26/03 : Aude de Mézerac-Zanetti, « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

ATTENTION :  En raison de la grève des universités le 19 mars, la séance prévue ce jour-là avec Aude de Mézerac-Zanetti est REPORTÉE au 26 mars.

La séance avec Ben Griffin est annulée.


Jeudi 26 mars à 17h, Aude de Mézerac-Zanetti, de l’Université de Lille, présentera sa communication « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Éric Durot : « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » (30/11)

Éric Durot (Marie Curie Researcher – University of York), présentera sa communication « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » le jeudi 30 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

«  Pourquoi analyser ensemble la construction d’un empire franco-britannique (sous Henri II et François II) et le déclenchement des guerres de Religion françaises ? Les deux processus sont reliés par la révolte politique et religieuse en Ecosse (1559-60) menée par les Lords of the Congregation et le réformateur calviniste John Knox, avec le soutien décisif de l’Angleterre. Cette révolte qui se transforma en guerre s’opposait à la fois à la religion catholique et au pouvoir français incarné par la régente Marie de Guise qui gouvernait au nom de sa fille Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse. Ce grand événement écossais qui chassa les ministres et les soldats français fut d’une importance majeure de ce côté-ci de la Manche: il encouragea directement et de manière multiple, les premières révoltes huguenotes. Notre approche souligne le caractère non seulement international mais aussi transnational des guerres de Religion. Dit d’une autre manière: le conflit qui se déroula en Ecosse constitua pour la France sa première guerre de Religion. »

Andy Wood: “Remembering social change and political conflict in early modern England”

Andy Wood, de l’Université de Durham, présentera sa communication « Remembering social change and political conflict in early modern England » le jeudi 3 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Discutant: Pierre Lurbe, de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Résumé: This paper deals with the ways in which memories of warfare, reformation, rebellion and civil war played out in England between the early sixteenth century and the early eighteenth century. It focusses in particular upon popular memory, deploying fresh archival material in order to reconstruct memories of religious, political and military conflict. The paper emphasises the significance of memories of conflict for the ways in which political identities confessional disputes were fought out within England. This was due, it is argued, to the continuing divisions of the 1640s – memories of which shaped political conflicts into the early Georgian period. The paper also engages with memories of religious and political conflict in the sixteenth century, arguing that those memories helped to shape contemporary understandings of the period as a distinct phase in English history.

Daniel Woolf: « The Organization and Experience of Time in Early Modern England »

Daniel Woolf, de Queen’s University, Kingston, Ontario, présentera sa communication « The Organization and Experience of Time in Early Modern England«  le jeudi 8 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

La séance est assurée en collaboration avec l’UFR GHES de l’Université Paris-Diderot et l’Inalco.

Graham Parry: « The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century »

Graham Parry, de la Society of Antiquaries of London, présentera sa communication « The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century » le jeudi 2 avril, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

As new models of scholarship entered England in the middle of Elizabeth’s reign, scholars began to take a more critical approach to the origins of Britain.  Who were the ancestors of the English? Where did they come from? What language did they speak? What was their way of life, their religious beliefs? The traditional views of the British past became discredited, as more systematic methods of enquiry were introduced. After William Camden’s seminal book ‘Britannia’ was published in 1586, a new type of scholar began to emerge: the antiquary.  The achievements of men such as John Selden, James Ussher, William Dugdale and John Aubrey will be briefly assessed, and their (often surprising) discoveries will be presented, for the enjoyment of a modern audience.