Mélanie Cournil : « ‘Should auld acquaintance be forgot?’ Les Ecossais et le système esclavagiste britannique, XVIIe-XIXe siècles » (20/12)

Mélanie Cournil, de Sorbonne Université, présentera sa communication « ‘Should auld acquaintance be forgot?’ Les Ecossais et le système esclavagiste britannique, XVIIe-XIXe siècles » le jeudi 20 décembre 2018 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

L’intervention portera sur le rôle des Écossais dans le système esclavagiste dans les colonies nord-américaines et des Antilles à la suite de l’Union de 1707. Cet aspect problématique de l’histoire écossaise suscite depuis quelques années l’intérêt du monde académique mais demeure encore largement ignoré du grand public. Il sera donc ici question d’analyser les modalités de la participation des Écossais à l’institution esclavagiste, en abordant la traite, le commerce et la transformation de produits coloniaux, ainsi que l’économie de plantation qui reposait sur une main-d’œuvre servile d’origine africaine. Cette intervention aura pour objectif de démontrer que le rôle des Écossais dans le système esclavagiste tout au long des XVIIIe et XIXe siècles a facilité leur intégration politique, économique et sociale tant dans les colonies qu’en métropole, et en a fait des acteurs essentiels de l’Empire britannique.

Discutant : Jean-François Dunyach

Mélanie Cournil est Maîtresse de conférences en civilisation britannique à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur le rôle des Écossais dans le système esclavagiste britannique et dans les campagnes abolitionnistes des XVIIIe et XIXe siècles. Elle s’est intéressée plus récemment à la pratique de la médecine au sein de la société esclavagiste de l’île de la Dominique. Son nouveau projet de recherche porte sur la formation de l’Argyll Colony, une communauté informelle de colons écossais s’appuyant sur la pratique esclavagiste, dans l’ouest de la Jamaïque au cours du XVIIIe siècle.

Le texte de la communication sera disponible sur simple demande.

Jill Liddington : Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), 29/03

Jill Liddington, de l’Université de Leeds, viendra présenter l’ouvrage Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), traduction de J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us: The Rise of the Women’s Suffrage Movement (Virago, 1978), le jeudi 29 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

Au début du XXe siècle, dans une Grande-Bretagne qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l’Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Le 1er mai 1900, elles lancent une pétition pour le droit de vote des femmes. Elles vont dans toutes les usines, y compris les plus petites filatures, pour rencontrer les ouvrières du coton. Elles recueillent 29 359 signatures. C’est le début d’un combat qui dure jusqu’en 1914.

Leur lutte pour le suffrage s’inscrit dans un combat plus vaste pour l’émancipation des femmes : pour de meilleures conditions de travail et contre les inégalités de salaire ; pour le droit des filles à l’éducation et des épouses au divorce ; pour l’égalité avec les hommes pour la garde des enfants ; pour le droit des femmes au travail ; pour l’émancipation ouvrière et le socialisme. Le militantisme lui-même est un combat, pour ces femmes qui doivent souvent tout à la fois élever une famille et gagner leur vie, avec « une main liée dans le dos ». Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

Traduction de Laurent Bury. Préface de Fabrice Bensimon.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris-Diderot)

Cette séance est organisée par le CREA (EA370 – Paris Nanterre). Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr).

Brian Maidment: « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » (22/03)

Brian Maidment, de Liverpool John Moores University, présentera sa communication « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » le jeudi 22 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« Accounts of the history of the comic image in the 1820s and 1830s have largely been both elegiac and dismissive, mourning the decline of the caricature tradition represented by Gillray, Rowlandson and their contemporaries while simultaneously scorning the widespread production of what David Kunzle memorably called ‘graphic bric-a-brac’ in its place. Yet while there is something of a shift from witty and allusive political commentary to the celebration of the diversionary, the miscellaneous and the trivial, it is hard not to be impressed by the range, vigour and sheer exuberance with which satirical and humorous images invaded the market place for print in the period between 1820 and 1837. Using new or re-invigorated reprographic methods like wood engraving and lithography, the late Regency comic image was used to structure a wide range of generically innovative print genres and forms which included – in addition to various reformulations of entirely pictorial publication – songbooks, play texts, almanacs, annuals and periodicals. This mass of graphic production, much of it newly visible to scholars through digitisation, offers an important response to Regency urban culture which has up to now been undervalued by historians. Within this riot of print, the tradition of graphic political satire, while often incorporated into hybridised and generically complex print forms, was able to survive on at least into the early Victorian period. This paper seeks to offer a brief overview of the role of caricature and the comic within late Regency print culture. »

