Projection du documentaire « Britain’s forgotten slave-owners »

Le documentaire de la BBC « Britain’s forgotten slave-owners » (David Olusoga, 2015), sera projeté à la Maison de la Recherche de Paris 4 (28, rue Serpente, Paris 6e, salle D040), jeudi 19 mai à 17h00. La projection, en version originale anglaise non sous-titrée sera suivie vers 19h00 d’un débat avec Nicholas Draper et Keith McClelland, co-responsables du projet Legacies of British Slave-Ownership (University College London), et Myriam Cottias (CNRS).

Affiche: cliquer ici pour la voir au format pdf

L’entrée est libre dans la limite des places des disponibles. Contact : fbensimon@free.fr

Claire Délen: « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 »

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 » le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.

Graham Parry: « The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century »

Graham Parry, de la Society of Antiquaries of London, présentera sa communication « The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century » le jeudi 2 avril, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

As new models of scholarship entered England in the middle of Elizabeth’s reign, scholars began to take a more critical approach to the origins of Britain.  Who were the ancestors of the English? Where did they come from? What language did they speak? What was their way of life, their religious beliefs? The traditional views of the British past became discredited, as more systematic methods of enquiry were introduced. After William Camden’s seminal book ‘Britannia’ was published in 1586, a new type of scholar began to emerge: the antiquary.  The achievements of men such as John Selden, James Ussher, William Dugdale and John Aubrey will be briefly assessed, and their (often surprising) discoveries will be presented, for the enjoyment of a modern audience.

Olivier de Laborderie, « Les généalogies royales : une source inappréciable pour l’histoire des conceptions et des représentations du pouvoir au Moyen Âge »

Olivier de Laborderie présentera sa communication “Les généalogies royales : une source inappréciable pour l’histoire des conceptions et des représentations du pouvoir au Moyen Âge” le jeudi 27 novembre, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Olivier de Laborderie est l’auteur de plusieurs études sur la figure de Richard Cœur de Lion et sur l’historiographie médiévale anglaise. Il a notamment publié Histoire, mémoire et pouvoir. Les généalogies en rouleau des rois d’Angleterre (1250-1422), Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque d’histoire médiévale 7, 2013.

Podcast disponible ci-dessous et sur le site de l’IHR.