Marie Ruiz, “Training emigrants to the New World: schools of horticulture and agriculture in Britain and Canada” (11 fév.)

Jeudi 11 février 2021 à  17 h : Marie Ruiz (LARCA / université de Picardie),  “Training emigrants to the New World: schools of horticulture and agriculture in Britain and Canada”

 

Cette communication porte sur la formation des migrants et migrantes britanniques en Grande-Bretagne et au Canada et leur préparation à la vie rurale dans les colonies au tournant du XXe siècle. Cette étude est fondée sur les centres de formation pour migrants, partenaires de deux sociétés d’émigration métropolitaines : la British Women’s Emigration Association (1884-1919) et la Church Emigration Society (1886-1929). Ces centres de formation répondaient aux préoccupations de l’époque : les écarts démographiques entre les sexes, la dépression rurale et la productivité coloniale. Le recensement de 1901 indique que seulement 6% des femmes britanniques occupaient officiellement des emplois dans l’agriculture, et elles intervenaient surtout dans la petite culture et l’horticulture. Développer l’emploi des femmes dans l’agriculture et l’horticulture était une solution proposée par les militantes pour l’émancipation féminine. L’étude des centres de formation pour migrants met également en évidence le développement de l’éducation scientifique pour les femmes en réponse aux questions sanitaires de l’époque.

 Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at) free.fr

Robert Poole, « Peterloo and the English Radical Press » (4 fév.)

Jeudi 4 février 2021 à  17 h : Robert Poole (University of Central Lancashire ), « Peterloo and the English Radical Press »

The Manchester Observer (1818-22) was England’s leading radical newspaper at the time of the ‘Peterloo’ meeting of August 1819, in which it played a central role. For a time it enjoyed the highest circulation of any provincial newspaper, holding a position comparable to that of the Chartist Northern Star twenty years later. It also pioneered dual publication in Manchester and London. Its columns provide insights into Manchester’s secretive local government and into labour and radical movements. Correspondence in the National Archives demonstrates the relationship between radicals in London and in the provinces, and shows how local magistrates conspired with government to prosecute the radical press in the north, where juries were more pliable than those in London. The experience of the Manchester Observer also played a role in the founding of the Manchester Guardian, now simply The Guardian, whose bicentenary is marked by an exhibition in Manchester in 2021.

Links:

The Manchester Observer is digitised as part of the Peterloo Collection at the John Rylands Library, University of Manchester: https://luna.manchester.ac.uk/luna/servlet/Manchester~24~24

(search for ‘Manchester Observer’)

‘The Manchester Observer: biography of a radical newspaper’, open access at https://www.ingentaconnect.com/content/manup/bjrl

 Robert Poole, professeur à University of Central Lancashire, est notamment l’auteur de Peterloo. The English Uprising (Oxford, Oxford University Press, 2019) https://global.oup.com/academic/product/peterloo-9780198783466?cc=fr&lang=en&

Participer à la réunion Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

Jan-Melissa Schramm : « The Idea of Universal Citizenship and the Rhetoric of Rights in the 1790s: Republican Virtue versus British Reform » (28 jan.)

Jeudi 28 janvier 2021 à  17 h : Jan-Melissa Schramm « The Idea of Universal Citizenship and the Rhetoric of Rights in the 1790s: Republican Virtue versus British Reform »

In the trial of Thomas Hardy for the seditious promotion of constitutional reform in London in 1794, the prosecution used all possible means to establish Hardy’s respect for the works of Thomas Paine, and to claim that such respect was inconsistent with British patriotism.  Crucial to this process was Paine’s adoption of French citizenship:
“A letter was then read [to the jury] from Thomas Paine to the People of France, dated Sept. 25, 1792; in this letter he returns them thanks for having elected him a French Citizen, and a Member of the Convention, and on having broken the line which limited patriotism, like vegetation, to the soil.  Theirs, he said, was not the paltry cause of Kings, but the great cause of mankind.”
Historians have long seen the French Revolution as a critical episode in the story of modern citizenship, encouraging, as counsel for the Crown noted above, the crucial separation of patriotism from ‘the soil’ on which a man was born.  But the idea of citizenship was also deeply problematic, promising much and often delivering little to those who most needed its protection.  In this paper, I will look at the relationship between emergent definitions of citizenship and the language of human rights which rose to prominence in this period, probing both their utopian aims and their conceptual incoherence.  I will pay particular attention to the works of Bentham, Godwin and Paine.

Jan-Melissa Schramm est professeure de Droit et Littérature à l’université de Cambridge.  Elle a récemment publié Censorship and the Representation of the Sacred in Nineteenth-Century England (OUP 2019) et co-édité Sacrifice and the Modern Literature of War (OUP 2018).
 
La réunion se déroulera sur Zoom. Le lien est disponible auprès de fabrice.bensimon(at)sorbonne-universite.fr 

Jane Humphries, “History from Underneath: Girls and the Industrial Revolution” (10 déc.)

Jeudi 10 décembre à 17h : Jane Humphries (Oxford), “History from Underneath: Girls and the Industrial Revolution”

Investigations of the effects of industrialisation on young people usually (reflecting the sources available) focus on boys and young men.  Yet historians are suspicious that girls, while relatively disadvantaged in working-class households, still contributed to  ‘the story of Europe’s path to industrial development’ (Maynes et al, 2005, 5) . This paper investigates the position of girls in working-class families using working-class life writing, comparing women’s stories with those of men (Humphries, 2010).  It asks how the expectations and stresses of family life impacted on girls, and whether this left them disadvantaged relative to their brothers in seizing the opportunities and fending off the threats to wellbeing occasioned by economic change.  My comparative review reveals many similarities between boy and girls’ experiences but some important differences.  Girls shared in the dip in age at starting work that earlier work has shown boys experienced in the early nineteenth century, but throughout the period studied, they had less education and narrower job opportunities.  One startling finding concerns the unsettling evidence of girls’ greater vulnerability to sexual predation, which in turn provided constraints on how women lived their lives. Moreover, the gendering of life chances spilled over from the economic to the demographic, for maternity looms over the women’s accounts, a destiny shared with mothers who had faced the same horrors of childbirth without effective medical assistance or analgesics. Girls anticipated the gendered trials and tribulations which their mothers endured and this united them. 

 

Jane Humphries est professeure retraitée d’histoire économique à l’université d’Oxford. Elle est notamment l’auteure de Childhood and Child Labour in the British Industrial Revolution (Cambridge University Press, 2011). Sur le même sujet, elle a  co-écrit et présenté le documentaire de BBC4, The Children Who Built Victorian Britain (disponible sur YouTube).

Lien Zoom habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr 

Aude de Mézerac-Zanetti : “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII (3 déc. 2020)

Jeudi 3 décembre à 17h : Aude de Mézerac-Zanetti (Université de Lille) : « “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude de Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Le séminaire se déroulera sur Zoom. Lien habituel, disponible auprès de  Sandrine Parageau <sparageau(at)hotmail.com>

Murray Pittock, “Edinburgh’s Enlightenment 1660-1750: The French Connexion” (26 nov.)

Jeudi 26 novembre à 17h : Murray Pittock (University of Glasgow), “Edinburgh’s Enlightenment 1660-1750: The French Connexion”

