Anne Dunan-Page : « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » (27/04)

Anne Dunan-Page, de l’université Aix-Marseille, présentera sa communication « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » le jeudi 27 avril 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutants : Pierre Lurbe (Paris IV-Sorbonne) et Rémy Bethmont (Paris VIII).

Résumé :

« Le concept de « religion vécue » (lived religion), issu de la sociologie des religions, a été notamment popularisé aux États-Unis au milieu des années 80 par Robert Orsi et The Madonna of 115th Street, étude de la communauté catholique italienne à Harlem, demeure un ouvrage essentiel. Des tentatives de définition d’un concept parfois jugé trop vague pour être opérationnel se sont alors multipliées, mettant l’accent sur les phénomènes de création et d’imagination qui entrent en tension avec les dogmes et les institutions religieuses, phénomènes liés à des « expériences » du vécu. Comme d’autres transdisciplines, la religion vécue, qui convoque des méthodes issues de la sociologie, de l’ethnologie, de la psychologie, de l’histoire, de la théologie pastorale, des études de genre, est aujourd’hui en voie d’institutionnalisation, tandis que se multiplient les analyses des sociétés multi-confessionnelles.

Le but de ce séminaire est de préciser pourquoi il nous paraît pertinent de convoquer ce concept pour une étude du protestantisme en Grande-Bretagne au XVIIe siècle – en particulier la transmission du vécu religieux chez les groupes minoritaires – en examinant en quoi il diffère de l’étude de la religion populaire et d’une simple opposition à la religion « légale ».

L’application de la religion vécue à l’époque moderne se pose en effet aujourd’hui, non seulement aux États-Unis, grâce aux travaux de David D. Hall, mais aussi en Europe, dans le contexte de la longue Réforme (Laurence Croq et David Garrioch [dir.], La Religion vécue. Les laïcs dans l’Europe moderne, 2013 ; Sari Katajala-Peltomaa et Raisa Maria Toivo [eds], Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe, 2016). Le développement actuel des études archivistiques sur les dissidents britanniques, essentiellement sous les derniers Stuarts, fait partie de cette tendance. L’étude des archives permet de mieux appréhender la tension entre les pratiques individuelles et les pratiques de groupe, la question de la discipline ecclésiastique comme facteur de cohésion communautaire, les relations entre les différentes confessions, et la façon dont l’étude des textes et de la narrativité peut s’intégrer à une histoire du vécu religieux. »

Anne Dunan-Page est Professeur de littérature et de civilisation britanniques à Aix-Marseille Université où elle dirige le Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (E.A 853). Son prochain ouvrage, L’Expérience puritaine. Vies et récits de dissidents (XVIIe-XVIIIe siècles) paraîtra à l’été 2017 aux Éditions du Cerf.