26/03 : Aude de Mézerac-Zanetti, « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

ATTENTION :  En raison de la grève des universités le 19 mars, la séance prévue ce jour-là avec Aude de Mézerac-Zanetti est REPORTÉE au 26 mars.

La séance avec Ben Griffin est annulée.


Jeudi 26 mars à 17h, Aude de Mézerac-Zanetti, de l’Université de Lille, présentera sa communication « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE