIIe siècle »

Greg S. Brown, de l’université d’Oxford, présentera sa communication « Le jardin anglais comme espace anti-urbain dans quelques maisons privées de Paris de la 2eme moitié du XVIIIe siècle », le jeudi 3 mai 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“The Treaty of Paris of 1763 reshaped many aspects of the relationship between between France and Britain and their respective societies. The major consequence for France, the surrender of most of France’s North American landholdings and major colonies of New France and Louisiana, but retaining the Carribean islands, had significant consequences at home as well — including, paradoxically, an influx of private capital investment from colonial traders and retired military officers. It also occasioned a cultural reassessment by the French of English taste and manners, which suddenly seemed less barbarous and more authentic, even elegant.

At the same time, and as a direct result of the financial and political debacle of the war’s outcome, the French crown pursued administrative state which had been pursued actively under Louis XV, were intensified by the political rise of Turgot. This included changes in law and governance of France’s large cities, including Paris, which included tax and land-use policies to encourage the expansion of the city and the opening of its thoroughfares and sightlines.

The consequence was a building boom, especially in residential housing. While mostly concentrated to the north and west of the city, there were also new, genteel homes developed along the outer edge of newly constructed boulevards.

This paper will be a discussion of some of the cultural consequences of this building boom, changes in the theory and practice of architectural design, gardens, and material culture — as the boundaries of public and private space were renegotiated on the eve of the Revolution.”

Contact : Stéphane Jettot, stephane.jettot@sorbonne-universite.fr

Brian Maidment: “The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840” (22/03)

Brian Maidment, de Liverpool John Moores University, présentera sa communication “The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840” le jeudi 22 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“Accounts of the history of the comic image in the 1820s and 1830s have largely been both elegiac and dismissive, mourning the decline of the caricature tradition represented by Gillray, Rowlandson and their contemporaries while simultaneously scorning the widespread production of what David Kunzle memorably called ‘graphic bric-a-brac’ in its place. Yet while there is something of a shift from witty and allusive political commentary to the celebration of the diversionary, the miscellaneous and the trivial, it is hard not to be impressed by the range, vigour and sheer exuberance with which satirical and humorous images invaded the market place for print in the period between 1820 and 1837. Using new or re-invigorated reprographic methods like wood engraving and lithography, the late Regency comic image was used to structure a wide range of generically innovative print genres and forms which included – in addition to various reformulations of entirely pictorial publication – songbooks, play texts, almanacs, annuals and periodicals. This mass of graphic production, much of it newly visible to scholars through digitisation, offers an important response to Regency urban culture which has up to now been undervalued by historians. Within this riot of print, the tradition of graphic political satire, while often incorporated into hybridised and generically complex print forms, was able to survive on at least into the early Victorian period. This paper seeks to offer a brief overview of the role of caricature and the comic within late Regency print culture.”