Franziska Heimburger: « Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War »

Franziska Heimburger, de l’Université Paris IV-Sorbonne, présentera sa communication « Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War » le jeudi 22 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant : André Loez (historien de la grande guerre, membre du Crid 14-18, professeur en classes préparatoires)

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

Résumé:

Previous scholarship on the Allied coalition during the First World War has tended to stress the misunderstandings and distrust between the individuals representing their countries at high command level. There is an unexplained tension between this mésentente and the durable nature of the coalition and eventual victory of the French, British and Americans on the Western Front which leaves the lower echelons underexplored. In a joint and linked study of language practice and military logistics we can write a history which tells us both how these exchanges were possible and to what extent they contributed to the Allies’ victory. Official and private archival material enables us both to read traces of language from the perspective of the history of international exchanges and also to understand choices in military logistics from the point of view of interpreting and translation studies. Lire la suite

Claire Délen: « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 »

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 » le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.