Liesbeth Corens : Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe (05/04)

Liesbeth Corens, de Keble College, Oxford, présentera une communication autour de la publication prochaine de son livre: Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe,  Oxford University Press, 2018, le jeudi 5 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« A la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème siècle, les catholiques anglais ont entrepris une vaste collecte d’archives sur leur passé et sur leur résistance à la Réforme protestante. A partir d’un long travail de compilation, ils ont accumulé une diversité considérable de documents : des témoignages oraux retranscrits, des pamphlets imprimés, des lettres écrites par les martyrs en personne et des archives officielles. La diversité des supports mobilisés ainsi que la complémentarité de leurs usages marquent de nouvelles transformations dans les rapports entre des sources, l’érudition et la mémoire. Ces compilations constituent des observatoires privilégiés pour aborder les interactions entre les pratiques archivistiques et les commémorations. Elles reposent sur l’entretien de la mémoire locale des martyres, à partir des traditions orales maintenues dans les communautés catholiques et du travail commémoratif entrepris dans les institutions religieuses. Cependant les compilateurs avaient aussi pour ambition de se détacher des lieux de mémoire et des souvenirs à vif pour entrer dans la constitution d’un récit historique. La diversité des supports soulève aussi la question de leurs crédibilités respectives, de leurs usages et de leurs rapports à la vérité. Mon intervention au séminaire se propose d’explorer les étapes de ces constructions et de mener par là une réflexion sur le pouvoir des pratiques archivistiques et commémoratives et leur place dans la constitution d’une contre-mémoire. »

*****

In the late seventeenth and early eighteenth centuries, English Catholics collected records of their recent past and their opposition to the Reformation. The compilations recorded a multiplicity of materials, ranging from reports on oral statements, to printed pamphlets, letters written by martyrs themselves, and official records. The inclusion of various types of media and the transfer from one context to another marks changes in sources’ commemorative and scholarly roles that must be explored. The compilations offer an insightful case to study the interrelation between record-keeping and commemoration. They relied heavily on local commemorative practices, both through English communities’ oral traditions of their local martyrs, and through religious houses’ commemoration of the martyrs who had studied with them. Yet the compilers also attempted to detach themselves from the lived commemoration and establish lieux de mémoire, working on the interface between an active memory and history writing. Different media have different criteria for credibility, different priorities, different claims to truth. This paper will explore these transitions and in the process reflect on the power of record-keeping and commemorating in the production of counter-archives.

 

Contact: stephane.jettot@sorbonne-universite.fr

Amicie Pélissié du Rausas : « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » (30/03/2018)

Dans le cadre du séminaire de Frédérique Lachaud (« Penser les pouvoirs dans l’Angleterre médiévale, Xe-XIIIe siècle : textes et débats »), Amicie Pélissié du Rausas, de l’Université de Poitiers, présentera sa communication « De l’histoire-bataille à l’histoire d’une bataille : Taillebourg, 1242. Sources, stratégie et culture de la guerre au temps de Louis IX » le vendredi 30 mars 2018, de 17h à 19h.

Attention : exceptionnellement la séance se déroulera en Bibliothèque Boutruche, Bâtiment Sorbonne, escalier F, 2ème étage

Jill Liddington : Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), 29/03

Jill Liddington, de l’Université de Leeds, viendra présenter l’ouvrage Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), traduction de J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us: The Rise of the Women’s Suffrage Movement (Virago, 1978), le jeudi 29 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

Au début du XXe siècle, dans une Grande-Bretagne qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l’Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Le 1er mai 1900, elles lancent une pétition pour le droit de vote des femmes. Elles vont dans toutes les usines, y compris les plus petites filatures, pour rencontrer les ouvrières du coton. Elles recueillent 29 359 signatures. C’est le début d’un combat qui dure jusqu’en 1914.

Leur lutte pour le suffrage s’inscrit dans un combat plus vaste pour l’émancipation des femmes : pour de meilleures conditions de travail et contre les inégalités de salaire ; pour le droit des filles à l’éducation et des épouses au divorce ; pour l’égalité avec les hommes pour la garde des enfants ; pour le droit des femmes au travail ; pour l’émancipation ouvrière et le socialisme. Le militantisme lui-même est un combat, pour ces femmes qui doivent souvent tout à la fois élever une famille et gagner leur vie, avec « une main liée dans le dos ». Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

Traduction de Laurent Bury. Préface de Fabrice Bensimon.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris-Diderot)

Cette séance est organisée par le CREA (EA370 – Paris Nanterre). Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr).

Brian Maidment: « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » (22/03)

Brian Maidment, de Liverpool John Moores University, présentera sa communication « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » le jeudi 22 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« Accounts of the history of the comic image in the 1820s and 1830s have largely been both elegiac and dismissive, mourning the decline of the caricature tradition represented by Gillray, Rowlandson and their contemporaries while simultaneously scorning the widespread production of what David Kunzle memorably called ‘graphic bric-a-brac’ in its place. Yet while there is something of a shift from witty and allusive political commentary to the celebration of the diversionary, the miscellaneous and the trivial, it is hard not to be impressed by the range, vigour and sheer exuberance with which satirical and humorous images invaded the market place for print in the period between 1820 and 1837. Using new or re-invigorated reprographic methods like wood engraving and lithography, the late Regency comic image was used to structure a wide range of generically innovative print genres and forms which included – in addition to various reformulations of entirely pictorial publication – songbooks, play texts, almanacs, annuals and periodicals. This mass of graphic production, much of it newly visible to scholars through digitisation, offers an important response to Regency urban culture which has up to now been undervalued by historians. Within this riot of print, the tradition of graphic political satire, while often incorporated into hybridised and generically complex print forms, was able to survive on at least into the early Victorian period. This paper seeks to offer a brief overview of the role of caricature and the comic within late Regency print culture. »

 

Emily Jones : Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (15/03)

Emily Jones, de Columbia University (Modern British History) présentera son ouvrage Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (Oxford University Press, 2017) le jeudi 15 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“Edmund Burke is commonly described as ‘the founder of modern conservatism’, but this has not always been the case – especially in his adopted country of Britain. This paper explores his transformation from Irishman and Whig politician to ‘Burkean conservative’ through the politics, thought, and literature produced and consumed in Britain during the century following his death.”