Cycle de conférences : « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) »

Information

Cycle de conférences sur le thème « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) », organisé par le GIS Sociabilités (Valérie Capdeville, Université Paris 13 – PLEIADE EA 7338)

Chères et chers collègues,

Le GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle est heureux de vous convier aux conférences du cycle qu’il initie sur les transferts culturels, « Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850) », qui constituent l’un des axes de sa réflexion sur l’histoire et la circulation des modèles de sociabilité en Europe et dans les empires coloniaux de 1650 à 1850.

Les deux premières conférences auront lieu au Musée Cognacq-Jay (8 rue Elzévir 75003 Paris) de 14h à 16h (Salle de Conférences):

– LUNDI 26 FEVRIER:

Prof. Evan HAEFELI (Texas A&M University) : « Roman Catholics in the Protestant Empire: Thoughts on British Sociability and Anti-Popery »

Discutant: Dr Charles Walton (Warwick University)

– LUNDI 26 MARS:

Dr Vanessa ALAYRAC-FIELDING (Université Lille 3) : « ‘Bearing away to Europe’s Happier Shores the odorous Tea’: Exoticism, Tea and New Models of Sociability »

Discutante: Dr Elisabeth Martichou (Université Paris 13)

La troisième conférence aura lieu à la Maison de la Recherche (28, rue Serpente 75006 Paris) de 14h à 16h (Salle D040).
En association avec le « Séminaire franco-britannique d’histoire » (Sorbonne Université).

– VENDREDI 13 AVRIL:

Prof. Susanne SCHMID (Berlin Free University) : « ‘We dined upon the very edge of the crater’: British Women Travellers in Italy, Sociability and Cultural Transfer »

Discutante : Prof. Marie-Madeleine Martinet (Sorbonne Université)

L’INSCRIPTION EST OBLIGATOIRE. Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

http://www.univ-brest.fr/gis-sociabilites (onglet Activité, Programme 2018)

Affiche-Conferences-GIS-26fev2018

 

Ismérie Triquet : « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge » (08/02)

Ismérie Triquet, de l’Université Rennes II, présentera sa communication « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge »  le jeudi 8 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« La communication d’Ismérie Triquet propose de mettre en avant les représentations iconographiques de la bataille d’Hastings, dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, et plus précisément dans la Grande Chronique de Normandie produite aux XIVe et XVe siècles. En effet, sur un corpus comptant 54 images, seules quatre présentent ce thème. Produits pour l’essentiel pendant la guerre de Cent Ans, notamment sous l’occupation anglaise, les manuscrits sont riches de textes relatant la bataille de 1066, alors que les images sont peu nombreuses. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Est-il lié aux commanditaires, aux destinataires ou encore aux méconnaissances des artistes chargés d’enluminer ces œuvres ? Il s’agira ainsi de déterminer si cette faible représentation est volontaire ou non, et si elle est liée au contexte historique. Enfin cette production sera comparée avec d’autres chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, qu’elles soient rattachées à l’histoire anglaise ou non. Ainsi, on verra que la bataille d’Hastings ne représente pas un tabou dans la production iconographique de la fin du Moyen Âge. »

Maxine Berg : « Value and Exchange at Nootka Sound: Alexander Walker’s Global Microhistory 1785-6 » (07/12)

Maxine Berg, professeur d’histoire à Warwick University (History Department), présentera sa communication « Value and Exchange at Nootka Sound: Alexander Walker’s Global Microhistory 1785-6 » le jeudi 7 décembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« This seminar paper will take us to a small obscure and far-away place on the Northwest Pacific Coast of North America – Nootka Sound.  It has a very local history as a place of seasonal residence and ceremony for the Mowachaht people, a group within the larger Nuu-chah-nulth language category, dating back over 4,000 years. It also has a wide global and international history as the site of a sea otter trade linking Britain, India and China as well as Russia, Spain, France and the USA to this coast. Europeans first encountered the peoples of Nootka Sound in the 1770s: a Spanish ship, the Santiago, anchored briefly near the coast in 1774, and Captain Cook spent an extended period there on his third voyage in 1778. It was the site of an international incident in 1790 – the Nootka Crisis between Spain and Britain, and the place of the Nootka Conventions of 1790-94 settling codes over claims to territories and leading into the settlement of borders between the U.S. and British Columbia.

