Clarisse Godard Desmarest, Architecture et identité culturelle : l’Écosse du 18e au 21e siècle.

Jeudi 5 novembre 2020 à 17h : Clarisse Godard Desmarest (Université de Picardie/ IUF), Architecture et identité culturelle : l’Écosse du 18e au 21e siècle.

  Vue de France ou d’ailleurs sur le continent européen, l’architecture écossaise est souvent perçue comme se confondant avec l’architecture anglaise ou britannique. On pourrait supposer aussi (sauf à être en Écosse évidemment!) que l’architecture écossaise est abordée dans les ouvrages sur l’architecture britannique ou anglaise. Pourtant, et jusqu’à une période récente, les historiens ont rarement considéré qu’il puisse y avoir un style national d’architecture typiquement écossais ou encore que l’architecture écossaise puisse mal s’insérer dans une approche globale de l’histoire de l’architecture britannique. Cette communication propose d’étudier les préjugés de l’historiographie souvent anglaise et de répondre, au travers une analyse historique couvrant la période du XIIIe siècle à aujourd’hui, à la question de savoir s’il existe une spécificité de l’architecture écossaise, laquelle se définit au travers l’histoire de la nation.

 Clarisse Godard Desmarest est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Picardie et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle est l’auteur de publications sur l’histoire de l’architecture et de la culture écossaise et a dirigé l’ouvrage The New Town of Edinburgh: An Architectural Celebration (Édimbourg: John Donald, 2019).

 
La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon[at]free.fr

Sandrine Parageau : « “Que sçay-je?” Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité » (22 octobre)

Jeudi 22 octobre 2020 à 17h : Sandrine Parageau (Paris Nanterre / IUF), « “Que sçay-je ?” Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité »

 On pourrait penser que l’ignorance est immuable, qu’il s’agit d’une notion intemporelle, qui, par conséquent, n’a pas d’histoire. On imagine certes aisément que les objets ignorés ont varié au fil du temps, mais cette évolution relève davantage d’une histoire des sciences et des savoirs en creux qu’elle ne dessine une histoire de l’ignorance à proprement parler. Pourtant, on s’attachera, dans cette intervention, à démontrer que l’ignorance est bien un objet historique, c’est-à-dire que ses représentations, ses usages, les valeurs qu’on lui attribue et ses possibles remèdes sont pris dans des évolutions historiques qui en modifient et en perturbent le sens. On montrera en particulier qu’aux XVIe et XVIIe siècles, l’ignorance est progressivement redéfinie comme une limite anthropologique, ce qui permet de l’envisager non plus comme un péché ou comme un obstacle à la connaissance, mais comme un véritable outil épistémologique qui se voit intégré au discours scientifique et au processus de découverte. On montrera enfin que cette histoire, en particulier lorsqu’elle s’intéresse aux usages de l’ignorance dans les controverses, contribue aussi à éclairer les relations et les hiérarchies sociales et intellectuelles dans l’Angleterre de la Renaissance, de la Réforme et de la « Révolution scientifique ».

 

Sandrine Parageau est Maître de conférences HDR à l’Université Paris Nanterre et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Elle travaille sur l’histoire intellectuelle et l’histoire des sciences des XVIe-XVIIIe siècles en Angleterre.

 
La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon(at)free.fr

Jean-François Dunyach et Nathalie Kouamé, autour de leur ouvrage _Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais_ (Paris, 2020) (jeudi 15 octobre à 17h)

Jeudi 15 octobre à 17h : Jean-François Dunyach (Sorbonne Université) & Nathalie Kouamé (Université de Paris), autour de leur ouvrage Sous l’empire des îles. Histoire croisée des mondes britannique et japonais , Paris, Karthala, 2020. 

  Présentation (4e de couverture): 

Et si, au regard de l’histoire, le Japon et la Grande-Bretagne n’étaient pas véritablement des îles ? Derrière l’apparente évidence de ces terres entourées d’eau se cachent, peut-être, d’authentiques malentendus. Les innombrables lieux communs sur les cultures et les esprits mentalités prétendument insulaires de ces deux archipels posés à l’Occident et à l’Orient du vaste continent eurasiatique, méritent d’être interrogés. 