 

Fabrice Bensimon : « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » (22/02)

Fabrice Bensimon, de Paris-Sorbonne et Research Fellow à University College London, présentera sa communication « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » le jeudi 22 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« En 1817, trois artisans britanniques installent à Calais une mécanique à tulle. Ce sont les pionniers d’une filière de plusieurs milliers de migrants provenant de la région de Nottingham, vers le nord de la France où, au cours des décennies suivantes, ils construisent une industrie dentellière qui s’impose progressivement sur la dentelle manuelle. Dans l’industrie du fer, les maîtres de forge français, belges ou allemands recrutent pour leur part des ouvriers du sud du pays de Galles particulièrement qualifiés. Des mécaniciens sont appelés pour installer et faire fonctionner des machines souvent elles-mêmes importées d’outre-Manche. Dans le lin, des centaines d’ouvrières écossaises sont engagées pour travailler dans les fabriques. Quand le continent bâtit ses premiers chemins de fer, c’est encore aux Britanniques, ingénieurs, maçons, terrassiers, qu’il est fait appel. Ces milliers de migrants suscitent alors la curiosité non seulement des fabricants, mais aussi des pouvoirs publics et de la presse locale. Certains d’entre eux ont laissé des mémoires, qui aident à exhumer l’expérience de ces ouvriers itinérants, aux débuts de l’industrialisation européenne. »

Discutant : Paul-André Rosental, Professeur à Sciences-po, Chercheur associé à l’INED.

 

Publications récentes : Daniel Foliard (Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921, 2017), Deirdre Gilfedder (L’Australie et la Grande Guerre, 2015), Aurélien Ruellet (La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle , 2016)

La séance du 9 mars réunira, de 17h30 à 19h30, trois auteurs qui présenteront leurs ouvrages récents. Nous rencontrerons Daniel Foliard  (Université Paris X – Nanterre) qui parlera de son livre Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press, 2017), Deirdre Gilfedder (Université Paris IX – Dauphine) qui présentera L’Australie et la Grande Guerre (Houdiard, 2015) et Aurélien Ruellet (Université du Maine) qui présentera La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle (Presses Universitaires de Rennes, 2016).

Daniel Foliard
While the twentieth century’s conflicting visions and exploitation of the Middle East are well documented, the origins of the concept of the Middle East itself have been largely ignored. With Dislocating the Orient, Daniel Foliard tells the story of how the land was brought into being, exploring how maps, knowledge, and blind ignorance all participated in the construction of this imagined region. Foliard vividly illustrates how the British first defined the Middle East as a geopolitical and cartographic region in the nineteenth and early twentieth centuries through their imperial maps. Until then, the region had never been clearly distinguished from “the East” or “the Orient.” In the course of their colonial activities, however, the British began to conceive of the Middle East as a separate and distinct part of the world, with consequences that continue to be felt today. As they reimagined boundaries, the British produced, disputed, and finally dramatically transformed the geography of the area—both culturally and physically—over the course of their colonial era. Using a wide variety of primary texts and historical maps to show how the idea of the Middle East came into being, Dislocating the Orient will interest historians of the Middle East, the British empire, cultural geography, and cartography.

