Stéphane Jettot : « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » (12/03)


Attention : En raison de la grève du jeudi 5 mars dans les universités, la séance avec Stéphane Jettot ce jour-là est reportée au jeudi 12 mars (cf. ci-dessous). La séance prévue avec Laura Schwartz est reportée sine die.

Stéphane Jettot, de Sorbonne Université, présentera sa communication « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle » le jeudi 12 mars à 17h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, salle D421.

Résumé : Pendant l’époque moderne, peintres, sculpteurs, érudits et hérauts d’arme ont été chargés, par les élites anciennes et nouvelles, de la réalisation d’œuvres somptuaires destinées à la glorification des ancêtres.  Monuments funéraires, vitraux, tableaux, large ouvrages en vélin sont autant de supports prestigieux de cette ferveur généalogique. Après le Commonwealth, cette culture lignagère connaît un lent déclin et se trouve ensuite éclipsée par l’esprit des Lumières et la sociabilité  des coffee houses et des clubs. L’impulsion généalogique semble renaître à la faveur de la révolution française et des guerres napoléoniennes. Romans, sociétés savantes, dictionnaires biographiques, guides de voyage insèrent les récits familiaux aristocratiques dans une histoire nationale britannique à destination d’un plus large public. L’objectif de ma recherche est de restituer cette transition entre deux régimes généalogiques, l’un tourné vers la célébration exclusive de quelques familles et l’autre vers une culture patrimoniale et aristocratique. Il convient pour cela de reconsidérer la place du dix-huitième siècle dans cette évolution. La commercialisation par des libraires londoniens  de dictionnaires nobiliaires comme les Peerages ou les Baronetages, a joué un rôle considérable dans la reconfiguration des pratiques généalogiques. Ces dernières, loin de refléter les lubies de quelques nobles nostalgiques, offrent un point de vue inédit sur les transformations des élites britanniques sur un long dix-huitième siècle.