Dans cet ouvrage, deux historiens débattent à partir de leur terrain d’élection, le Royaume-Uni pour l’un, le Japon pour l’autre, de la pertinence de la notion d’insularité en histoire. Dans ce dialogue où chaque archipel tend à l’autre un miroir, il est question d’identités, d’échanges, de cosmogonies, de littératures… Insularité subie, insularité proclamée, insularité dépassée : d’où vient la puissance des représentations et des fantasmes que recèle l’expérience insulaire ? Quel est, en somme, l’empire des îles sur l’histoire des mondes britannique et japonais ? 

Évoquant tout autant Robinson Crusoé que le mythe shintô de la création des îles japonaises, la colonisation romaine de l’île de Bretagne et les incursions mongoles au pays du Soleil levant, les pirates du Japon médiéval ou les ressorts du Brexit contemporain, cet ouvrage foisonnant, érudit et stimulant, s’adresse à tous ceux qui ont en partage le goût de « la différence historique ». 

  Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche. 

La séance sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible sur simple demande fbensimon[at]free.fr

Ariane Mak: Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) (8 oct.)

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6 e , Salle D421

Jeudi 8 octobre à 17h : Ariane Mak (Université de Paris) « Enquêter en temps de guerre. De la crainte de l’espion à la controverse ‘ Cooper’s Snoopers ’ (1939-1945) »

Comment enquêter en temps de guerre quand la figure de l’espion hante les esprits ? L’intervention se penche sur un point aveugle de l’histoire du Mass-Observation (1937-1949) – à savoir la manière dont cette organisation britannique de sciences sociales a dû faire face à une suspicion généralisée durant la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci s’exprime en premier lieu dans l’enquête de terrain, alors que les enquêteurs du Mass-Observation, soupçonnés d’espionnage, se voient pris en filature par une population aux aguets, voire emmenés au poste. Cette méfiance se dit à un autre niveau dans la controverse médiatico -politique des « Cooper’s Snoopers » qui éclate autour de l’usage d’enquêtes scientifiques – et de l’enquête d’opinion en particulier – par l’État. Entre suspicion de surveillance politique et moqueries face à la prétendue scientificité des méthodes employées, le scandale s’étale dans la presse avant de s’inviter dans les débats de la Chambre des Communes. L’intervention interroge les rapports entre science et politique, et éclaire la figure ambivalente du scientifique et de l’enquêteur de terrain dans le Royaume-Uni des années 1940.

Attention : le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de la Maison de la Recherche.
La communication d’Ariane Mak sera également diffusée sur Zoom : lien habituel, disponible auprès de fbensimon[at]free.fr


Florence Sutcliffe-Braithwaite: « Something changed, I’m sure it did, for women; it must have »: Deindustrialisation and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945 (1er octobre)

Attention : cette séance n’aura pas lieu à la Maison de la Recherche, mais uniquement en visioconférence: veuillez contacter fbensimon(at)free.fr pour avoir le lien


Jeudi 1er octobre à 17h : Florence Sutcliffe-Braithwaite (University College London) : ‘ »Something changed, I’m sure it did, for women; it must have »: Deindustrialisation and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945’
 
Economic historian Jim Tomlinson has recently suggested that deindustrialisation should be used as an alternative meta-narrative for understanding postwar British history, transecting the typical political narrative that structures understandings of the period – that is, the story of a ‘social democratic’ settlement inaugurated by Attlee and then disrupted in the 1970s and replaced with a Thatcherite or ‘neoliberal’ one.  Writing from the perspective of social and cultural history, I have recently written, along with Emily Robinson, Camilla Schofield, and Natalie Thomlinson, of the importance of growing discourses of popular individualism in the postwar decades, which, in a similar way, cut across and interacted with Thatcherism, but which were not driven predominantly by politics. In this paper, I analyse how deindustrialisation and individualism changed the structure and culture of family life in working-class families in Britain’s coalfields in the decades after 1945.


Florence Sutcliffe-Braithwaite travaille en particulier sur l’expérience des femmes dans la grève des mineurs de 1984-1985 https://www.coalfield-women.org 

26/03 : Aude de Mézerac-Zanetti, « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

ATTENTION :  En raison de la grève des universités le 19 mars, la séance prévue ce jour-là avec Aude de Mézerac-Zanetti est REPORTÉE au 26 mars.

La séance avec Ben Griffin est annulée.


