Mathilde Bertrand: « Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980: quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes? »

Mathilde Bertrand, de l’université Bordeaux-Montaigne, présentera sa communication « Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980 : quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes? » le jeudi 7 janvier de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: John Mullen , de l’université de Rouen

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Le mouvement community photography apparaît en Angleterre à la fin des années soixante. Il se développe dans le sillage de la contre-culture, dont il adopte la posture contestataire et le projet culturel alternatif. Alors que la photographie entre dans un processus de légitimation artistique, le mouvement engage une réflexion critique et politique sur les usages sociaux du médium. Il se façonne également selon des principes et objectifs proches du mouvement community action, activisme grassroots qui se développe dans les zones urbaines défavorisées et mobilise un discours radical d’émancipation et de participation collective de la population à l’échelle locale. Lire la suite

Anne-Julie Etter: « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) »

Anne-Julie Etter, de l’Université Cergy-Pontoise, présentera sa communication « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) » le jeudi 17 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Vers 19h, la séance sera suivie d’un pot de fin d’année, au 3e étage de la Maison de la Recherche.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante: Isabelle Gadoin, de l’Université de Poitiers.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Cette présentation étudie les acteurs et les modalités de la conservation des monuments indiens de la fin du xviiie siècle aux années 1850, en mettant l’accent sur le rôle de l’East India Company, qui administre les possessions britanniques en Inde pendant le premier siècle colonial. Les initiatives de l’East India Company s’inscrivent en continuité avec les pratiques antérieures, qui relèvent d’un entretien régulier des édifices auquel participent le pouvoir souverain et les populations. Alors que la plupart des travaux sur le thème de la conservation en Inde traitent de la fin du xixe siècle et du xxe siècle à partir d’un examen de la législation sur les monuments historiques, la période du Company Raj attire l’attention sur les pratiques et les concepts indigènes et éclaire d’un jour nouveau les interactions entre métropole et colonie dans le domaine patrimonial.

Laurence Dubois: « “Such cheerful scenes” : loisirs et festivités à l’Asile de Hanwell, ou le divertissement au cœur du dispositif de soins (1839-1852) »

Laurence Dubois, de l’Université Paris X-Nanterre et Paris III-Sorbonne Nouvelle, présentera sa communication ““Such cheerful scenes” : loisirs et festivités à l’Asile de Hanwell, ou le divertissement au cœur du dispositif de soins (1839-1852)” le jeudi 10 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Jacqueline Carroy, de l’EHESS.

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

Résumé:

Le docteur John Conolly (1794-1866) est l’une des figures emblématiques de la psychiatrie victorienne, et son nom reste à jamais associé au non restraint, cette innovation thérapeutique qui va progressivement devenir la norme dans les asiles anglais à partir des années 1840. Conolly met en place une politique d’abandon total des moyens de contention mécanique dans  le traitement des aliénés dès sa nomination à la tête de l’Asile de Hanwell en juin 1839, un asile public pour aliénés indigents, situé dans la banlieue ouest de Londres. Si elle s’inspire d’expériences similaires menées à l’asile Quaker d’York (The Retreat ) ou bien encore  à l’asile de Lincoln, il s’agit cependant d’une expérience inédite par son ampleur car plus de 1000 patients en bénéficient. Le non restraint ne se limite pas à rendre les patients libres de leurs mouvements, mais implique également une toute nouvelle approche dans la politique de soins. La particularité de cette prise en charge thérapeutique est de faire porter tous les efforts sur la qualité de l’environnement et du mode de vie des patients, dans une logique de soins innovante que l’on nommerait aujourd’hui « thérapie d’occupation ». Lire la suite