Ophélie Siméon : « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » (09/11)

Ophélie Siméon, maître de conférences en Civilisation britannique à l’Université Paris III – Sorbonne nouvelle, présentera sa communication « Robert Owen’s Experiment at New Lanark. From Paternalism to Socialism » le jeudi 9 novembre de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

« De 1800 à1825, l’industriel éclairé Robert Owen transforme son village ouvrier textile de New Lanark (Écosse) en un véritable laboratoire social destiné à prouver une série d’intuitions politiques qui formeront dans les années 1825-1845 le socle du premier mouvement socialiste de Grande-Bretagne.

Référent omniprésent dans les histoires du socialisme britannique, New Lanark demeure cependant mal connu. Relégué dans l’ombre d’Owen, le village ouvrier a avant tout été perçu comme le réceptacle de politiques paternalistes innovantes. Bien au contraire, New Lanark a également été une source d’inspiration fondamentale pour Owen, et a notamment servi de modèle pour son système d’organisation sociale communautaire.

En réalisant une histoire sociale des idées d’Owen, ancrée dans l’étude de la vie quotidienne au sein de New Lanark, et de la réception de l’expérience auprès du grand public comme de la population ouvrière, ce livre réaffirme l’importance du village écossais dans l’émergence du socialisme britannique. En délaissant les approches qui limiteraient New Lanark à un statut de “village modèle” unidimentionnel, il interroge les ambiguïtés d’une pensée entre théorie et pratique, du paternalisme au socialisme. »

Zara Anishanslin : « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer » (12/10)

Zara Anishanslin, de University of Delaware, présentera sa communication « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer », le jeudi 12 octobre 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutante : Ariane Fennetaux (Université Paris Diderot)

Résumé :

« Enigmatic Anna Maria Garthwaite (1688-1763) was one of early modern Britain’s few women silk designers. She also was one of its most prolific. A clergyman’s daughter with family connections to the Royal Society of London and Chelsea Physic Garden, she had intimate ties to global natural history networks that found aesthetic expression in her design work. Garthwaite used her designs to create new hybrid English landscapes that blended native flora with exotic imported botanicals, including plants from Africa, North America, and the Caribbean. Her popular designs both mirrored the larger cultural fascination with things botanical and helped foster the craze for wearing botanical landscapes in silk around the British Empire. Objects that embodied important intersections between fashion and science, her textile designs carried the same eighteenth-century fascination with flowers and botanicals eagerly embraced by men in global natural history networks. This paper looks at women who made and wore silk on both sides of the Atlantic to explore how Garthwaite helped design the botanical landscape of empire. »

Zara Anishanslin specializes in Early Atlantic World History, with a focus on eighteenth-century material culture. Since 2016, she has been Assistant Professor of History and Art History at the University of Delaware where she is working on a new research project on the American Revolution. Anishanslin holds a PhD in the History of American Civilization from the University of Delaware, and held postdoctoral fellowships at Johns Hopkins University and the New York Historical Society. Her book Portrait of a Woman in Silk: Hidden Histories of the British Atlantic World (Yale University Press, 2016) examines the worlds of four identifiable people who produced, wore, and represented silk: a London weaver, one of early modern Britain’s few women silk designers, a Philadelphia merchant’s wife, and a New England painter.

Cette séance est financée par le LARCA (Paris Diderot) et l’IUF (Projet « L’Europe des objets », Anne-Marie Miller-Blaise)

Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr)

Anne Dunan-Page : « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » (27/04)

Anne Dunan-Page, de l’université Aix-Marseille, présentera sa communication « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » le jeudi 27 avril 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutants : Pierre Lurbe (Paris IV-Sorbonne) et Rémy Bethmont (Paris VIII).