Jeudi 26 mars à 17h, Aude de Mézerac-Zanetti, de l’Université de Lille, présentera sa communication « « Ceci n’est pas une Réforme » : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Les circonstances et les causes de l’avènement de la suprématie royale en Angleterre sont bien connues comme l’est le contenu doctrinal ambigu et souvent contradictoire des Actes du Parlement (l’Acte de Dix Articles de1536 à teneur luthérienne implicite et l’Acte des Six Articles de 1539 relativement traditionnel), des Injonctions au clergé (1536 et 1538), du Livre des Evêques (1537) et du Livre du Roi (1543). Ainsi de 1534 à la mort du roi en 1547, le régime d’Henri VIII met en œuvre une double politique religieuse : imposition de la suprématie royale et réforme des abus. La foi du souverain et le contenu doctrinal de ses réformes sont quasiment sui generis et leur interprétation a fait l’objet de multiples débats, évoluant au gré de la succession des écoles historiographiques. Mais jusqu’à présent la dimension liturgique de la Réforme henricienne n’avait jamais été prise en compte. Or la découverte d’un important corpus de marginalia dans les livres liturgiques utilisés dans les paroisses pendant cette période de transition permet de remettre en cause l’idée d’une continuité parfaite des pratiques cultuelles avant et après le schisme de 1534. Plusieurs textes essentiels sont corrigés afin d’éviter toute dissonance entre la prière publique et la réalité politico-religieuse instituée par l’Acte de Suprématie. Cette approche par le bas et par des sources matérielles (le livre de messe en tant qu’objet fonctionnel) permet de contribuer aussi à l’étude de la réception de la suprématie royale et des réformes à l’échelle locale. On constate que des prêtres ont parfaitement bien compris les implications de la suprématie du roi et subtilement modifié les textes au gré des politiques royales. Aussi la nouvelle position du roi à la tête de l’Eglise est-elle mise en scène dans la prière qui en devient un vecteur essentiel de diffusion. En outre, adopter une approche inspirée des travaux sur la religion vécue permet de comprendre ce qui se joue dans l’acte de corriger un missel. La dimension performative est, en effet, double : l’obéissance au roi est mise en scène dans la prière mais aussi dans l’objet matériel voué à être inspecté par les autorités laïques du comté. La suprématie royale s’est d’une part diffusée par la liturgie et d’autre part les changements liturgiques ont transformé une réalité politique en un article de foi pour le peuple anglais. Enfin, on se penchera sur les raisons pour lesquelles la dimension liturgique de la Réforme henricienne a été si longtemps négligée.

Aude Mézerac-Zanetti est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Lille et membre du laboratoire CECILLE

Stéphane Jettot : « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » (12/03)


Attention : En raison de la grève du jeudi 5 mars dans les universités, la séance avec Stéphane Jettot ce jour-là est reportée au jeudi 12 mars (cf. ci-dessous). La séance prévue avec Laura Schwartz est reportée sine die.

Stéphane Jettot, de Sorbonne Université, présentera sa communication « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » le jeudi 12 mars à 17h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.

Résumé : Pendant l’époque moderne, peintres, sculpteurs, érudits et hérauts d’arme ont été chargés, par les élites anciennes et nouvelles, de la réalisation d’œuvres somptuaires destinées à la glorification des ancêtres.  Monuments funéraires, vitraux, tableaux, large ouvrages en vélin sont autant de supports prestigieux de cette ferveur généalogique. Après le Commonwealth, cette culture lignagère connaît un lent déclin et se trouve ensuite éclipsée par l’esprit des Lumières et la sociabilité  des coffee houses et des clubs. L’impulsion généalogique semble renaître à la faveur de la révolution française et des guerres napoléoniennes. Romans, sociétés savantes, dictionnaires biographiques, guides de voyage insèrent les récits familiaux aristocratiques dans une histoire nationale britannique à destination d’un plus large public. L’objectif de ma recherche est de restituer cette transition entre deux régimes généalogiques, l’un tourné vers la célébration exclusive de quelques familles et l’autre vers une culture patrimoniale et aristocratique. Il convient pour cela de reconsidérer la place du dix-huitième siècle dans cette évolution. La commercialisation par des libraires londoniens  de dictionnaires nobiliaires comme les Peerages ou les Baronetages, a joué un rôle considérable dans la reconfiguration des pratiques généalogiques. Ces dernières, loin de refléter les lubies de quelques nobles nostalgiques, offrent un point de vue inédit sur les transformations des élites britanniques sur un long dix-huitième siècle.