Deirdre Gilfedder
En 1915 Winston Churchill présente un projet à Whitehall à Londres qui consiste à créer un nouveau front dans la Méditerranée et d’attaquer l’empire Ottoman sur la péninsule de Gallipoli au détroit des Dardanelles en Turquie. Le plan est controversé, mais les dirigeants britanniques décident enfin d’envoyer des troupes de terre le matin du 25 avril. Pour mener cette attaque périlleuse, on fait appel aux soldats du corps ANZAC, Australian and NZ Army Corps. Cependant, l’armée turque s’était préparée à l’attaque en installant dans le secteur les forces commandées par le Lieutenant-Colonel Mustafa Kemal Bey. Le 25 avril 1915, les troupes de l’ANZAC débarquent, juste avant l’aube, sur une plage surveillée par les bataillons de la 27e division turque… La bataille de Gallipoli est une défaite désastreuse pour les Alliés, mais lorsque les nouvelles de l’entrée en guerre des Australiens et des Néo-Zélandais arrivent au pays, l’attaque est fêtée comme la preuve de l’héroïsme des troupes coloniales. En Australie, certaines vont jusqu’à baptiser l’événement, « la Naissance de la Nation » et chaque 25 avril, des milliers d’Australiens se lèvent à l’aube pour se souvenir des Anzacs… Ce livre raconte le rôle joué par l’Australie dans la Grande Guerre, en Turquie et en France et Belgique, et la création du rite de commémoration d’Anzac Day dans ce pays qui a perdu le plus grand nombre d’hommes relativement à sa population. Le livre s’interroge sur l’invention du nationalisme australien lié à cette guerre et son destin dans une Australie contemporaine qui n’est plus très britannique…

Aurélien Ruellet
En revenant sur les carrières de dizaines de savants et techniciens français et anglais du XVIIe siècle, cet ouvrage éclaire des aspects méconnus de la formation de l’État moderne et de l’émergence de la science expérimentale. L’enquête montre que loin de l’image classique du mécénat aristocratique et royal, le patronage dont bénéficiaient ces scientifiques revêtait bien des aspects et mobilisait de nombreux mécènes au petit pied, dans l’administration monarchique et ailleurs.

Autour de John Stuart Mill – Malik Bozzo-Rey, Jean-Pierre Cléro, Claire Wrobel, Michel Lemosse, Alain Laurent (24/11)

La séance portera sur John Stuart Mill et réunira plusieurs intervenants. Nous accueillerons Malik Bozzo-Rey (Université Catholique de Lille), Jean-Pierre Cléro (Université de Rouen) et Claire Wrobel (Université Paris II Panthéon-Assas), traducteurs de Considérations sur le gouvernement représentatif (Hermann, 2014), ainsi que Michel Lemosse (Nice), traducteur de Sur le socialisme (Les Belles Lettres,2016) et le préfacier Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collections aux Editions des Belles Lettres.

Résumé :

« Les Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill en perspective
Afin de présenter la traduction collective faite des Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill, les questions suivantes seront abordées en premier lieu : pourquoi re-traduire ce texte, qui a déjà fait l’objet d’une traduction en français au XIXe siècle et d’une autre plus récente ? Comment s’effectuent la réflexion et les choix dans une traduction faisant intervenir des spécialistes de champs différents (en l’occurrence deux philosophes et une angliciste) ?
On s’intéressera ensuite plus particulièrement aux notes historiques ajoutées à la traduction, qui permettent d’ancrer le texte dans la culture de J.S. Mill mais aussi dans l’actualité immédiate de la réforme parlementaire en Angleterre et, au-delà, dans la réalité des systèmes politiques contemporains de Mill à l’échelle internationale.
Enfin, on abordera brièvement les thèses présentées par Mill pour situer sa pensée dans la tradition utilitariste, souligner les surprises que peut occasionner la lecture des Considérations et essayer de mettre en avant l’intérêt de ce texte pour le lecteur contemporain, en essayant d’éviter les projections anachroniques. »
Claire Wrobel et al.