Résumé :

« Le concept de « religion vécue » (lived religion), issu de la sociologie des religions, a été notamment popularisé aux États-Unis au milieu des années 80 par Robert Orsi et The Madonna of 115th Street, étude de la communauté catholique italienne à Harlem, demeure un ouvrage essentiel. Des tentatives de définition d’un concept parfois jugé trop vague pour être opérationnel se sont alors multipliées, mettant l’accent sur les phénomènes de création et d’imagination qui entrent en tension avec les dogmes et les institutions religieuses, phénomènes liés à des « expériences » du vécu. Comme d’autres transdisciplines, la religion vécue, qui convoque des méthodes issues de la sociologie, de l’ethnologie, de la psychologie, de l’histoire, de la théologie pastorale, des études de genre, est aujourd’hui en voie d’institutionnalisation, tandis que se multiplient les analyses des sociétés multi-confessionnelles.

Le but de ce séminaire est de préciser pourquoi il nous paraît pertinent de convoquer ce concept pour une étude du protestantisme en Grande-Bretagne au XVIIe siècle – en particulier la transmission du vécu religieux chez les groupes minoritaires – en examinant en quoi il diffère de l’étude de la religion populaire et d’une simple opposition à la religion « légale ».

L’application de la religion vécue à l’époque moderne se pose en effet aujourd’hui, non seulement aux États-Unis, grâce aux travaux de David D. Hall, mais aussi en Europe, dans le contexte de la longue Réforme (Laurence Croq et David Garrioch [dir.], La Religion vécue. Les laïcs dans l’Europe moderne, 2013 ; Sari Katajala-Peltomaa et Raisa Maria Toivo [eds], Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe, 2016). Le développement actuel des études archivistiques sur les dissidents britanniques, essentiellement sous les derniers Stuarts, fait partie de cette tendance. L’étude des archives permet de mieux appréhender la tension entre les pratiques individuelles et les pratiques de groupe, la question de la discipline ecclésiastique comme facteur de cohésion communautaire, les relations entre les différentes confessions, et la façon dont l’étude des textes et de la narrativité peut s’intégrer à une histoire du vécu religieux. »

Anne Dunan-Page est Professeur de littérature et de civilisation britanniques à Aix-Marseille Université où elle dirige le Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (E.A 853). Son prochain ouvrage, L’Expérience puritaine. Vies et récits de dissidents (XVIIe-XVIIIe siècles) paraîtra à l’été 2017 aux Éditions du Cerf.

Mark Towsey : « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » (02/03)

Mark Towsey de University of Liverpool, présentera sa communication « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » le jeudi 2 mars 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.
Résumé :
« Mark Towsey will talk about his forthcoming book, Reading History in Eighteenth-Century Britain and America, which aims to explain why historical books by Hume, Robertson, Gibbon and others were so widely read in the second half of the eighteenth century. The paper examines readers’ responses to these texts, revealing how they were used by readers in various contexts to help cope with a rapidly changing world marked by revolution, reform and the expansion of empire. Dr Towsey is a Reader in History at the University of Liverpool, and has published very widely on the history of reading and the history of libraries in the long eighteenth century. He recently held a coveted Mid-Career Fellowship from the British Academy, and was the Bibliographical Society of America’s Katharine Pantzer Senior Research Fellowship in Bibliography and the British Book Trade in 2015. »

Simon Macdonald: « The policing of British and Irish subjects in Paris during the revolutionary Terror » (02/02)

Cornel Zwierlein : « « The French and British in the Mediterranean, 1650-1750 – and the questions a History of ignorance asks for » (20/10)

Cornel Zwierlein, de la Ruhr-Universität Bochum, présentera sa communication « The French and British in the Mediterranean, 1650-1750 – and the questions a History of ignorance asks for » le jeudi 20 octobre 2016, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé :

The history of the French and British trading empires in the early
modern Mediterranean is used as a setting to test a new general approach
to a history of ignorance: how can we understand the very act of
ignoring – in all kinds of political, economic, religious, cultural and
scientific communication – as a fundamental trigger that sets epistemes
in motion? Is the ‘structure’ of the Scientific Revolution between 1650
and 1750 just one specific type of what were in fact many epistemic
movements taking place at the same time – different, but comparable?
What was the role here of the European empires? The book deconstructs
central categories like the mercantilist ‘national’, the exchange of
‘confessions’ between Western and Eastern Christians, and the bridging
of cultural gaps between Europeans and Ottoman subjects, into forms of
communicating unknowns. Making those multiple unknowns explicit in a new
reflective way was the core of ‘enlightenment empires’.