This lecture examines the final functional century of the Auld Alliance in terms of France’s historic influences on Scotland and its capital, and on the extent that these underpinned the infrastructural and civic development of the Scottish Enlightenment. Scotland’s exclusion from an independent foreign policy after 1603 led to a series of futile attempts to embed Scottish interests in the English Empire which brought it into conflict with France for the first time; but Scottish intellectuals continued to flourish in French society. After 1707, Scotland’s status changed and French foreign policy objectives frequently focused on the redivision of the new British state through intermittent support for the Stuarts. The liberty-loving mountaineer and the concept of Highlandism left an enduring legacy in France. In Scotland, the capital, Edinburgh, not only dominated Scotland’s trade with France and continued to look to France-and in particular Paris- for a lead in urban design and other areas, but also engaged with its example in infrastructure, communications, research, innovation, the arts and commerce and society as well as providing-in John Law-one of the most controversial and farsighted financial innovators of the modern era. The lecture closes with a brief consideration of France’s contribution to the last major Jacobite Rising of 1745, and the end of the Auld Alliance when Le Grand Dérangement brought British Army policy in Scotland into French Canada, followed by Scottish troops.

————

 

Lien Zoom habituel, disponible auprès de Jean-François Dunyach <jean-francois.dunyach(at)paris-sorbonne.fr

19 novembre: l’intervention de Rachel Holmes est annulée

Jeudi 19 novembre à 17h : l’intervention de Rachel Holmes est annulée. 

 En remplacement : Fabrice Bensimon (Sorbonne Université) : « Londres, 10 avril 1848 : les chartistes dans l’œil du photographe »

Résumé : Pour les chartistes, le lundi 10 avril 1848 était un grand jour. Depuis des semaines, ils faisaient signer la pétition pour la Charte du peuple. Celle-ci devait être remise au Parlement, et les chartistes se rassemblèrent au sud de la Tamise, à Kennington Common. Combien étaient-ils ? 400 000, selon leur dirigeant Feargus O’Connor ; 10 000 selon les autorités, une hypothèse basse qu’un dessin de presse semblait confirmer. Le mouvement allait ensuite décliner irrémédiablement 

130 ans plus tard, deux daguerréotypes émergeaient des archives royales. Bien qu’ils aient été abondamment reproduits depuis dans les manuels, les revues ou sur Internet, ces premières photographies politiques de l’histoire n’ont sans pas encore livré tous leurs secrets. Que nous disent-elles du chartisme et de ce moment politique ? Que nous montrent-elles du monde ouvrier, dans ce qui est alors la plus grande ville au monde, le Londres de la révolution industrielle ? 

Le séminaire ne pourra se réunir à la Maison de la Recherche, mais uniquement en visio. Lien habituel, disponible auprès de Yann Béliard yann_beliard(at)yahoo.fr

Malcolm Walsby : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance. (12 nov. à 17h)

Jeudi 12 novembre à 17h : Malcom Walsby (Enssib / Université de Lyon) : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance.   

Longtemps, l’art typographique demeura pour les lecteurs de Grande Bretagne un savoir-faire continental. On importait des exemplaires fabriqués outre-manche pour être distribués et vendus au détail dans les boutiques et sur les étals des libraires locaux. Lorsque l’on souhaitait obtenir des éditions à destination d’un public anglais ou écossais, on le faisait imprimer dans les grands centres de production et en particulier en France dans les ateliers de Paris et de Rouen. Le prototypographe anglais, William Caxton, lui-même apprit les secrets de l’imprimerie sur le continent où il exerça un temps avant de s’installer à Westminster. L’industrie française du livre joua un rôle prépondérant dans l’exportation d’imprimés vers la Grande Bretagne. Si, initialement, ce négoce revêtait des allures purement économiques et commerciales, la Réforme anglicane d’Henri VIII et les choix religieux de ses successeurs changèrent la nature et les enjeux de ces échanges. Cette intervention cherchera à comprendre le rôle fluctuant du livre made in France au nord de la Manche. 

Malcom Walsby est professeur à l’Université de Lyon et il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, voir notamment :  « Plantin and the French Book Market », in Sara Barker, Matt Mclean (éd.), International Exchange in the Early Modern Book World, Leyde, Brill, 2016, p. 80-101 ; « Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du XVe au début du XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2020/3 (n° 67-3), p. 5-29 ;  Entre l’atelier et le lecteur. Le commerce du livre imprimé dans la France de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Le séminaire est uniquement en ligne. Lien de visioconférence habituel, disponible auprès de Stéphane Jettot.