Ann Towns: « Globalizing the Exclusion of Women from Politics in the Long Nineteenth Century »

Ann Towns de l’Université de Göteborg, présentera sa communication « Globalizing the Exclusion of Women from Politics in the Long Nineteenth Century » le jeudi 6 octobre, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé :

This seminar focuses on the importance of gender in the British-dominated nineteenth century society of states. More specifically, the seminar pulls together scholarship in history to provide a grand narrative – a macro-historical account — of the centrality of gender in the development and globalization of state polities between the eighteenth and twentieth centuries. The talk first focuses on the diverse ways in which gender was organized in polities around the world in the eighteenth and nineteenth century – some polities included female rule, whereas others were male dominated. The talk then shows that this diversity gave way to more uniform exclusion of women, as the barring of female political power became an informal standard of civilization in international society, embedded in British and French colonialism and scientific ideas. The expansion of the ideas and practices of British-dominated international society thus helped spread and standardize male rule, displacing gender arrangements that empowered women politically in Africa, Native America and Asia. This history is particularly important in light of contemporary assumptions about the Anglo-American origins of the political empowerment of women.

 

Paul Pickering, « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world »

Paul Pickering, de la Australian National University, présentera sa communication « Rethinking Australia after 1788: an island nation in a British world » le vendredi 1er avril, de 14h à 16h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D323.

Changement de date : cette séance remplace celle initialement prévue le 31 mars, reportée en raison de la journée de mobilisation contre la loi travail.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Australia is often cited as one of the most successful democracies in the world. Many of the social and political reforms achieved in Australia before the First World War were implemented well before the Imperial metropole. Indeed, as early as the 1890s, Australia was widely regarded as a ‘workingman’s paradise’ and a ‘Better Britain’. The achievement of a comparatively progressive and democratic society however was tainted by racist views, which diverged markedly from the abstract notions of indigenous rights in the Empire. This paper will examine the relationship between Britain and the ‘Better Britain’ in the antipodes and question the value of telling stories of the British World.

Catherine Cox: “Prisoners, reform and mental health in the nineteenth century”

Catherine Cox, de University College, Dublin, résentera sa communication « Prisoners, reform and mental health in the nineteenth century » le jeudi 10 mars , de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante: Emmanuelle de Champs

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Kathryn Gleadle, « Juvenile agency and the making of political elites: subversion and the childhood archive of Eva Knatchbull-Hugessen (1861-95) »

Kathryn Gleadle, de l’Université d’Oxford, présentera sa communication « Juvenile agency and the making of political elites:  subversion and the childhood archive of Eva Knatchbull-Hugessen (1861-95) » le jeudi 4 février de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Paris-Diderot)

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

The nineteenth century was the age of writing and Victorians were avid archivists of their own words. What is especially striking is the extent to which juvenile material was incorporated within family collections. As Sanchez-Eppler has observed [2005], the universality and temporary nature of childhood makes it an especially valuable tool with which to probe the construction of class and identity. Juvenile texts enable us to explore how these subjectivities were expressed and reaffirmed in familial manuscript practices. In so doing it will consider how children themselves were active participants in the creation of family and literary cultures. In the process, the young not only passively reproduced, but also questioned, mimicked and satirised family norms. Lire la suite

Anne-Julie Etter: « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) »

Anne-Julie Etter, de l’Université Cergy-Pontoise, présentera sa communication « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) » le jeudi 17 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Vers 19h, la séance sera suivie d’un pot de fin d’année, au 3e étage de la Maison de la Recherche.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante: Isabelle Gadoin, de l’Université de Poitiers.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Cette présentation étudie les acteurs et les modalités de la conservation des monuments indiens de la fin du xviiie siècle aux années 1850, en mettant l’accent sur le rôle de l’East India Company, qui administre les possessions britanniques en Inde pendant le premier siècle colonial. Les initiatives de l’East India Company s’inscrivent en continuité avec les pratiques antérieures, qui relèvent d’un entretien régulier des édifices auquel participent le pouvoir souverain et les populations. Alors que la plupart des travaux sur le thème de la conservation en Inde traitent de la fin du xixe siècle et du xxe siècle à partir d’un examen de la législation sur les monuments historiques, la période du Company Raj attire l’attention sur les pratiques et les concepts indigènes et éclaire d’un jour nouveau les interactions entre métropole et colonie dans le domaine patrimonial.

