Alison Cathcart, ‘James VI & I and his empire of islands’  (1er fév.)

Jeudi 1er février 2024 à 17h

 Alison Cathcart (University of Stirling):  

‘James VI & I and his empire of islands’ 

 

As King of Scotland (1566-1603) and then King of Scotland, England, and Ireland (1603-1625) literature on James tends to focus on his governance either north or south of the border and thus adopts a rather national or territorial focus. Indeed, there remains a focus on court, council, church, and parliament with James regarded as an imperial monarch keen to assert his royal authority throughout his kingdom. But within the wider arguments regarding state formation, the outlying, or so-called peripheral, regions of his ‘impyre’ are ignored. This paper seeks to examine James’ rule over such outlying regions, specifically island communities, to determine how these communities were viewed from the centre and how James sought to integrate them into his wider realm. While historians of Scotland tend to view James (post-1603) as a king increasingly out of touch with his ‘his native soile and place of birth …and breeding’, this paper will challenge such perspectives arguing that James was coordinating policy across his realms and dominions. In doing so it will focus on Orkney and Shetland and the Channel Islands.

—————

Alison Cathcart est Professor of early-modern History à l’université de Stirling. On lui doit notamment Plantations by Land and Sea: North Channel Communities of the Atlantic Archipelago c.1550-1625, Oxford: Peter Lang, 2021, et Scotland and the Wider World: Essays in honour of Allan I. Macinnes. Woodbridge: Boydell and Brewer, 2022.

 

 

Programme 2023-2024

Les séances ont lieu, sauf indication contraire, le jeudi de 17h à 18h30 à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421

Jeudi 5 octobre 2023 : Séance pédagogique sur les ressources en ligne en histoire britannique (Fabrice Bensimon, Stéphane Jettot et Frédérique Lachaud)

Jeudi 19 octobre : Louise Jackson (Edimbourg), ‘Gender equalities at work: writing an interdisciplinary history of feminist campaigning in the UK c. 1970-2020’

Jeudi 9 novembre : Ophélie Siméon (Sorbonne Nouvelle), « Anna Doyle Wheeler (1785-1848): itinéraire politique et militant d’une pionnière du féminisme » (cette séance remplace celle avec John Tolan, initialement prévue).

Jeudi 23 novembre : William Ashworth (Liverpool) : ‘The Early Chemical Industry in North West England and Its Legacy’

Jeudi 7 décembre : Emily Ward (Edimbourg), ‘”I witness this myself”: adolescent rulers and political “belonging” in Britain and France, c. 1150 –c. 1260’

Jeudi 21 décembre : Myriam-Isabelle Ducrocq (Nanterre), sur son livre La République de Harrington dans la France des Lumières et de la Révolution (Oxford University Studies in the Enlightenment, 2023)

Jeudi 1er février 2024 : Alison Cathcart (Stirling) : ‘James VI & I and his empire of islands’

Jeudi 8 février : Luke Blaxill (Oxford), ‘Text Mining and Political History: challenges and opportunities in the age of Big Data’

Jeudi 15 février : Thomas Stammers (Durham): ‘Philippe, comte de Paris and the Orleans family in Exile after 1848: Liberalism, Collecting and Empire’  (la séance est annulée)

Jeudi 29 février: Béatrice Robic (Nanterre) : « Le travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles entre 1870 et 1914 »

Jeudi 14 mars : Perry Gauci (Oxford) : ‘Friends and Countrymen: The London Private Banker in Eighteenth-Century Society’

Jeudi 28 mars : Lauriane Simony (Cergy) : « Diplomatie culturelle, stratégies d’influence et propagande : le British Council en Birmanie après l’indépendance »

Jeudi 4 avril : Sophie Scott-Brown (East Anglia), ‘The Impolitics of Internationalism: Claude Bourdet, G. D. H. Cole, and the International Society for Socialist Studies’

Jeudi 25 avril : James Fisher (Exeter), autour de son ouvrage The Enclosure of Knowledge. Books, Power and Agrarian Capitalism in Britain, 1660–1800 (Cambridge, 2022)

Jeudi 16 maiEmma Griffin (Queen Mary University of London), ‘Empire and the Origins of Global Capitalism’

 

