Anna Jenkin: « Condamner, imprimer et lire la meurtrière au 18e siècle à Londres et à Paris »

Anna Jenkin, de l’Université de Sheffield, présentera sa communication « Condamner, imprimer et lire la meurtrière au 18e siècle à Londres et à Paris » le jeudi 12 février, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Résumé:

It has been long accepted that women who committed murder in early modern Europe were treated differently from men both in the judicial system and in print culture because the act of murder committed by a woman was more transgressive and subversive than that committed by a man. But this close analysis of the judicial records of London and Paris and the print culture generated around particular cases of female-perpetrated murder will show that this was not the case. Judicially, female-perpetrated murder had low conviction rates in both cities and concern only really focused upon particular kinds of murderesses. In print culture generally cases of female perpetrated murder did not attract any interest at all, yet a very few cases attracted extraordinary levels of print and imaginative engagement. Gender cannot therefore be the only factor in understanding perceptions of the murderess for this this time period, and through the study of Parisian and London reactions to such women we can learn a great more about the specific environments of these two European environments during a period of dramatic change.

Tim Causer:  » « On British felony, the sun never sets »: Australian convict narratives, 1788 to 1868″

Tim Causer, de University College, London, présentera sa communication “ »On British felony, the sun never sets »: Australian convict narratives, 1788 to 1868”, le jeudi 29 janvier, de 17h30 à 19h30.

Discutante: Vanessa Castejon

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Between 1788 and 1868, an estimated 160,000 men, women and children were transported to the penal colonies of New South Wales, Van Diemen’s Land, Norfolk Island, and Western Australia. Notwithstanding court accounts and the enormously detailed records of the convict administration which encompassed punishment records, petitions, and indents, very few transportees left behind some form of narrative about their lives. Lire la suite

Dominique Kalifa et Frédéric Regard: « Féminisme et prostitution dans l’Angleterre des années 1870 et 1880 »

Dominique Kalifa et Frédéric Regard ouvreront une discussion autour de Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler , textes réunis et présentés par Frédéric Regard, en collaboration avec Florence Marie et Sylvie Regard, Lyon, ENS Editions, 2013 ; et de : William Thomas Stead, Pucelles à vendre. Londres 1885, postface de Dominique Kalifa, Paris, Alma, 2013. La séance aura lieu le jeudi 18 décembre de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

L’Anglaise Josephine Butler (1828-1906) fait partie des grandes oubliées de l’histoire du féminisme. C’est elle, pourtant, qui précipita au XIXe siècle  une révolution du regard porté sur la prostitution, en fondant en 1869 la Ladies National Association afin d’obtenir l’abrogation des « Lois sur les maladies contagieuses ». Butler fut la première à voir dans la prostituée non plus une perverse, mais la victime d’un système d’exploitation. Lorsque les Lois furent finalement abrogées en 1886, c’est tout le rapport au corps de la femme qui avait été redéfini. Lire la suite