Clarisse Godard Desmarest, Architecture et identité culturelle : l’Écosse du 18e au 21e siècle.

Jeudi 5 novembre 2020 à 17h : Clarisse Godard Desmarest (Université de Picardie/ IUF), Architecture et identité culturelle : l’Écosse du 18e au 21e siècle.

  Vue de France ou d’ailleurs sur le continent européen, l’architecture écossaise est souvent perçue comme se confondant avec l’architecture anglaise ou britannique. On pourrait supposer aussi (sauf à être en Écosse évidemment!) que l’architecture écossaise est abordée dans les ouvrages sur l’architecture britannique ou anglaise. Pourtant, et jusqu’à une période récente, les historiens ont rarement considéré qu’il puisse y avoir un style national d’architecture typiquement écossais ou encore que l’architecture écossaise puisse mal s’insérer dans une approche globale de l’histoire de l’architecture britannique. Cette communication propose d’étudier les préjugés de l’historiographie souvent anglaise et de répondre, au travers une analyse historique couvrant la période du XIIIe siècle à aujourd’hui, à la question de savoir s’il existe une spécificité de l’architecture écossaise, laquelle se définit au travers l’histoire de la nation.

 Clarisse Godard Desmarest est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Picardie et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle est l’auteur de publications sur l’histoire de l’architecture et de la culture écossaise et a dirigé l’ouvrage The New Town of Edinburgh: An Architectural Celebration (Édimbourg: John Donald, 2019).

 
En raison de la fermeture de l’université, la séance sera uniquement diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

Sandrine Parageau : « “Que sçay-je?” Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité » (22 octobre)

Jeudi 22 octobre 2020 à 17h : Sandrine Parageau (Paris Nanterre / IUF), « “Que sçay-je ?” Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité »

 On pourrait penser que l’ignorance est immuable, qu’il s’agit d’une notion intemporelle, qui, par conséquent, n’a pas d’histoire. On imagine certes aisément que les objets ignorés ont varié au fil du temps, mais cette évolution relève davantage d’une histoire des sciences et des savoirs en creux qu’elle ne dessine une histoire de l’ignorance à proprement parler. Pourtant, on s’attachera, dans cette intervention, à démontrer que l’ignorance est bien un objet historique, c’est-à-dire que ses représentations, ses usages, les valeurs qu’on lui attribue et ses possibles remèdes sont pris dans des évolutions historiques qui en modifient et en perturbent le sens. On montrera en particulier qu’aux XVIe et XVIIe siècles, l’ignorance est progressivement redéfinie comme une limite anthropologique, ce qui permet de l’envisager non plus comme un péché ou comme un obstacle à la connaissance, mais comme un véritable outil épistémologique qui se voit intégré au discours scientifique et au processus de découverte. On montrera enfin que cette histoire, en particulier lorsqu’elle s’intéresse aux usages de l’ignorance dans les controverses, contribue aussi à éclairer les relations et les hiérarchies sociales et intellectuelles dans l’Angleterre de la Renaissance, de la Réforme et de la « Révolution scientifique ».

 

Sandrine Parageau est Maître de conférences HDR à l’Université Paris Nanterre et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Elle travaille sur l’histoire intellectuelle et l’histoire des sciences des XVIe-XVIIIe siècles en Angleterre.

 
La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

Jean-François Dunyach et Nathalie Kouamé, autour de leur ouvrage _Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais_ (Paris, 2020) (jeudi 15 octobre à 17h)

Jeudi 15 octobre à 17h : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) & Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais , Paris, Karthala, 2020. 

  Présentation (4e de couverture): 

Et si, au regard de l’histoire, le Japon et la Grande-Bretagne n’étaient pas véritablement des îles ? Derrière l’apparente évidence de ces terres entourées d’eau se cachent, peut-être, d’authentiques malentendus. Les innombrables lieux communs sur les cultures et les esprits mentalités prétendument insulaires de ces deux archipels posés à l’Occident et à l’Orient du vaste continent eurasiatique, méritent d’être interrogés. 

