Séance exceptionnelle : Antoine Capet autour de son ouvrage « Churchill. Le dictionnaire » (mardi 19/06)

Séance exceptionnelle : nous assisterons à une discussion croisée en compagnie du professeur Antoine Capet autour de son ouvrage Churchill. Le dictionnaire le mardi 19 juin 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutant : Prof. James Muller (University of Alaska, prof. invité par le laboratoire AGORA, université de Cergy-Pontoise).

Professor Antoine Capet, Fellow of the Royal Historical Society, was Head of British Studies at the University of Rouen (France) until July 2014, when he became Emeritus. After submitting his Doctorat d’État on the British governing classes and social reform, 1931-1951 (published 1991), he continued to concentrate his research on Britain in and before the Second World War, more specifically on Churchill in recent years. His paper given at the Annual Conference of the Churchill Centre, in London in October 2011, on ‘The triple Special Relationship: Churchill – Roosevelt – de Gaulle’ was published in Finest Hour in 2014 and his discussion of ‘ “The Creeds of the Devil”: Churchill between the Two Totalitarianisms, 1917-1945’ is available on line on the website of the International Churchill Society. He has translated Speaking for Themselves, the correspondence between Winston and Clementine (2012), the abridged edition of The World Crisis (2 vol., 2013-2014) and Great Contemporaries (2017) for Éditions Tallandier, Paris. He contributed to the Catalogue of the major ‘Churchill–de Gaulle’ Exhibition at the Invalides, Paris (April-July 2015), on the literary and historical legacy in their speeches and writings. His 870-page Dictionnaire Churchill was published by Éditions Perrin, Paris, in January 2018. Professor Capet has been Editor of the ‘Britain since 1914’ section of the Royal Historical Society Bibliography since 2001 and he sits on the International Board of Twentieth Century British History (Oxford University Press).

James W. Muller is Professor of Political Science at the University of Alaska, Anchorage, where he has taught since 1983. Educated at Harvard University and the Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm, he is a by-fellow of Churchill College, Cambridge, and academic chairman of the International Churchill Society. He is editor of several books by and about Churchill, including new editions of Churchill’s interwar books of essays Thoughts and Adventures and Great Contemporaries (ISI Books, 2009 and 2012). His definitive two-volume edition of Churchill’s early book The River War: An Historical Account of the Reconquest of the Soudan, will be published in two volumes by St. Augustine’s Press.

John R. Young : « The Constitutional Reform programme of the Earl of Mar in the 1720s » (31/05)

Dr John R. Young, de University of Strathclyde, présentera sa communication « The Constitutional Reform programme of the Earl of Mar in the 1720s », le jeudi 31 mai 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

The talk will examine a remarkable set of writings by John Erskine, Earl of Mar, in which Mar outlined an alternative future and constitutional relationship that challenged the 1707 Act of Union between Scotland and England and the 1714 Hanoverian Succession. Mar is a fascinating individual. He was a key figure in successfully managing the negotiated 1706 Treaty of Union through the final session of the Scottish Parliament in 1706-1707 with a principled commitment to a union of incorporation with England. Yet he became a leading figure in the Jacobite movement, especially the 1715 Rebellion. Mar’s writings in the 1720s sought the repeal of the Act of Union and a federal union with Ireland. His writings display a deep level of political and constitutional sophistication, with specific reference to proposed arrangements for a Jacobite restoration, redefined relationships between Scotland, England and Ireland, as well as colonial north America and the French connection. Mar has been the subject of recent historical interest. Dr Young’s talk will examine the extent to which Mar drew on the constitutional precedents of the Covenanting movement in the seventeenth century and legislative precedents from the Revolution of 1689-90 in Scotland and the Scottish parliamentary sessions of 1703-1704 to produce a body of work which can be described as representing a programme of Constitutional Jacobitism for a ‘new’ Scotland in the context of Jacobite Restoration.