Le séminaire est ouvert aux étudiants de master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. Les enregistrements de la plupart des communications sont ensuite disponibles sur la chaine YouTube du séminaire :  https://www.youtube.com/channel/UCveumFeGDtmJP8GTG3S8DOQ

Philippa Carter, “Diseased brains and diseased souls in Reformation England” (15/12)

In Mystical Bedlam: The World of Madmen (1615), the Calvinist preacher Thomas Adams warned his readers that “there is a double madnesse, corporal and spirituall. That obsesseth the braine, this the heart”. Adams develops this extended simile throughout his sermons. Yet similes depend on points of difference as well as likeness. Focusing on the latter, Adams treats the difference between ‘corporal’ and ‘spiritual’ madness as though it were simply self-evident. For many of his contemporaries, however, it was not. Madness was troubling precisely because it seemed to afflict the whole person, including the rational faculties traditionally attributed to the soul. This paper explores English theologians’ attempts to disentangle soul, mind and brain in the aftermath of the Reformation. 


Philippa Carter is a historian of early modern medicine, natural philosophy, and religion. She is Assistant Professor in the History of Medicine and Health before 1800 at the History and Philosophy of Science Department, Cambridge, and a Fellow of Sidney Sussex College. She is currently working on a first monograph, provisionally entitled Phrenitis: Madness, Brain Disease and the Soul in Early Modern England.

Joanne Paul, “Friendship, Kinship and Power: The House of Dudley in the Tudor Period” (1er déc.)

Joanne Paul, “Friendship, Kinship and Power: The House of Dudley in the Tudor Period”

Jeudi 1er décembre à 17h

In the Tudor period, power was acquired and maintained through the establishment not just of personal relationships with the monarch, but complex webs of alliances that made a dynasty – a ‘house’ – resilient against monarchical change. Many of these connections were formed with those whom would be thought of, by modern standards, distant family at best, but were decidedly considered ‘kin’ by Tudor standards. Expanding on the neo-revisionist studies of ‘family’ and ‘kinship’ in the early modern period, this talk will focus on the kinship connections formed by members of the Dudley family during the sixteenth century. It will argue that the functioning or failure of affective kinship ties played a significant part in the acquisition or loss of power to the House of Dudley in the Tudor period, drawing particular attention to affectionate male relationships, but also the ways in which the networks established by women were frequently essential to the re-establishment of the position of the family, following a breakdown in male kinship relationships. Drawing on research compiled for a public-history trade book, The House of Dudley, this talk will also experiment with methods of bridging (or eliminating, or exposing the fictionality of) the gap between ‘public’ and ‘academic’ histories.

Dr Joanne Paul is Honorary Senior Lecturer in Intellectual History at the University of Sussex, working on the intellectual, cultural and political histories of the Tudor and Renaissance periods. The House of Dudley (Penguin: Michael Joseph, 2022) is her third book and first trade book.

Frédérique Lachaud, Stéphane Jettot et Fabrice Bensimon : « Les ressources numériques en histoire britannique » 

Jeudi 24 novembre 2022 à 17h (salle D421 à Serpente) :

Frédérique Lachaud, Stéphane Jettot et Fabrice Bensimon (Sorbonne Université) : « Les ressources numériques en histoire britannique » 

Cette séance, à l’intention des étudiants de master et de doctorat, évoquera les principales ressources numériques en ligne en histoire britannique. Après une présentation générale, certaines collections en histoire médiévale, moderne et contemporaine seront plus particulièrement présentées.

Christian Liddy, « Towns and Lords in Late Medieval England and Continental Europe » (10 fév.)

jeudi 10 février 2022 à 17h

Maison de la recherche de Sorbonne Université,

28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421

 

Christian Liddy, « Towns and Lords in Late Medieval England and Continental Europe »

La communication revient sur l’un des plus anciens sujets de l’historiographie des villes européennes du Moyen Âge: la relation entre la communauté et le seigneur. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les savants firent porter leurs recherches – et firent aussi l’éloge – des villes européennes médiévales en raison de leur contribution à l’apparition des idées et des libertés démocratiques modernes. Elles étaient l’antithèse du vieil ordre féodal. Toutefois les villes médiévales n’étaient pas des républiques indépendantes. Comme l’écrit Peter Moraw, « Dans l’ancienne Europe, il était simplement impensable de réaliser l’ambition d’être sans un seigneur. » Que cela signifiait-il pour une ville d’être « avec » un seigneur » ? S’agissait-il jamais de l’ambition d’être « sans » un seigneur ? On avancera ici que ces questions doivent faire l’objet d’une réflexion comparative : mais les comparaisons sont difficiles quand l’histoire urbaine continue à servir de miroir pour les idées en place concernant le caractère varié et les trajectoires différentes des États dans l’Europe pré-moderne.

