Claire Délen: “‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976”

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication “‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976” le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.

Alessandro Stanziani autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914

Alessandro Stanziani de l’EHESS ouvrira une discussion autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave, 2014, le jeudi 24 septembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: François-Joseph Ruggiu de Paris IV-Sorbonne.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé: Slaves, convicts, indentured immigrants, and unfree seamen have traveled the world’s oceans at many times and places throughout human history. Across the Atlantic, Mediterranean, Indian, and Pacific Oceans, this bondage took divergent forms and exhibited a range of historical dynamics. In spite of this variety, the conventional Atlantic World historical paradigm has largely shaped our understanding of modernity as being defined by exploration and discovery, European dominance, global capitalism, and the transition from slavery to free labor. Not only does this perspective evince a Eurocentric emphasis on the ‘uniqueness’ of the West, but it is increasingly contested even for the Atlantic itself. This provocative study contrasts the romantic conflation of freedom and the sea with the complex labor relationships of seamen, slaves, and immigrants in the Indian Ocean during the long nineteenth century. In the process, it advances a new framework for understanding labor, bondage, and modernization.

Jacques Carré: ” “La Bastille des pauvres”: écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″

Jacques Carré, professeur émérite à Paris IV, présentera sa communication ” “La Bastille des pauvres” : écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″ le jeudi 21 mai, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

La workhouse est une institution publique d’assistance qui, durant trois siècles, a hébergé les indigents qui acceptaient d’y entrer. Les valides devaient travailler en échange de leur entretien, et les non valides de tous âges étaient assistés d’une manière minimale. A la fois atelier et hospice, refuge des vagabonds et des fous, des orphelins et des vieillards, la workhouse vue du 21e siècle peut sembler avoir eu des missions contradictoires. Pourtant elle tire sa cohérence de son action sur les marges de la société. Son objectif a été de réintégrer ces catégories de gens dans une « normalité » biologique et économique. Il s’est agi à la fois de sauver des vies menacées et d’inculquer une discipline à des rebelles potentiels, l’objectif théorique étant de remettre tout le monde au travail. Continuer la lecture

Ophélie Siméon, “Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849)”

Ophélie Siméon, du Collège de France, présentera sa communication “Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849)” le jeudi 16 avril, de 17h30 à 19h30. Cette intervention remplace celle initialement prévue de Peter Mandler.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Robert Owen (1771-1858) est connu pour avoir structuré le premier mouvement socialiste britannique (ou « owénisme ») entre 1825 et 1849. Tirant parti d’une série d’expérimentations en ingénierie sociale mises en place au sein du village ouvrier modèle de New Lanark, qu’Owen avait dirigé de 1800 à 1825, le mouvement tente de remédier aux inégalités de l’ère capitaliste et industrielle en repensant la société sur un mode communautaire, seul à même selon les owénistes d’assurer l’harmonie entre les classes et la prospérité économique, pour apporter une réponse définitive à la « question sociale ». Continuer la lecture

Gopalan Balachandran, “Coolies to Cosmopolitans: the Global World of Indian Seafarers, c. 1870-1945”

Gopalan Balachandran du Graduate Institute de Genève présentera sa communication “Coolies to Cosmopolitans: the Global World of Indian Seafarers, c. 1870-1945” le jeudi 12 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR.

 

Résumé:

This talk discusses some key aspects of my research on Indian seafarers in international shipping in the nineteenth and twentieth centuries. Numbering in the tens of thousands and sailing round the world on British, American, and other merchant ships, seafarers were India’s, and possibly the world’s, first global workers. Working on decks, and in engine rooms, kitchens, and cabins of luxury liners and tramps, in times of peace these maritime workers were an invisible but indispensable part of the world forming at the time, not only through the vessels they sailed and the cargoes and passengers these carried, but also their own lives afloat and ashore. When Britain went to war, they made a crucial difference for it between life and death, survival and starvation, victory and defeat.