Peter C. Mancall : “Myth and Reality at the Founding of English America” (27/02, 15h-16h30)

Avant la prochaine séance du séminaire (27 février, Steven O’Connor) Peter C. Mancall interviendra de 15h à 16h30 (Serpente, D117), dans le cadre du séminaire du laboratoire Histoire et dynamique des espaces anglophones (HDEA). Son intervention portera sur le livre qu’il est en train d’achever sur les origines des Etats-Unis pour la série The Oxford History of the United States, American Origins
 
L’intervention est intitulée “Myth and Reality at the Founding of English America”. 
 
The origins of English America—the territory that would eventually form the basis for the United States—remain shrouded in myth. Nowhere are those ancient thoughts more powerful than in New England, the alleged home of the first Thanksgiving, a meal that brought together English and Native Americans.  With the 400th anniversary of the English landing at Plymouth being commemorated this year, now seems the time to assess the veracity of the mythic origins of the nation.
 
Peter Mancall est professeur d’histoire et d’anthropologie à University of Southern California ; il est pour l’année en cours Harmsworth Professor of American History at the University of Oxford. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont The Trials of Thomas Morton: An Anglican Lawyer, His Puritan Foes, and the Battle for a New England (Yale University Press, 2019).
 
 

Steven O’Connor : “‘This French force must be an asset and not a liability’: the British approach to coalition warfare during the Second World War” (27/02)

Steven O’Connor, de Sorbonne Université, présentera sa communication “‘This French force must be an asset and not a liability’: the British approach to coalition warfare during the Second World War” le jeudi 27 février à 17h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.

Abstract: How does an army integrate foreign soldiers, overcoming the differences of language, culture, training and equipment?  Taking the Free French forces in the Libyan campaign of 1942 as a case study, this presentation will examine the problems resulting from Allied units serving under British command and how they were resolved. In particular, it will examine the work of the British army’s liaison mission to these Free French forces, named the ‘Spears Mission’ after its commander General Edward Spears, which played an important role in Free French success in 1942. The liaison officers of the Spears Mission represented Free French needs and problems to the British high command, while also having responsibility for ensuring that the Free French followed British procedures and orders. Managing Franco-British military relations was a difficult task and sometimes the Mission was the victim of both sides’ frustration. Yet, this presentation will show that despite setbacks, or perhaps because of them, interallied military cooperation gradually improved during the 1942 Libyan campaign, which saw the first sustained, large-scale deployment of Free French forces under British command.

Marion Leclair : « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » (13/02)

Marion Leclair, de l’Université d’Arras, présentera sa communication « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) » le jeudi 13 février de 17h à 18h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.


Résumé : Dans les années 1790 en Angleterre, alors que fait rage la controverse Burke-Paine sur la Révolution française, le roman est perçu par certains « jacobins » anglais (ainsi que par leurs adversaires « anti-jacobins ») comme une arme de diffusion des idées radicales. William Godwin, Mary Wollstonecraft ou John Thelwall peuvent ainsi l’utiliser, comme l’écrit Godwin dans la préface de Caleb Williams, comme « véhicule » d’instruction politique, auprès d’un lectorat grossi par le développement du marché du roman au cours du dix-huitième siècle. La majorité des études consacrées aux romans radicaux, qui abordent ce corpus sous l’angle de l’histoire intellectuelle, s’intéressent peu au lectorat effectif du roman radical – cantonnant l’étude de leur réception à celle de leurs éminents lecteurs (Coleridge, Byron, Shelley) au sein du cercle Godwin, et oubliant de questionner la possibilité de diffusion élargie revendiquée par leurs auteurs. Le croisement de différentes sources extra-littéraires (catalogues d’éditeurs et de bibliothèques de prêt, presse périodique, mémoires d’artisans) suggère au contraire une diffusion relativement restreinte, à une époque où le prix des romans neufs reste élevé et leur tirage encore modeste. Et si presse et sociétés radicales facilitent l’accès à l’imprimé de l’artisanat urbain politisé par le mouvement radical, la culture du savoir utile qui l’imprègne aiguille ses membres vers de plus saines lectures. C’est cette histoire de la réception des romans radicaux, jusqu’à leur intégration parallèle et parcellaire, au début de la période victorienne, au canon romanesque et au panthéon chartiste, que l’exposé se propose de retracer.