 

Dr John R. Young is a double graduate of the University of Glasgow. He is Senior Lecturer in History at the University of Strathclyde, Glasgow. He has published widely on early modern Scottish history, including the Covenanting movement and Scotland and Ulster links. In 2013 his article on Sir Robert Adair of Kinhilt was published in the Journal of Scotch-Irish Studies, in the USA. He is a leading member of the International Commission for the History of Representative and Parliamentary Institutions (ICHRPI). He is the editor the journal Parliaments, Estates and Representation.

 

Alice Taylor : « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles »

Dr Alice Taylor, de King’s College (Londres), présentera sa communication « La forme de l’État en Écosse : XIIe-XIIIe siècles », le jeudi 24 mai à 17h.

ATTENTION : cette séance aura exceptionnellement lieu à l’École nationale des chartes (salle Delisle), 65 rue de Richelieu, 75002 Paris. Veuillez également noter que la séance débutera à 17h.

Pour des raisons de sécurité, il est demandé de s’inscrire sur : http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/forme-etat-ecosse-xiispane-xiiispane-siecles

Résumé :

La communication d’Alice Taylor traitera de la forme et de la structure du gouvernement royal en Écosse pendant le XIIe et XIIIe siècles. Comme ailleurs en Europe, les modalités de l’exercice du pouvoir ont été transformées au cours de cette période avec le développement d’un gouvernement bureaucratique, comprenant l’administration financière et judiciaire, et marqué par l’usage de documents (il se produisit ici, comme ailleurs, une révolution de l’écrit). Mais quelle était la forme de ce gouvernement ? La réponse a été dominée jusqu’ici par la comparaison avec l’Angleterre. Il va de soi que certains traits de ce gouvernement sont des imitations : les sheriffs et justiciers sont introduits en Écosse comme en Angleterre. Le but de cette communication est de démontrer les différences pourtant importantes entre les gouvernements anglais et écossais, et de poser quelques questions sur la genèse de l’État médiéval en général.

Alice Taylor est Reader en histoire médiévale à King’s College London. Elle est l’auteur de The Shape of the State in Medieval Scotland (Oxford, 2016) et de nombreuses contributions sur l’histoire politique et juridique de l’Écosse du XIe au XIVe siècle. Elle a également dirigé l’ouvrage Identifying Governmental Forms in Europe, c.1100-1300 : Palaeography, Diplomatics and History (à paraître).

Pour tout renseignement : contacter frederique.lachaud@orange.fr (ou frederique.lachaud@paris-sorbonne.fr) ou patrick.arabeyre@chartes.psl.eu

Bernhard Dietz & Wencke Meteling : « German Perspectives on British Contemporary History : The Case of Economic Competitiveness and the “New Spirit of Capitalism” since the 1970’s »

Dr. Bernhard Dietz (Johannes Gutenberg Universität Mainz) et Dr. Wencke Meteling (Philipps Universität, Marburg) présenteront leur communication « German Perspectives on British Contemporary History : The Case of Economic Competitiveness and the “New Spirit of Capitalism” since the 1970’s », le jeudi 17 mai 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Bernhard Dietz et Wencke Meteling sont membres de l’Arbeitskreis Großbritannien Forschung / German Association for British Studies. Bernhard Dietz est notamment l’auteur de Neo-Tories. British Conservatives in Rebellion against Democracy and Political odernity, 1929-39 (Londres, Bloomsbury, 2018) ; Wencke Meteling a récemment édité, en collaboration avec Ariane Leendertz, l’ouvrage Die neue Wirklichkeit : Semantische Neuvermessungen und Politik seit den 1970er-Jahren, Francfort-sur-le-Main, 2016.

Cette séance est organisée avec le soutien du DAAD.