Continuer la lecture

Adrian Gregory: “The Last War: Further reflections on Britain and the Great War”

Adrian Gregory, de Pembroke College, Oxford, présentera sa communication “The Last War: Further reflections on Britain and the Great War” le jeudi 19 février, de 17h30 à 19h30.

Discutante: Franziska Heimburger

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Adrian Gregory est l’auteur de The Last Great War: British Society and the First World War (Cambridge, 2008). Quatrième de couverture:

What was it that the British people believed they were fighting for in 1914–18? This compelling history of the British home front during the First World War offers an entirely new account of how British society understood and endured the war. Drawing on official archives, memoirs, diaries and letters, Adrian Gregory sheds new light on the public reaction to the war, examining the role of propaganda and rumour in fostering patriotism and hatred of the enemy. He shows the importance of the ethic of volunteerism and the rhetoric of sacrifice in debates over where the burdens of war should fall as well as the influence of religious ideas on wartime culture. As the war drew to a climax and tensions about the distribution of sacrifices threatened to tear society apart, he shows how victory and the processes of commemoration helped create a fiction of a society united in grief.

Anna Jenkin: “Condamner, imprimer et lire la meurtrière au 18e siècle à Londres et à Paris”

Anna Jenkin, de l’Université de Sheffield, présentera sa communication “Condamner, imprimer et lire la meurtrière au 18e siècle à Londres et à Paris” le jeudi 12 février, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Résumé:

It has been long accepted that women who committed murder in early modern Europe were treated differently from men both in the judicial system and in print culture because the act of murder committed by a woman was more transgressive and subversive than that committed by a man. But this close analysis of the judicial records of London and Paris and the print culture generated around particular cases of female-perpetrated murder will show that this was not the case. Judicially, female-perpetrated murder had low conviction rates in both cities and concern only really focused upon particular kinds of murderesses. In print culture generally cases of female perpetrated murder did not attract any interest at all, yet a very few cases attracted extraordinary levels of print and imaginative engagement. Gender cannot therefore be the only factor in understanding perceptions of the murderess for this this time period, and through the study of Parisian and London reactions to such women we can learn a great more about the specific environments of these two European environments during a period of dramatic change.

Carolyn Steedman, “Writing a writer: Joseph Woolley, Sir Gervase Clifton, and the Law”

Carolyn Steedman, de l’université de Warwick, présentera sa communication “Writing a writer:  Joseph Woolley, Sir Gervase Clifton, and the Law”, autour de son ouvrage, An Everyday Life in the English Working Class. Work, Self and Sociability in the Early Nineteenth Century (Cambridge, 2013), le jeudi 5 février à 17h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

This book concerns two men, a stockingmaker and a magistrate, who both lived in a small English village at the turn of the nineteenth century. It focuses on Joseph Woolley the stockingmaker, on his way of seeing and writing the world around him, and on the activities of magistrate Sir Gervase Clifton, administering justice from his country house Clifton Hall. Using Woolley’s voluminous diaries and Clifton’s magistrate records, Carolyn Steedman gives us a unique and fascinating account of working-class living and loving, and getting and spending. Through Woolley and his thoughts on reading and drinking, sex, the law and social relations, she challenges traditional accounts which she argues have overstated the importance of work to the working man’s understanding of himself, as a creature of time, place and society. She shows instead that, for men like Woolley, law and fiction were just as critical as work in framing everyday life.

Tim Causer: ” “On British felony, the sun never sets”: Australian convict narratives, 1788 to 1868″

Tim Causer, de University College, London, présentera sa communication “”On British felony, the sun never sets”: Australian convict narratives, 1788 to 1868”, le jeudi 29 janvier, de 17h30 à 19h30.

