Mathilde Bertrand: “Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980: quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes?”

Mathilde Bertrand, de l’université Bordeaux-Montaigne, présentera sa communication “Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980 : quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes?” le jeudi 7 janvier de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: John Mullen , de l’université de Rouen

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Le mouvement community photography apparaît en Angleterre à la fin des années soixante. Il se développe dans le sillage de la contre-culture, dont il adopte la posture contestataire et le projet culturel alternatif. Alors que la photographie entre dans un processus de légitimation artistique, le mouvement engage une réflexion critique et politique sur les usages sociaux du médium. Il se façonne également selon des principes et objectifs proches du mouvement community action, activisme grassroots qui se développe dans les zones urbaines défavorisées et mobilise un discours radical d’émancipation et de participation collective de la population à l’échelle locale.
Le terme community photography renvoie dans les années soixante-dix à un ensemble de pratiques photographiques participatives, collectives, impliquées dans le tissu associatif sur des problématiques d’action sociale et culturelle. L’ambition est d’associer la photographie à un répertoire d’actions militantes, d’en faire un outil de remise en question des représentations dominantes. En mettant littéralement l’appareil photographique entre les mains des jeunes, des minorités ethniques, ou encore des femmes, les acteurs du mouvement cherchent à développer la conscience politique des groupes sociaux visés et à leur donner l’opportunité de se représenter, et ainsi de se définir, eux-mêmes. Il s’agit d’un mouvement méconnu dans l’historiographie de la période, profondément ancré dans un discours radical et qui participe pleinement d’une production théorique importante sur les enjeux politiques de la représentation.
A partir de plusieurs cas d’étude, on s’interrogera sur les ressources et les outils dont dispose l’historien pour appréhender ce mouvement artistique et politique. Sur le plan méthodologique, il s’agit d’associer un travail d’archive (sur des corpus rares et dispersés) et d’histoire orale, de reconstituer les réseaux, se s’interroger sur la réception et la diffusion des images, ainsi que sur la sociologie des acteurs. Au-delà de ces questions, cette histoire, qui s’épuise dans les années quatre-vingt-dix mais qui connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, permet de mettre en perspective un basculement idéologique à l’œuvre dans la Grande-Bretagne de la fin du XXe siècle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Delen (18 décembre 2015). Mathilde Bertrand: “Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980: quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes?” Séminaire franco-britannique d'histoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u144