Stéphane Haffemayer, »Samuel Hartlib et l’Angleterre des années 1640-1650, un intellectuel au service de la révolution » (23/03)

Stéphane Haffemayer de l’Université de Caen présentera sa communication « Samuel Hartlib et l’Angleterre des années 1640-1650, un intellectuel au service de la révolution » le jeudi 23 mars de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Publications récentes : Daniel Foliard (Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921, 2017), Deirdre Gilfedder (L’Australie et la Grande Guerre, 2015), Aurélien Ruellet (La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle , 2016)

La séance du 9 mars réunira, de 17h30 à 19h30, trois auteurs qui présenteront leurs ouvrages récents. Nous rencontrerons Daniel Foliard  (Université Paris X – Nanterre) qui parlera de son livre Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press, 2017), Deirdre Gilfedder (Université Paris IX – Dauphine) qui présentera L’Australie et la Grande Guerre (Houdiard, 2015) et Aurélien Ruellet (Université du Maine) qui présentera La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle (Presses Universitaires de Rennes, 2016).

Daniel Foliard
While the twentieth century’s conflicting visions and exploitation of the Middle East are well documented, the origins of the concept of the Middle East itself have been largely ignored. With Dislocating the Orient, Daniel Foliard tells the story of how the land was brought into being, exploring how maps, knowledge, and blind ignorance all participated in the construction of this imagined region. Foliard vividly illustrates how the British first defined the Middle East as a geopolitical and cartographic region in the nineteenth and early twentieth centuries through their imperial maps. Until then, the region had never been clearly distinguished from “the East” or “the Orient.” In the course of their colonial activities, however, the British began to conceive of the Middle East as a separate and distinct part of the world, with consequences that continue to be felt today. As they reimagined boundaries, the British produced, disputed, and finally dramatically transformed the geography of the area—both culturally and physically—over the course of their colonial era. Using a wide variety of primary texts and historical maps to show how the idea of the Middle East came into being, Dislocating the Orient will interest historians of the Middle East, the British empire, cultural geography, and cartography.

Deirdre Gilfedder
En 1915 Winston Churchill présente un projet à Whitehall à Londres qui consiste à créer un nouveau front dans la Méditerranée et d’attaquer l’empire Ottoman sur la péninsule de Gallipoli au détroit des Dardanelles en Turquie. Le plan est controversé, mais les dirigeants britanniques décident enfin d’envoyer des troupes de terre le matin du 25 avril. Pour mener cette attaque périlleuse, on fait appel aux soldats du corps ANZAC, Australian and NZ Army Corps. Cependant, l’armée turque s’était préparée à l’attaque en installant dans le secteur les forces commandées par le Lieutenant-Colonel Mustafa Kemal Bey. Le 25 avril 1915, les troupes de l’ANZAC débarquent, juste avant l’aube, sur une plage surveillée par les bataillons de la 27e division turque… La bataille de Gallipoli est une défaite désastreuse pour les Alliés, mais lorsque les nouvelles de l’entrée en guerre des Australiens et des Néo-Zélandais arrivent au pays, l’attaque est fêtée comme la preuve de l’héroïsme des troupes coloniales. En Australie, certaines vont jusqu’à baptiser l’événement, « la Naissance de la Nation » et chaque 25 avril, des milliers d’Australiens se lèvent à l’aube pour se souvenir des Anzacs… Ce livre raconte le rôle joué par l’Australie dans la Grande Guerre, en Turquie et en France et Belgique, et la création du rite de commémoration d’Anzac Day dans ce pays qui a perdu le plus grand nombre d’hommes relativement à sa population. Le livre s’interroge sur l’invention du nationalisme australien lié à cette guerre et son destin dans une Australie contemporaine qui n’est plus très britannique…

Aurélien Ruellet
En revenant sur les carrières de dizaines de savants et techniciens français et anglais du XVIIe siècle, cet ouvrage éclaire des aspects méconnus de la formation de l’État moderne et de l’émergence de la science expérimentale. L’enquête montre que loin de l’image classique du mécénat aristocratique et royal, le patronage dont bénéficiaient ces scientifiques revêtait bien des aspects et mobilisait de nombreux mécènes au petit pied, dans l’administration monarchique et ailleurs.

Mark Towsey : « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » (02/03)

Mark Towsey de University of Liverpool, présentera sa communication « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » le jeudi 2 mars 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.
Résumé :
« Mark Towsey will talk about his forthcoming book, Reading History in Eighteenth-Century Britain and America, which aims to explain why historical books by Hume, Robertson, Gibbon and others were so widely read in the second half of the eighteenth century. The paper examines readers’ responses to these texts, revealing how they were used by readers in various contexts to help cope with a rapidly changing world marked by revolution, reform and the expansion of empire. Dr Towsey is a Reader in History at the University of Liverpool, and has published very widely on the history of reading and the history of libraries in the long eighteenth century. He recently held a coveted Mid-Career Fellowship from the British Academy, and was the Bibliographical Society of America’s Katharine Pantzer Senior Research Fellowship in Bibliography and the British Book Trade in 2015. »