This paper investigates accounts of events of a trade in sea otter furs for iron and copper as conveyed by Europeans between 1774 and 1792, and especially the account provided by Alexander Walker in 1786.  Walker’s account takes me to the heart of connections between the Pacific and an East India Company trade between the Pacific and the Indian Ocean and East Asia. This paper approaches the Nootka Crisis from a methodology of ‘global microhistory’, and from the framework of ‘locality’ and ’interstitial spaces’ in global history. »

 

Éric Durot : « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » (30/11)

Éric Durot (Marie Curie Researcher – University of York), présentera sa communication « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » le jeudi 30 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

«  Pourquoi analyser ensemble la construction d’un empire franco-britannique (sous Henri II et François II) et le déclenchement des guerres de Religion françaises ? Les deux processus sont reliés par la révolte politique et religieuse en Ecosse (1559-60) menée par les Lords of the Congregation et le réformateur calviniste John Knox, avec le soutien décisif de l’Angleterre. Cette révolte qui se transforma en guerre s’opposait à la fois à la religion catholique et au pouvoir français incarné par la régente Marie de Guise qui gouvernait au nom de sa fille Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse. Ce grand événement écossais qui chassa les ministres et les soldats français fut d’une importance majeure de ce côté-ci de la Manche: il encouragea directement et de manière multiple, les premières révoltes huguenotes. Notre approche souligne le caractère non seulement international mais aussi transnational des guerres de Religion. Dit d’une autre manière: le conflit qui se déroula en Ecosse constitua pour la France sa première guerre de Religion. »

Keith Gildart : « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » (23/11)

Keith Gildart, professeur à University of Wolverhampton (Labour and Social History) et co-éditeur du Dictionary of Labour Biography, présentera sa communication « Writing Labour Life Stories: The Dictionary of Labour Biography in the Twenty-First Century » le jeudi 23 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« The idea of a Dictionary of Labour Biography (DLB) originated with the socialist activist and theoretician G.D.H. Cole. For many years Cole had been collecting biographical snippets of labour movement figures. Names and details were initially entered into a number of manuscript volumes. In early 1959 after Cole’s death, his widow handed the volumes to Asa Briggs and John Saville. They both agreed that if research funds became available then Saville should take over the work of compiling a Dictionary using the Cole manuscripts as a starting point. It was first intended to produce a single large volume on the lines of Who’s Who but the scope of the Dictionary grew as the work progressed. Once information started to be collected it was clear that the project would have to be multi-volume and open-ended. With the publication of the first edition in 1972 the DLB has now run to 14 volumes. This presentation will explore the origins and development of the DLB, the methodological challenges it faces in the twenty first century, and the ways it can be used to explore the past, present, and future of labour history.

 

Discutant : Paul Boulland, co-éditeur du Maitron – dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CNRS, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (UMR8058), Centre Pouchet (59, rue Pouchet, 75017 Paris)

 

Rohan McWilliam : « Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories » (16/11)

Rohan McWilliam, professeur et co-directeur du Labour History Research Unit à Anglia Ruskin University, Cambridge, présentera sa communication « Labour and the Left in the 1980s: New Times, New Histories » le jeudi 16 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 

Résumé :

« The serious scholarly study of Thatcherism in Britain is expanding dramatically. Far less attention has been devoted to Labour in the 1980s or the cultures of the left more widely. This paper, drawn from a new edited collection, Labour and the Left in the 1980s (to be published by Manchester University Press in December 2017), seeks to redress this and calls for new historical investigations of recent progressive politics so as to put the development of modern neo-liberalism in perspective. The 1980s was a contested and divided decade.

Why did the left do so badly? Labour was defeated in the elections of 1979, 1983, 1987 and 1992. Workers’ struggles, such as the 1984-5 Miners’ Strike, ended in defeat.   This paper argues that in many ways the 1980s was actually a creative decade for the left. We need to redefine what we mean by political success. The left shaped the morality of modern Britain in distinctive ways. Arguments about opposition to gender or racial or homophobic discrimination (once controversial) are now mainstream. This paper considers the paradigms and approaches that need to shape a new history of the modern British left. »

Ophélie Siméon : « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » (09/11)

Ophélie Siméon, maître de conférences en Civilisation britannique à l’Université Paris III – Sorbonne nouvelle, présentera sa communication « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » le jeudi 9 novembre de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

« De 1800 à1825, l’industriel éclairé Robert Owen transforme son village ouvrier textile de New Lanark (Écosse) en un véritable laboratoire social destiné à prouver une série d’intuitions politiques qui formeront dans les années 1825-1845 le socle du premier mouvement socialiste de Grande-Bretagne.