LPPR

Le séminaire franco-britannique d’histoire et la LPPR

 Comme de nombreux séminaires l’ont déjà fait, les animateurs du séminaire franco-britannique d’histoire expriment leur indignation face à la future Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR). L’évolution actuelle du système universitaire est lourde de menaces. Les crédits sont en baisse, les postes moins nombreux, les horizons s’assombrissent pour les doctorants, auxquels les évolutions programmées sont celles d’années de précarité. La recherche doit maintenant être pensée par projets, remettant en cause le temps long dont nous avons besoin pour définir nos objets d’étude et les travailler en profondeur. En histoire comme dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, nous avons besoin d’emplois stables et pérennes pour une recherche de qualité.

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, les yeux rivés sur les évaluations internationales du type classement de Shanghai, a pour modèle le système universitaire en vigueur aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. Nous connaissons celui-ci, par notre fréquentation des historiens d’outre-Manche, qui n’en sont pas heureux. Après avoir perdu le statut de titulaire (tenure) en 1988, ils ont été soumis à des procédures d’évaluation systématiques, voire absurdes. La recherche est aujourd’hui rythmée par ces procédures, mobilisant le temps des universitaires pour toute une bureaucratie, aux dépens de la qualité de leur recherche. Les licenciements se sont multipliés et la précarité est devenue la norme. La mise en concurrence effrénée entre établissements a encore creusé les inégalités entre des universités anciennes et prestigieuses (Oxbridge, Russell Group) et leurs parents pauvres, obligés de fermer des formations et des départements.

Les universitaires britanniques ont récemment mené plusieurs grèves récentes de grande ampleur contre la baisse programmée de leur pension de retraite, selon un système dont le fonctionnement à base d’épargne salariale ferait saliver nos ministres.

Quant aux étudiantes et aux étudiants, cette évolution vers un véritable marché de l’enseignement supérieur, présentée comme une panacée qui bénéficierait au client, a au contraire été désastreuse pour eux. Les droits d’inscription, encore nuls avant 1998, atteignent maintenant jusqu’à 9 250 livres (10 900 euros) par année, obligeant la majorité des étudiants à s’endetter pour de longues années. Une sélection drastique est en vigueur à l’entrée des meilleurs établissements, où l’entre soi social est de rigueur.

C’est pourquoi les animateurs du séminaire franco-britannique d’histoire s’inscrivent en faux contre la LPPR et se déclarent partie prenante des mobilisations en cours.

4 février 2020

« A House through time » (David Olusoga, 2018, BBC)

La séance du jeudi 30 janvier (17h, Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421) sera consacrée à la projection du documentaire de la BBC « A House through time » (David Olusoga, 2018, première partie), sur l’histoire d’une maison de Liverpool depuis 1840. La projection sera suivie d’une brève discussion sur les sources disponibles pour l’histoire des individus.


Résumé : Ce documentaire aborde l’histoire de Liverpool à travers celle d’une de ses maisons en alignement, 62 Falkner Street, construite dans les années 1830 dans le quartier géorgien de la ville. L’équipe du film a tenté de documenter la vie des quelque 120 personnes qui ont habité l’adresse, depuis la construction jusqu’à nos jours. Initialement située dans un quartier bourgeois, l’histoire de la maison reflète le développement de la seconde ville portuaire britannique, puis son déclin après la Seconde Guerre mondiale, et enfin la gentrification de cette partie de Liverpool depuis les années 1990.
A sa manière, le film montre quelles sources variées peuvent être mobilisées pour documenter l’histoire des individus aux 19e et 20e siècles.

Projection du film Peterloo (Mike Leigh, 2018) et débat, 29/01/2020

Le film Peterloo (Mike Leigh, 2018) sera projeté le mercredi 29 janvier 2020 à 16h30 à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6ème.

Résumé :

Manchester, 16 août 1819. A St. Peter’s Field à Manchester, un rassemblement est organisé pour la démocratie. Les 60 000 participants sont issus des classes populaires de Manchester. Ce sont en particulier des ouvriers du coton qui luttent contre la dégradation de leurs conditions d’existence. Sur ordre des notables de la ville, la milice et la troupe chargent. 18 personnes sont tuées, des centaines sont blessées. Le massacre de Peterloo est un événement fondateur dans l’histoire politique du pays.

Ce film n’a pas été diffusé en France. Il sera projeté en version originale sous-titrée en anglais (durée : 2h27). Entrée libre dans la limite des places disponibles. La projection sera suivie d’un débat animé par Fabrice Bensimon. Inscription obligatoire : sophie.lhermitte@univ- paris1.fr

Une séance proposée par la Société d’histoire de la révolution de 1848 et par le Centre d’histoire du XIXe siècle.