Dans cet ouvrage, deux historiens débattent à partir de leur terrain d’élection, le Royaume-Uni pour l’un, le Japon pour l’autre, de la pertinence de la notion d’insularité en histoire. Dans ce dialogue où chaque archipel tend à l’autre un miroir, il est question d’identités, d’échanges, de cosmogonies, de littératures… Insularité subie, insularité proclamée, insularité dépassée : d’où vient la puissance des représentations et des fantasmes que recèle l’expérience insulaire ? Quel est, en somme, l’empire des îles sur l’histoire des mondes britannique et japonais ? 

Évoquant tout autant Robinson Crusoé que le mythe shintô de la création des îles japonaises, la colonisation romaine de l’île de Bretagne et les incursions mongoles au pays du Soleil levant, les pirates du Japon médiéval ou les ressorts du Brexit contemporain, cet ouvrage foisonnant, érudit et stimulant, s’adresse à tous ceux qui ont en partage le goût de « la différence historique ». 

  Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche. 

La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible sur simple demande fbensimon[at]free.fr

Ariane Mak: Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) (8 oct.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6 e , Salle D421

Jeudi 8 octobre à 17h : Ariane Mak (Université de Paris) « Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) »

Comment enquêter en temps de guerre quand la figure de l’espion hante les esprits ? L’intervention se penche sur un point aveugle de l’histoire du Mass-Observation (1937-1949) – à savoir la manière dont cette organisation britannique de sciences sociales a dû faire face à une suspicion généralisée durant la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci s’exprime en premier lieu dans l’enquête de terrain, alors que les enquêteurs du Mass-Observation, soupçonnés d’espionnage, se voient pris en filature par une population aux aguets, voire emmenés au poste. Cette méfiance se dit à un autre niveau dans la controverse médiatico -politique des « Cooper’s Snoopers » qui éclate autour de l’usage d’enquêtes scientifiques – et de l’enquête d’opinion en particulier – par l’État. Entre suspicion de surveillance politique et moqueries face à la prétendue scientificité des méthodes employées, le scandale s’étale dans la presse avant de s’inviter dans les débats de la Chambre des Communes. L’intervention interroge les rapports entre science et politique, et éclaire la figure ambivalente du scientifique et de l’enquêteur de terrain dans le Royaume-Uni des années 1940.

Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche.
La communication d’Ariane Mak sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon[at]free.fr


Florence Sutcliffe-Braithwaite: “Something changed, I’m sure it did, for women; it must have”: Deindustrialisation and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945 (1er octobre)

Attention : cette séance n’aura pas lieu à la Maison de la Recherche, mais uniquement en visioconférence: veuillez contacter fbensimon(at)free.fr pour avoir le lien


Jeudi 1er octobre à 17h : Florence Sutcliffe-Braithwaite (University College London) : ‘”Something changed, I’m sure it did, for women; it must have”: Deindustrialisation and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945’
 
Economic historian Jim Tomlinson has recently suggested that deindustrialisation should be used as an alternative meta-narrative for understanding postwar British history, transecting the typical political narrative that structures understandings of the period – that is, the story of a ‘social democratic’ settlement inaugurated by Attlee and then disrupted in the 1970s and replaced with a Thatcherite or ‘neoliberal’ one.  Writing from the perspective of social and cultural history, I have recently written, along with Emily Robinson, Camilla Schofield, and Natalie Thomlinson, of the importance of growing discourses of popular individualism in the postwar decades, which, in a similar way, cut across and interacted with Thatcherism, but which were not driven predominantly by politics. In this paper, I analyse how deindustrialisation and individualism changed the structure and culture of family life in working-class families in Britain’s coalfields in the decades after 1945.