Professeur d’histoire médiévale à l’Université de Durham, Christian Liddy est un spécialiste de la fin du Moyen Âge et en particulier de l’histoire des villes anglaises. Son dernier ouvrage, Contesting the City: The Politics of Citizenship in English Towns, 1250-1530, a été publié par Oxford University Press en 2017. Ses recherches en cours s’inscrivent dans le champ de l’histoire urbaine comparée.

Julian Pooley, “Printing the Past: Discovering the Archive of the Nichols family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine,1777-1873” (25 mars)

Thursday March 25, 2021 at 5 p.m. : Julian Pooley (University of Leicester) “Printing the Past: Discovering the Archive of the Nichols family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine,1777-1873”.

 

This paper tells the story of how the purchase of an anonymous pocket diary in a London bookshop, led me to discover extensive and previously unknown archives of John Nichols (1745-1826) and his family of printers, antiquaries and editors of the Gentleman’s Magazine.  Nichols was one of Georgian London’s most prominent printers, contracted to print for Parliament, the Royal Society and Society of Antiquaries.  He was also a literary biographer, chronicling the book trade and its customers over the long-eighteenth century; a pioneer of Renaissance culture through his Progresses of Queen Elizabeth and a leading antiquary whose History and Antiquities of the Town and County of Leicester 4 vols (1795-1815) transformed the way that English local history was written and illustrated.  The vast archive of family and business papers which he and his successors accumulated inspired his granddaughter to form her own collection of autograph letters, augmented by exchange with other collectors and by purchases in the London and Paris salerooms.  This internationally significant collection is now part of the 20,000 Nichols papers calendared and accessible via the Nichols Archive Database.  This paper will explore the value of the archive for studying the career of John Nichols, his editorship of the Gentleman’s Magazine and his achievements as a literary biographer and antiquary. It will also highlight some of the many French historical documents preserved in this archive.

 

Julian Pooley F.S.A. is Hon. Visiting Fellow of the Centre for English Local History at the University of Leicester and Public Services and Engagement Manager at Surrey History Centre, Woking.

Links:

Nichols Archive Project

https://www2.le.ac.uk/departments/history/people/staff-pages/previous-staff/jpooley/julian-pooley

http://www.bibsoc.org.uk/content/nichols-archive-project

 

Séance sur Zoom, lien habituel, disponible auprès de Stéphane Jettot

 <jettot@yahoo.com>

Aude de Mézerac-Zanetti : “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII (3 déc. 2020)

Jeudi 3 décembre à 17h : Aude de Mézerac-Zanetti (Université de Lille) : « “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude de Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Le séminaire se déroulera sur Zoom. Lien habituel, disponible auprès de  Sandrine Parageau <sparageau(at)hotmail.com>

Malcolm Walsby : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance. (12 nov. à 17h)

Jeudi 12 novembre à 17h : Malcom Walsby (Enssib / Université de Lyon) : Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance.   

Longtemps, l’art typographique demeura pour les lecteurs de Grande Bretagne un savoir-faire continental. On importait des exemplaires fabriqués outre-manche pour être distribués et vendus au détail dans les boutiques et sur les étals des libraires locaux. Lorsque l’on souhaitait obtenir des éditions à destination d’un public anglais ou écossais, on le faisait imprimer dans les grands centres de production et en particulier en France dans les ateliers de Paris et de Rouen. Le prototypographe anglais, William Caxton, lui-même apprit les secrets de l’imprimerie sur le continent où il exerça un temps avant de s’installer à Westminster. L’industrie française du livre joua un rôle prépondérant dans l’exportation d’imprimés vers la Grande Bretagne. Si, initialement, ce négoce revêtait des allures purement économiques et commerciales, la Réforme anglicane d’Henri VIII et les choix religieux de ses successeurs changèrent la nature et les enjeux de ces échanges. Cette intervention cherchera à comprendre le rôle fluctuant du livre made in France au nord de la Manche. 