Discutant: Daniel Foliard, Université Paris Nanterre

Mark Knights: « Anti-corruption in Seventeenth and Eighteenth-century Britain »

Mark Knights , de l’Université de Warwick, présentera sa communication « Anti-corruption in Seventeenth and Eighteenth-century Britain » le jeudi 18 février, de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Résumé:

This paper examines anti-corruption in Britain and its colonies, from the late sixteenth century reformation to the reform movements of the nineteenth century (when the term ‘anti-corruption’ was coined). There are a number of reasons why it makes sense to treat the topic across a period of 250 years. Lire la suite

Anne-Julie Etter: « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) »

Anne-Julie Etter, de l’Université Cergy-Pontoise, présentera sa communication « ‘An object of desirable achievement’ : l’East India Company et la conservation des monuments en Inde (fin du 18e siècle – milieu du 19e siècle) » le jeudi 17 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Vers 19h, la séance sera suivie d’un pot de fin d’année, au 3e étage de la Maison de la Recherche.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutante: Isabelle Gadoin, de l’Université de Poitiers.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Cette présentation étudie les acteurs et les modalités de la conservation des monuments indiens de la fin du xviiie siècle aux années 1850, en mettant l’accent sur le rôle de l’East India Company, qui administre les possessions britanniques en Inde pendant le premier siècle colonial. Les initiatives de l’East India Company s’inscrivent en continuité avec les pratiques antérieures, qui relèvent d’un entretien régulier des édifices auquel participent le pouvoir souverain et les populations. Alors que la plupart des travaux sur le thème de la conservation en Inde traitent de la fin du xixe siècle et du xxe siècle à partir d’un examen de la législation sur les monuments historiques, la période du Company Raj attire l’attention sur les pratiques et les concepts indigènes et éclaire d’un jour nouveau les interactions entre métropole et colonie dans le domaine patrimonial.

Andy Wood: “Remembering social change and political conflict in early modern England”

Andy Wood, de l’Université de Durham, présentera sa communication « Remembering social change and political conflict in early modern England » le jeudi 3 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Discutant: Pierre Lurbe, de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Résumé: This paper deals with the ways in which memories of warfare, reformation, rebellion and civil war played out in England between the early sixteenth century and the early eighteenth century. It focusses in particular upon popular memory, deploying fresh archival material in order to reconstruct memories of religious, political and military conflict. The paper emphasises the significance of memories of conflict for the ways in which political identities confessional disputes were fought out within England. This was due, it is argued, to the continuing divisions of the 1640s – memories of which shaped political conflicts into the early Georgian period. The paper also engages with memories of religious and political conflict in the sixteenth century, arguing that those memories helped to shape contemporary understandings of the period as a distinct phase in English history.

James Raven, « Lottery Lives: a comparative social history of gambling and the state lotteries in eighteenth-century France, Britain and Ireland »

James Raven, de l’Université d’Essex, présentera sa communication “Lottery Lives: a comparative social history of gambling and the state lotteries in eighteenth-century France, Britain and Irelandle jeudi 26 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé:

This paper derives from the writing of a book that will offer a wide-ranging and comparative European and American history of the English state lotteries that sustained government expenditure for more than 130 years before 1826. These lotteries provoked major social, religious, political, economic and even philosophical debate, but they (and most of their Continental equivalents) have largely disappeared from historical view. This is despite the reprise of British state lotteries from 1992, and the historical comparisons that their organisation, sponsorship and criticism suggest. I shall argue that the English Channel proved an important divide in lottery policy. Lire la suite

Adam Budd: “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765”

Adam Budd, de l’université d’Édimbourg, présentera sa communication “Patronage, Publishing, and the Circulation of Liberty: Thomas Hollis and His Catalogus Librorum Apud Andrew Millar, 1765” le jeudi 12 novembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Résumé:

Thomas Hollis (1720-74) was one of Britain’s most important philanthropists during the Age of Enlightenment — he commissioned, bound, and circulated republican books throughout the libraries of Europe, many years before the Fall of the Bastille. How did Hollis make this happen? What was the production network that enabled this great philanthropist to access this literature — and how did Hollis make his Library of Liberty?