Florence Sutcliffe-Braithwaite travaille en particulier sur l’expérience des femmes dans la grève des mineurs de 1984-1985 https://www.coalfield-women.org 

Programme 2020-2021

Les séances ont lieu, sauf indication contraire, le jeudi de 17h à 18h30 à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université

(28 rue Serpente, Paris 6 e ), salle D421

Attention : Le séminaire est tributaire de la situation sanitaire. Pour éviter tout déplacement inutile, les participants sont invités à vérifier la tenue d’une séance sur le blog, ou à s’abonner à la liste de diffusion.

Jeudi 24 septembre : Guilherme Sampaio (IEA Paris Seine), « John Maynard Keynes and the contrasting trajectories of interwar English and French liberalisms (1920–46) »


Jeudi 1er octobre : Florence Sutcliffe-Braithwaite (University College London): “Something changed, I’m sure it did, forwomen; it must have”: Feminism, equality, and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945”


Jeudi 8 octobre : Ariane Mak (Université de Paris) « Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse‘Cooper’s Snoopers’ (1939-1945) »


Jeudi 15 octobre : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) et Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage, Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais (Karthala, 2020)

Jeudi 22 octobre : Sandrine Parageau (Nanterre / IUF), « ‘Que sçay-je ?’ Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité »


Jeudi 5 novembre : Clarisse Godard-Desmarest (Picardie Jules Verne, Amiens / IUF) : « Architecture et identité culturelle : l’Écosse du 18 e au 21 e siècle »


Jeudi 12 novembre : Malcom Walsby (Lyon) : « Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance »


Jeudi 19 novembre : Rachel Holmes, autour de son livre, Sylvia Pankhurst: Natural Born Rebel (Bloomsbury, 2020).

Jeudi 26 novembre : Murray Pittock (Glasgow), « Edinburgh’s Enlightenment 1660-1750: the French connection »


Jeudi 3 décembre : Aude de Mézerac-Zanetti (Lille), « ‘Ceci n’est pas une Réforme’ : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »


Jeudi 10 décembre : Jane Humphries (Oxford), “History from Underneath: Girls and the Industrial Revolution”


Jeudi 17 décembre : Géraldine Vaughan (Rouen / IUF), « Religious identities and Britishness throughout Britain and its Dominions, 1880s-1920s ».


Jeudi 28 janvier 2021 : Jan-Melisa Schramm (Cambridge), “Changing ideas of citizenship in the revolutionary period”

Jeudi 4 février : Robert Poole (Central Lancashire), “Peterloo and the English Radical Press”

Jeudi 11 février : Marie Ruiz (LARCA / université de Picardie), « Les stratégies genrées des sociétés d’émigration et des centres de formation dans l’Empire britannique »


Jeudi 18 février : Martha McGill (Warwick) : “Ghosts and national identity in long-eighteenth-century Scotland”


Jeudi 4 mars : Stephen Mullen (Glasgow), « The Rise of James Watt: Enlightenment, Commerce, and Industry in a British Atlantic Merchant City, 1736–74 »


Jeudi 11 mars: Seb Falk (Cambridge), “The Dark Ages? Studying and practising science in late medieval England”


Jeudi 18 mars : Philippa Levine (Austin / Oxford), “ ‘When I feel very near God, I always feel such a need to undress’: Religion, Nakedness and the Body Divine”


Jeudi 25 mars : Julian Pooley (Leicester) : “Printing the Past: Discovering the Archive of the Nichols family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine, 1777-1873”


Jeudi 1er avril : Anna Marie Roos (Lincoln), “The First Egyptian Society (1741-3): The Royal Society, natural philosophy, and antiquarianism”


Jeudi 8 avril : Gareth Curless (Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Remaking Colonial Workers at the End of the British Empire”


Jeudi 15 avril : Barbara Bombi (Kent), “Diplomatic Communication: how to convey messages at the papal curia in the fourteenth century”


Jeudi 6 mai : Bernard Lightman (York) et Richard England (Eastern Illinois), “The Metaphysical Society and Intellectual Life in Mid-Victorian England”