Malcom Walsby est professeur à l’Université de Lyon et il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, voir notamment :  « Plantin and the French Book Market », in Sara Barker, Matt Mclean (éd.), International Exchange in the Early Modern Book World, Leyde, Brill, 2016, p. 80-101 ; « Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du XVe au début du XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2020/3 (n° 67-3), p. 5-29 ;  Entre l’atelier et le lecteur. Le commerce du livre imprimé dans la France de la Renaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Le séminaire est uniquement en ligne. Lien de visioconférence habituel, disponible auprès de Stéphane Jettot.

26/03 : Aude de Mézerac-Zanetti, « “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

ATTENTION :  En raison de la grève des universités le 19 mars, la séance prévue ce jour-là avec Aude de Mézerac-Zanetti est REPORTÉE au 26 mars.

La séance avec Ben Griffin est annulée.


Jeudi 26 mars à 17h, Aude de Mézerac-Zanetti, de l’Université de Lille, présentera sa communication « “Ceci n’est pas une Réforme” : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Éric Durot : « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » (30/11)

Éric Durot (Marie Curie Researcher – University of York), présentera sa communication « Empire franco-britannique et premières guerres de Religion en France : une approche transnationale » le jeudi 30 novembre 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

«  Pourquoi analyser ensemble la construction d’un empire franco-britannique (sous Henri II et François II) et le déclenchement des guerres de Religion françaises ? Les deux processus sont reliés par la révolte politique et religieuse en Ecosse (1559-60) menée par les Lords of the Congregation et le réformateur calviniste John Knox, avec le soutien décisif de l’Angleterre. Cette révolte qui se transforma en guerre s’opposait à la fois à la religion catholique et au pouvoir français incarné par la régente Marie de Guise qui gouvernait au nom de sa fille Marie Stuart, reine de France et d’Ecosse. Ce grand événement écossais qui chassa les ministres et les soldats français fut d’une importance majeure de ce côté-ci de la Manche: il encouragea directement et de manière multiple, les premières révoltes huguenotes. Notre approche souligne le caractère non seulement international mais aussi transnational des guerres de Religion. Dit d’une autre manière: le conflit qui se déroula en Ecosse constitua pour la France sa première guerre de Religion. »

Andy Wood: “Remembering social change and political conflict in early modern England”

Andy Wood, de l’Université de Durham, présentera sa communication “Remembering social change and political conflict in early modern England” le jeudi 3 décembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Discutant: Pierre Lurbe, de l’Université Paris IV-Sorbonne.

Résumé: This paper deals with the ways in which memories of warfare, reformation, rebellion and civil war played out in England between the early sixteenth century and the early eighteenth century. It focusses in particular upon popular memory, deploying fresh archival material in order to reconstruct memories of religious, political and military conflict. The paper emphasises the significance of memories of conflict for the ways in which political identities confessional disputes were fought out within England. This was due, it is argued, to the continuing divisions of the 1640s – memories of which shaped political conflicts into the early Georgian period. The paper also engages with memories of religious and political conflict in the sixteenth century, arguing that those memories helped to shape contemporary understandings of the period as a distinct phase in English history.

Daniel Woolf: “The Organization and Experience of Time in Early Modern England”

Daniel Woolf, de Queen’s University, Kingston, Ontario, présentera sa communication “The Organization and Experience of Time in Early Modern England le jeudi 8 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

La séance est assurée en collaboration avec l’UFR GHES de l’Université Paris-Diderot et l’Inalco.

Graham Parry: “The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century”

Graham Parry, de la Society of Antiquaries of London, présentera sa communication “The Many Pasts of Britain: the Rise of Antiquarian Studies in the 17th Century” le jeudi 2 avril, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

As new models of scholarship entered England in the middle of Elizabeth’s reign, scholars began to take a more critical approach to the origins of Britain.  Who were the ancestors of the English? Where did they come from? What language did they speak? What was their way of life, their religious beliefs? The traditional views of the British past became discredited, as more systematic methods of enquiry were introduced. After William Camden’s seminal book ‘Britannia’ was published in 1586, a new type of scholar began to emerge: the antiquary.  The achievements of men such as John Selden, James Ussher, William Dugdale and John Aubrey will be briefly assessed, and their (often surprising) discoveries will be presented, for the enjoyment of a modern audience.