Référent omniprésent dans les histoires du socialisme britannique, New Lanark demeure cependant mal connu. Relégué dans l’ombre d’Owen, le village ouvrier a avant tout été perçu comme le réceptacle de politiques paternalistes innovantes. Bien au contraire, New Lanark a également été une source d’inspiration fondamentale pour Owen, et a notamment servi de modèle pour son système d’organisation sociale communautaire.

En réalisant une histoire sociale des idées d’Owen, ancrée dans l’étude de la vie quotidienne au sein de New Lanark, et de la réception de l’expérience auprès du grand public comme de la population ouvrière, ce livre réaffirme l’importance du village écossais dans l’émergence du socialisme britannique. En délaissant les approches qui limiteraient New Lanark à un statut de “village modèle” unidimentionnel, il interroge les ambiguïtés d’une pensée entre théorie et pratique, du paternalisme au socialisme. »

Stephen Church : « Succession and Interregnum in the Lands of the Angevins » (02/11)

Professor Stephen Church, de University of East Anglia, Norwich, présentera sa communication « Succession and Interregnum in the Lands of the Angevins » le jeudi 2 novembre 201, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Dans cette communication Stephen Church traitera de la question de la succession aux terres des Angevins en 1189 et 1199, en particulier dans le comté d’Anjou, afin de monter que le rassemblement de terres que les historiens ont pris l’habitude de considérer comme formant « l’empire Plantagenêt » était moins unifié que ne le suggère le terme « empire ».

In this paper Stephen Church will examine the succession for the lands of the Angevins in 1189 and 1199, particularly in county of Anjou, to make a case that the collection of lands that historians have come to see as comprising l‘empire Plantagenêt were less unified than the word ‘empire’ suggests.

Zara Anishanslin : « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer » (12/10)

Zara Anishanslin, de University of Delaware, présentera sa communication « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer », le jeudi 12 octobre 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutante : Ariane Fennetaux (Université Paris Diderot)

Résumé :

« Enigmatic Anna Maria Garthwaite (1688-1763) was one of early modern Britain’s few women silk designers. She also was one of its most prolific. A clergyman’s daughter with family connections to the Royal Society of London and Chelsea Physic Garden, she had intimate ties to global natural history networks that found aesthetic expression in her design work. Garthwaite used her designs to create new hybrid English landscapes that blended native flora with exotic imported botanicals, including plants from Africa, North America, and the Caribbean. Her popular designs both mirrored the larger cultural fascination with things botanical and helped foster the craze for wearing botanical landscapes in silk around the British Empire. Objects that embodied important intersections between fashion and science, her textile designs carried the same eighteenth-century fascination with flowers and botanicals eagerly embraced by men in global natural history networks. This paper looks at women who made and wore silk on both sides of the Atlantic to explore how Garthwaite helped design the botanical landscape of empire. »

Zara Anishanslin specializes in Early Atlantic World History, with a focus on eighteenth-century material culture. Since 2016, she has been Assistant Professor of History and Art History at the University of Delaware where she is working on a new research project on the American Revolution. Anishanslin holds a PhD in the History of American Civilization from the University of Delaware, and held postdoctoral fellowships at Johns Hopkins University and the New York Historical Society. Her book Portrait of a Woman in Silk: Hidden Histories of the British Atlantic World (Yale University Press, 2016) examines the worlds of four identifiable people who produced, wore, and represented silk: a London weaver, one of early modern Britain’s few women silk designers, a Philadelphia merchant’s wife, and a New England painter.

Cette séance est financée par le LARCA (Paris Diderot) et l’IUF (Projet « L’Europe des objets », Anne-Marie Miller-Blaise)

Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr)

Programme 2017-2018

Le programme 2017-2018 est en ligne, disponible dans l’onglet Programme 2017-2018 ou en cliquant sur le lien ci-dessous. Les séances ont lieu, sauf indication contraire, le jeudi de 17h30 à 19h30 à la Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006), salle D421.

La première séance aura lieu le 5 octobre 2017.

ProgrammeSFB20172018

Professor David Carpenter: « Magna Carta: New Ideas and Discoveries »

Le mercredi 10 mai 2017, de 14h à 16h, Professor David Carpenter (King’s College London) présentera sa communication « Magna Carta: New Ideas and Discoveries » dans le cadre du séminaire de Dominique Barthélémy à l’EPHE.