Greg S. Brown : « Le jardin anglais comme espace anti-urbain dans quelques maisons privées de Paris de la 2eme moitié du XVIIIe siècle »

Greg S. Brown, de l’université d’Oxford, présentera sa communication « Le jardin anglais comme espace anti-urbain dans quelques maisons privées de Paris de la 2eme moitié du XVIIIe siècle », le jeudi 3 mai 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« The Treaty of Paris of 1763 reshaped many aspects of the relationship between between France and Britain and their respective societies. The major consequence for France, the surrender of most of France’s North American landholdings and major colonies of New France and Louisiana, but retaining the Carribean islands, had significant consequences at home as well — including, paradoxically, an influx of private capital investment from colonial traders and retired military officers. It also occasioned a cultural reassessment by the French of English taste and manners, which suddenly seemed less barbarous and more authentic, even elegant.

At the same time, and as a direct result of the financial and political debacle of the war’s outcome, the French crown pursued administrative state which had been pursued actively under Louis XV, were intensified by the political rise of Turgot. This included changes in law and governance of France’s large cities, including Paris, which included tax and land-use policies to encourage the expansion of the city and the opening of its thoroughfares and sightlines.

The consequence was a building boom, especially in residential housing. While mostly concentrated to the north and west of the city, there were also new, genteel homes developed along the outer edge of newly constructed boulevards.

This paper will be a discussion of some of the cultural consequences of this building boom, changes in the theory and practice of architectural design, gardens, and material culture — as the boundaries of public and private space were renegotiated on the eve of the Revolution. »

Contact : Stéphane Jettot, stephane.jettot@sorbonne-universite.fr

David Carpenter : « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective » (12/04)

Professeur David Carpenter, de King’s College (Londres), présentera sa communication « Louis IX and the Treaty of Paris 1259, a new perspective », le jeudi 12 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

 Résumé :

La communication de David Carpenter jette une lumière nouvelle sur les négociations qui menèrent au Traité de Paris de 1259. En particulier, il montre que la perception que Louis IX avait de la révolution politique anglaise eut un impact sur les négociations et sur la forme des documents ratifiés au moment du traité. Saint Louis apparaît ici comme un politicien résolu. Pour illustrer cette communication, David Carpenter montrera des images de tous les documents qui ont survécu pour ces négociations, et qui sont conservés à la British Library, aux National Archives (Kew) et aux Archives Nationales à Paris.

David Carpenter est professeur émérite de King’s College London. Ses publications incluent   The Battles of Lewes and Evesham (1987), The Reign of Henry III (1996), The Struggle for Mastery : Britain 1066-1284, The Penguin History of Britain (2003). Liste complète sur https://kclpure.kcl.ac.uk/portal/david.carpenter.html

Le texte de la communication donnée en anglais sera disponible sur place.

 

Liesbeth Corens : Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe (05/04)

Liesbeth Corens, de Keble College, Oxford, présentera une communication autour de la publication prochaine de son livre: Confessional Mobility and English Catholics in Counter-Reformation Europe,  Oxford University Press, 2018, le jeudi 5 avril 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« A la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème siècle, les catholiques anglais ont entrepris une vaste collecte d’archives sur leur passé et sur leur résistance à la Réforme protestante. A partir d’un long travail de compilation, ils ont accumulé une diversité considérable de documents : des témoignages oraux retranscrits, des pamphlets imprimés, des lettres écrites par les martyrs en personne et des archives officielles. La diversité des supports mobilisés ainsi que la complémentarité de leurs usages marquent de nouvelles transformations dans les rapports entre des sources, l’érudition et la mémoire. Ces compilations constituent des observatoires privilégiés pour aborder les interactions entre les pratiques archivistiques et les commémorations. Elles reposent sur l’entretien de la mémoire locale des martyres, à partir des traditions orales maintenues dans les communautés catholiques et du travail commémoratif entrepris dans les institutions religieuses. Cependant les compilateurs avaient aussi pour ambition de se détacher des lieux de mémoire et des souvenirs à vif pour entrer dans la constitution d’un récit historique. La diversité des supports soulève aussi la question de leurs crédibilités respectives, de leurs usages et de leurs rapports à la vérité. Mon intervention au séminaire se propose d’explorer les étapes de ces constructions et de mener par là une réflexion sur le pouvoir des pratiques archivistiques et commémoratives et leur place dans la constitution d’une contre-mémoire. »