Discutante: Vanessa Castejon

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Between 1788 and 1868, an estimated 160,000 men, women and children were transported to the penal colonies of New South Wales, Van Diemen’s Land, Norfolk Island, and Western Australia. Notwithstanding court accounts and the enormously detailed records of the convict administration which encompassed punishment records, petitions, and indents, very few transportees left behind some form of narrative about their lives. Continuer la lecture

Dominique Kalifa et Frédéric Regard: “Féminisme et prostitution dans l’Angleterre des années 1870 et 1880”

Dominique Kalifa et Frédéric Regard ouvreront une discussion autour de Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler , textes réunis et présentés par Frédéric Regard, en collaboration avec Florence Marie et Sylvie Regard, Lyon, ENS Editions, 2013 ; et de : William Thomas Stead, Pucelles à vendre. Londres 1885, postface de Dominique Kalifa, Paris, Alma, 2013. La séance aura lieu le jeudi 18 décembre de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

L’Anglaise Josephine Butler (1828-1906) fait partie des grandes oubliées de l’histoire du féminisme. C’est elle, pourtant, qui précipita au XIXe siècle  une révolution du regard porté sur la prostitution, en fondant en 1869 la Ladies National Association afin d’obtenir l’abrogation des « Lois sur les maladies contagieuses ». Butler fut la première à voir dans la prostituée non plus une perverse, mais la victime d’un système d’exploitation. Lorsque les Lois furent finalement abrogées en 1886, c’est tout le rapport au corps de la femme qui avait été redéfini. Continuer la lecture

Peter Gray, “The Great Irish Famine and Transatlantic Historiographies, 1847-1914”

Peter Gray, de Queen’s University, Belfast, présentera sa communication “The Great Irish Famine and Transatlantic Historiographies, 1847-1914”, le jeudi 11 décembre. Exceptionnellement, cette séance aura lieu de 18h à 20h. La séance est organisée conjointement avec Mondes Anglophones, Politique et Société (MAPS) de Paris IV – Sorbonne.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR.

Résumé:

The second half of the 19th century saw in the Anglophone world the growing prestige of ‘History’ as an authoritative genre for the interpretation of past events, and to some extent the growing prominence of ‘historians’ (some self-defined, others holding prestigious professional positions) as public intellectuals commenting on current affairs. This lecture will focus on the self-consciously ‘historical’ constructions of the Great Irish Famine in the decades preceding the First World War, aware that these occurred in the contexts of both a frenzy of politicised instrumentalisation of the crisis by Irish nationalists and the salience of recalled memory on the part of many of the writers who had been observers or participants in the events they depicted. It gives particular emphasis to the transatlantic nature of the historical formation of the Famine, not just because of the immense importance of Irish America as a site of Famine memorialisation, but also because of the role played by Anglo-America as the focus for much of the public contestations of meaning articulated by British and Irish liberal as well as Irish nationalist writers.

Christine Kinealy, “Women and the Great Irish Famine”

Christine Kinealy de Quinnipiac University (Connecticut) présentera sa communication “Women and the Great Irish Famine” le jeudi 4 décembre. Exceptionnellement, cette séance aura lieu de 18h à 20h.

Le nombre de places étant limité, l’inscription est obligatoire (et gratuite): sur cette page Doodle. Le podcast de la communication sera rendu disponible dès que possible par un lien dans ce billet.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Marie Terrier: “The Link (1888) : l’expérience d’Annie Besant et de W.T. Stead entre socialisme et nouveau journalisme”

Marie Terrier, de l’Université de Paris III, présentera sa communication “The Link (1888) : l’expérience d’Annie Besant et de W.T. Stead entre socialisme et nouveau journalisme”, le 6 novembre, de 17h30 à 19h30.

Discutante: Ophélie Siméon (Collège de France).

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR.

Résumé:

Chacun à leur manière, Annie Besant (1847-1933) et William Thomas Stead (1849-1912) font partie des personnages incontournables du Londres radical et socialiste de la fin du XIXe siècle. Leurs activités et leurs écrits ont fait l’objet de nombreuses études. Pourtant, Annie Besant, la socialiste militante, et W.T. Stead, le journaliste d’investigation radical, sont rarement étudiés simultanément Continuer la lecture