Emily Baughan : « International adoption and Anglo-American Internationalism c1918-1945 » (15/12)

Emily Baughan, de l’université de Bristol, présentera sa communication « International adoption and Anglo-American Internationalism c1918-1945 » le jeudi 15 décembre de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :
« The plight of children became symbolic of the disintegration of European society during the First World War and the conflagrations that bookended it: the Armenian Genocide and the Russian Civil War. Breaking free from the laws of war presumed to undergird conflict in ‘civilised’ European societies, the violence of the early-twentieth century directly targeted civilians. In this context, children’s suffering took on a broader symbolic meaning, and ‘rescued’ children became a powerful metaphor for European reconstruction and hopes for a peaceful, prosperous future. Children – the workers and citizens of tomorrow – were essential for the future prosperity of their own nations, and, by extension, for the mutual security of the international order.  This article examines the centrality of children to the ‘new internationalism’ of the years following the First World War, as expressed by a host of prominent British and American humanitarian organisations. While international adoption and child sponsorship programmes seem, on the surface, to exemplify the spirit of progressive internationalism, this paper argues that they typified the often-regressive vision of interwar relief work. By helping children, humanitarian organisations sought to reinscribe older class-based and ethnic orderings of society in a chaotic post-war world. Child welfare programmes reveal the essentially conservative basis of Anglo-American internationalism in the interwar era. The ‘new world order’ that internationalist humanitarians sought to create was not new at all.

« L’Angleterre et la Normandie au Moyen Âge » – Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen), Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine), 08/12

Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen) : « Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire »

Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine) : « Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans »

Résumés :
Aude Painchault
Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire
À travers l’étude comparative du vocabulaire castral utilisé par Orderic Vital, historien du XIIe siècle, dans son Historia Ecclesiastica, et de son pendant archéologique, il s’agit à la fois de confirmer l’importance des études pluridisciplinaires pour la compréhension de l’Histoire et de valoriser un pan de la documentation historique, la littérature narrative, en tant que source véritable d’information. La confrontation entre les descriptions, le choix des mots et les vestiges des châteaux concernés servira à prendre la mesure des qualités de descripteur du moine et des possibilités qu’un tel travail ouvre notamment dans le domaine de l’archéologie.`
Elisa Mantienne
Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans
Malgré quelques références au titre de duc de Normandie revendiqué par le roi Henri V, les moines de Saint-Albans restent généralement discrets quant aux revendications anglaises sur le duché abandonné à la France en 1259. Partant de ce constat, la communication se propose d’étudier le statut de la Normandie dans les productions de ce grand centre historiographique entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle, alors qu’aux tentatives d’Édouard III et Richard II pour récupérer cet espace succèdent les campagnes victorieuses d’Henri V. Ce contexte militaire et diplomatique n’est pas toujours relayé
par les moines et ne peut expliquer à lui seul les nombreuses références à la Normandie. On peut lire en effet ces dernières comme des traces de l’insertion du monastère dans des réseaux culturels monastiques mais aussi laïcs.

Discutante : Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)