*****

In the late seventeenth and early eighteenth centuries, English Catholics collected records of their recent past and their opposition to the Reformation. The compilations recorded a multiplicity of materials, ranging from reports on oral statements, to printed pamphlets, letters written by martyrs themselves, and official records. The inclusion of various types of media and the transfer from one context to another marks changes in sources’ commemorative and scholarly roles that must be explored. The compilations offer an insightful case to study the interrelation between record-keeping and commemoration. They relied heavily on local commemorative practices, both through English communities’ oral traditions of their local martyrs, and through religious houses’ commemoration of the martyrs who had studied with them. Yet the compilers also attempted to detach themselves from the lived commemoration and establish lieux de mémoire, working on the interface between an active memory and history writing. Different media have different criteria for credibility, different priorities, different claims to truth. This paper will explore these transitions and in the process reflect on the power of record-keeping and commemorating in the production of counter-archives.

 

Contact: stephane.jettot@sorbonne-universite.fr

Jill Liddington : Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), 29/03

Jill Liddington, de l’Université de Leeds, viendra présenter l’ouvrage Histoire des suffragistes radicales (Paris, Éditions Libertalia, 2018), traduction de J. Liddington et J. Norris, One Hand Tied Behind Us: The Rise of the Women’s Suffrage Movement (Virago, 1978), le jeudi 29 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

Au début du XXe siècle, dans une Grande-Bretagne qui se veut un modèle démocratique, les femmes sont privées du droit de vote. À Manchester et dans les villes cotonnières du nord de l’Angleterre, des ouvrières se mobilisent : ce sont les suffragistes radicales. Le 1er mai 1900, elles lancent une pétition pour le droit de vote des femmes. Elles vont dans toutes les usines, y compris les plus petites filatures, pour rencontrer les ouvrières du coton. Elles recueillent 29 359 signatures. C’est le début d’un combat qui dure jusqu’en 1914.

Leur lutte pour le suffrage s’inscrit dans un combat plus vaste pour l’émancipation des femmes : pour de meilleures conditions de travail et contre les inégalités de salaire ; pour le droit des filles à l’éducation et des épouses au divorce ; pour l’égalité avec les hommes pour la garde des enfants ; pour le droit des femmes au travail ; pour l’émancipation ouvrière et le socialisme. Le militantisme lui-même est un combat, pour ces femmes qui doivent souvent tout à la fois élever une famille et gagner leur vie, avec « une main liée dans le dos ». Quand la guerre éclate, les suffragistes radicales sont antimilitaristes et pacifistes.

Traduction de Laurent Bury. Préface de Fabrice Bensimon.

Discutante : Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris-Diderot)

Cette séance est organisée par le CREA (EA370 – Paris Nanterre). Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr).

Brian Maidment: « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » (22/03)

Brian Maidment, de Liverpool John Moores University, présentera sa communication « The Death of Caricature? – The Comic Image 1820-1840 » le jeudi 22 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« Accounts of the history of the comic image in the 1820s and 1830s have largely been both elegiac and dismissive, mourning the decline of the caricature tradition represented by Gillray, Rowlandson and their contemporaries while simultaneously scorning the widespread production of what David Kunzle memorably called ‘graphic bric-a-brac’ in its place. Yet while there is something of a shift from witty and allusive political commentary to the celebration of the diversionary, the miscellaneous and the trivial, it is hard not to be impressed by the range, vigour and sheer exuberance with which satirical and humorous images invaded the market place for print in the period between 1820 and 1837. Using new or re-invigorated reprographic methods like wood engraving and lithography, the late Regency comic image was used to structure a wide range of generically innovative print genres and forms which included – in addition to various reformulations of entirely pictorial publication – songbooks, play texts, almanacs, annuals and periodicals. This mass of graphic production, much of it newly visible to scholars through digitisation, offers an important response to Regency urban culture which has up to now been undervalued by historians. Within this riot of print, the tradition of graphic political satire, while often incorporated into hybridised and generically complex print forms, was able to survive on at least into the early Victorian period. This paper seeks to offer a brief overview of the role of caricature and the comic within late Regency print culture. »