Alessandro Stanziani autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914

Alessandro Stanziani de l’EHESS ouvrira une discussion autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave, 2014, le jeudi 24 septembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: François-Joseph Ruggiu de Paris IV-Sorbonne.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé: Slaves, convicts, indentured immigrants, and unfree seamen have traveled the world’s oceans at many times and places throughout human history. Across the Atlantic, Mediterranean, Indian, and Pacific Oceans, this bondage took divergent forms and exhibited a range of historical dynamics. In spite of this variety, the conventional Atlantic World historical paradigm has largely shaped our understanding of modernity as being defined by exploration and discovery, European dominance, global capitalism, and the transition from slavery to free labor. Not only does this perspective evince a Eurocentric emphasis on the ‘uniqueness’ of the West, but it is increasingly contested even for the Atlantic itself. This provocative study contrasts the romantic conflation of freedom and the sea with the complex labor relationships of seamen, slaves, and immigrants in the Indian Ocean during the long nineteenth century. In the process, it advances a new framework for understanding labor, bondage, and modernization.

Emmanuelle de Champs: « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French »

Emmanuelle de Champs de l’Université Cergy-Pontoise présentera sa communication « Le Bentham français ? Autour du livre Enlightenment and Utility. Bentham in France, Bentham in French (CUP, 2015) » le jeudi 28 mai, de 17h30 à 19h30. Attention changement de salle: la séance aura lieu en salle D323.

Cette dernière séance de l’année sera suivie d’un pot amical, vers 19h.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

Jeremy Bentham (1748-1832), le fondateur de l’utilitarisme classique, est un francophile et un citoyen du monde. Cette communication explore les enjeux méthodologiques et historiques d’une étude de sa pensée dans un contexte français et francophone. Une telle enquête s’attache à la fois à retracer la formation intellectuelle du philosophe et sa volonté de contribuer à l’essor d’une pensée des Lumières marquée par les écrits de Voltaire, d’Alembert et Helvétius et à montrer comment cette ambition s’incarne dans des réseaux et des sociabilités spécifiques. Lire la suite

Jacques Carré:  » « La Bastille des pauvres »: écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″

Jacques Carré, professeur émérite à Paris IV, présentera sa communication  » « La Bastille des pauvres » : écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″ le jeudi 21 mai, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

La workhouse est une institution publique d’assistance qui, durant trois siècles, a hébergé les indigents qui acceptaient d’y entrer. Les valides devaient travailler en échange de leur entretien, et les non valides de tous âges étaient assistés d’une manière minimale. A la fois atelier et hospice, refuge des vagabonds et des fous, des orphelins et des vieillards, la workhouse vue du 21e siècle peut sembler avoir eu des missions contradictoires. Pourtant elle tire sa cohérence de son action sur les marges de la société. Son objectif a été de réintégrer ces catégories de gens dans une « normalité » biologique et économique. Il s’est agi à la fois de sauver des vies menacées et d’inculquer une discipline à des rebelles potentiels, l’objectif théorique étant de remettre tout le monde au travail. Lire la suite

Ophélie Siméon, « Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849) »

Ophélie Siméon, du Collège de France, présentera sa communication « Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849) » le jeudi 16 avril, de 17h30 à 19h30. Cette intervention remplace celle initialement prévue de Peter Mandler.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Robert Owen (1771-1858) est connu pour avoir structuré le premier mouvement socialiste britannique (ou « owénisme ») entre 1825 et 1849. Tirant parti d’une série d’expérimentations en ingénierie sociale mises en place au sein du village ouvrier modèle de New Lanark, qu’Owen avait dirigé de 1800 à 1825, le mouvement tente de remédier aux inégalités de l’ère capitaliste et industrielle en repensant la société sur un mode communautaire, seul à même selon les owénistes d’assurer l’harmonie entre les classes et la prospérité économique, pour apporter une réponse définitive à la « question sociale ». Lire la suite