Accès : bâtiment Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne 75005, salle H627

Information : Frédérique Lachaud,frederique.lachaud@univ-lorraine.fr

Stephen Clucas : “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.”

Stephen Clucas, de Birkbeck College (Université de Londres), présentera sa communication “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.” le jeudi 11 mai 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

La séance sera suivie d’un pot amical de fin d’année dans le hall du 3ème étage (Serpente), de 19h à 20h.

Résumé :
« In 1656, both Seth Ward (Savilian Professor of Astronomy at Oxford) and the Flemish philosopher Moranus published attacks on the natural philosophy of Thomas Hobbes. Ward’s In Thomae Hobbii Philosophiam Exercitatio Epistolica (Oxford, 1656) and Moranus’s Animadversiones in Elementorum Philosophiae (Brussels, 1655) attack Hobbes on a number of fronts. In this paper I will be focusing specifically on their very different critiques of Hobbes’s experiments in book XXVI of De corpore concerning the vacuum (or the lack thereof). While Ward attacks Hobbes primarily in terms of logical and hydraulic arguments, Moranus focuses instead on refuting Hobbes’s matter theory, using late scholastic ideas about the behaviour of minima naturalia in fluid substances. Ward accuses Hobbes of using a “vacuous argument to expel the vacuum from the world”, and believed that since Hobbes made the absence of vacuum the “sole foundation” of his natural philosophy “once it has been overturned the whole thing will collapse”. Whilst Hobbes’ later arguments about pneumatic experiments are (thanks to Shapin and Schaffer) well known, these two early critiques give us two very different philosophical perspectives on Hobbes’s theories. »

Discutante: Myriam-Isabelle Ducrocq (Université Paris Nanterre)

Contact: Sandrine Parageau (sparageau@u-paris10.fr)

Anne Dunan-Page : « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » (27/04)

Anne Dunan-Page, de l’université Aix-Marseille, présentera sa communication « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » le jeudi 27 avril 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutants : Pierre Lurbe (Paris IV-Sorbonne) et Rémy Bethmont (Paris VIII).

Résumé :

« Le concept de « religion vécue » (lived religion), issu de la sociologie des religions, a été notamment popularisé aux États-Unis au milieu des années 80 par Robert Orsi et The Madonna of 115th Street, étude de la communauté catholique italienne à Harlem, demeure un ouvrage essentiel. Des tentatives de définition d’un concept parfois jugé trop vague pour être opérationnel se sont alors multipliées, mettant l’accent sur les phénomènes de création et d’imagination qui entrent en tension avec les dogmes et les institutions religieuses, phénomènes liés à des « expériences » du vécu. Comme d’autres transdisciplines, la religion vécue, qui convoque des méthodes issues de la sociologie, de l’ethnologie, de la psychologie, de l’histoire, de la théologie pastorale, des études de genre, est aujourd’hui en voie d’institutionnalisation, tandis que se multiplient les analyses des sociétés multi-confessionnelles.

Le but de ce séminaire est de préciser pourquoi il nous paraît pertinent de convoquer ce concept pour une étude du protestantisme en Grande-Bretagne au XVIIe siècle – en particulier la transmission du vécu religieux chez les groupes minoritaires – en examinant en quoi il diffère de l’étude de la religion populaire et d’une simple opposition à la religion « légale ».

L’application de la religion vécue à l’époque moderne se pose en effet aujourd’hui, non seulement aux États-Unis, grâce aux travaux de David D. Hall, mais aussi en Europe, dans le contexte de la longue Réforme (Laurence Croq et David Garrioch [dir.], La Religion vécue. Les laïcs dans l’Europe moderne, 2013 ; Sari Katajala-Peltomaa et Raisa Maria Toivo [eds], Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe, 2016). Le développement actuel des études archivistiques sur les dissidents britanniques, essentiellement sous les derniers Stuarts, fait partie de cette tendance. L’étude des archives permet de mieux appréhender la tension entre les pratiques individuelles et les pratiques de groupe, la question de la discipline ecclésiastique comme facteur de cohésion communautaire, les relations entre les différentes confessions, et la façon dont l’étude des textes et de la narrativité peut s’intégrer à une histoire du vécu religieux. »

Anne Dunan-Page est Professeur de littérature et de civilisation britanniques à Aix-Marseille Université où elle dirige le Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (E.A 853). Son prochain ouvrage, L’Expérience puritaine. Vies et récits de dissidents (XVIIe-XVIIIe siècles) paraîtra à l’été 2017 aux Éditions du Cerf.