 

Emily Jones : Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (15/03)

Emily Jones, de Columbia University (Modern British History) présentera son ouvrage Edmund Burke and the Invention of Modern Conservatism, 1830-1914 (Oxford University Press, 2017) le jeudi 15 mars 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

“Edmund Burke is commonly described as ‘the founder of modern conservatism’, but this has not always been the case – especially in his adopted country of Britain. This paper explores his transformation from Irishman and Whig politician to ‘Burkean conservative’ through the politics, thought, and literature produced and consumed in Britain during the century following his death.”

Fabrice Bensimon : « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » (22/02)

Fabrice Bensimon, de Paris-Sorbonne et Research Fellow à University College London, présentera sa communication « Les sentiers de l’ouvrier. Quand les artisans britanniques émigraient vers le continent européen (1815-1870) » le jeudi 22 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« En 1817, trois artisans britanniques installent à Calais une mécanique à tulle. Ce sont les pionniers d’une filière de plusieurs milliers de migrants provenant de la région de Nottingham, vers le nord de la France où, au cours des décennies suivantes, ils construisent une industrie dentellière qui s’impose progressivement sur la dentelle manuelle. Dans l’industrie du fer, les maîtres de forge français, belges ou allemands recrutent pour leur part des ouvriers du sud du pays de Galles particulièrement qualifiés. Des mécaniciens sont appelés pour installer et faire fonctionner des machines souvent elles-mêmes importées d’outre-Manche. Dans le lin, des centaines d’ouvrières écossaises sont engagées pour travailler dans les fabriques. Quand le continent bâtit ses premiers chemins de fer, c’est encore aux Britanniques, ingénieurs, maçons, terrassiers, qu’il est fait appel. Ces milliers de migrants suscitent alors la curiosité non seulement des fabricants, mais aussi des pouvoirs publics et de la presse locale. Certains d’entre eux ont laissé des mémoires, qui aident à exhumer l’expérience de ces ouvriers itinérants, aux débuts de l’industrialisation européenne. »

Discutant : Paul-André Rosental, Professeur à Sciences-po, Chercheur associé à l’INED.

 

Ismérie Triquet : « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge » (08/02)

Ismérie Triquet, de l’Université Rennes II, présentera sa communication « Les représentations de la bataille d’Hastings dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge »  le jeudi 8 février 2018 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« La communication d’Ismérie Triquet propose de mettre en avant les représentations iconographiques de la bataille d’Hastings, dans les chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, et plus précisément dans la Grande Chronique de Normandie produite aux XIVe et XVe siècles. En effet, sur un corpus comptant 54 images, seules quatre présentent ce thème. Produits pour l’essentiel pendant la guerre de Cent Ans, notamment sous l’occupation anglaise, les manuscrits sont riches de textes relatant la bataille de 1066, alors que les images sont peu nombreuses. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Est-il lié aux commanditaires, aux destinataires ou encore aux méconnaissances des artistes chargés d’enluminer ces œuvres ? Il s’agira ainsi de déterminer si cette faible représentation est volontaire ou non, et si elle est liée au contexte historique. Enfin cette production sera comparée avec d’autres chroniques historiques de la fin du Moyen Âge, qu’elles soient rattachées à l’histoire anglaise ou non. Ainsi, on verra que la bataille d’Hastings ne représente pas un tabou dans la production iconographique de la fin du Moyen Âge. »