Laurence Dubois: « “Such cheerful scenes” : loisirs et festivités à l’Asile de Hanwell, ou le divertissement au cœur du dispositif de soins (1839-1852) »

Laurence Dubois, de l’Université Paris X-Nanterre et Paris III-Sorbonne Nouvelle, présentera sa communication ““Such cheerful scenes” : loisirs et festivités à l’Asile de Hanwell, ou le divertissement au cœur du dispositif de soins (1839-1852)” le jeudi 10 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Jacqueline Carroy, de l’EHESS.

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

Résumé:

Le docteur John Conolly (1794-1866) est l’une des figures emblématiques de la psychiatrie victorienne, et son nom reste à jamais associé au non restraint, cette innovation thérapeutique qui va progressivement devenir la norme dans les asiles anglais à partir des années 1840. Conolly met en place une politique d’abandon total des moyens de contention mécanique dans  le traitement des aliénés dès sa nomination à la tête de l’Asile de Hanwell en juin 1839, un asile public pour aliénés indigents, situé dans la banlieue ouest de Londres. Si elle s’inspire d’expériences similaires menées à l’asile Quaker d’York (The Retreat ) ou bien encore  à l’asile de Lincoln, il s’agit cependant d’une expérience inédite par son ampleur car plus de 1000 patients en bénéficient. Le non restraint ne se limite pas à rendre les patients libres de leurs mouvements, mais implique également une toute nouvelle approche dans la politique de soins. La particularité de cette prise en charge thérapeutique est de faire porter tous les efforts sur la qualité de l’environnement et du mode de vie des patients, dans une logique de soins innovante que l’on nommerait aujourd’hui « thérapie d’occupation ». Lire la suite

Claire Délen: « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 »

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication « ‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976 » le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.

Alessandro Stanziani autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914

Alessandro Stanziani de l’EHESS ouvrira une discussion autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave, 2014, le jeudi 24 septembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: François-Joseph Ruggiu de Paris IV-Sorbonne.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé: Slaves, convicts, indentured immigrants, and unfree seamen have traveled the world’s oceans at many times and places throughout human history. Across the Atlantic, Mediterranean, Indian, and Pacific Oceans, this bondage took divergent forms and exhibited a range of historical dynamics. In spite of this variety, the conventional Atlantic World historical paradigm has largely shaped our understanding of modernity as being defined by exploration and discovery, European dominance, global capitalism, and the transition from slavery to free labor. Not only does this perspective evince a Eurocentric emphasis on the ‘uniqueness’ of the West, but it is increasingly contested even for the Atlantic itself. This provocative study contrasts the romantic conflation of freedom and the sea with the complex labor relationships of seamen, slaves, and immigrants in the Indian Ocean during the long nineteenth century. In the process, it advances a new framework for understanding labor, bondage, and modernization.

Emmanuelle de Champs: « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French »

Emmanuelle de Champs de l’Université Cergy-Pontoise présentera sa communication « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French (CUP, 2015) » le jeudi 28 mai, de 17h30 à 19h30. Attention changement de salle: la séance aura lieu en salle D323.

Cette dernière séance de l’année sera suivie d’un pot amical, vers 19h.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

Jeremy Bentham (1748-1832), le fondateur de l’utilitarisme classique, est un francophile et un citoyen du monde. Cette communication explore les enjeux méthodologiques et historiques d’une étude de sa pensée dans un contexte français et francophone. Une telle enquête s’attache à la fois à retracer la formation intellectuelle du philosophe et sa volonté de contribuer à l’essor d’une pensée des Lumières marquée par les écrits de Voltaire, d’Alembert et Helvétius et à montrer comment cette ambition s’incarne dans des réseaux et des sociabilités spécifiques. Lire la suite