Selina Todd, autour de son livre The People: The Rise and Fall of the Working Class, 1910-2010

Selina Todd, de l’Université d’Oxford, ouvrira une discussion autour de son livre The People: The Rise and Fall of the Working Class, 1910-2010 (London, John Murray, 2014) le jeudi 17 mars de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: Yann Béliard de l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Présentation de l’éditeur : ‘There was nothing extraordinary about my childhood or background. And yet I looked in vain for any aspect of my family’s story when I went to university to read history, and continued to search fruitlessly for it throughout the next decade. Eventually I realised I would have to write this history myself.’

What was it really like to live through the twentieth century? In 1910 three-quarters of the population were working class, but their story has been ignored until now. Based on the first-person accounts of servants, factory workers, miners and housewives, award-winning historian Selina Todd reveals an unexpected Britain where cinema audiences shook their fists at footage of Winston Churchill, communities supported strikers and pools winners (like Viv Nicholson) refused to become respectable. Charting the rise of the working class, through two world wars to their fall in Thatcher’s Britain and today, Todd tells their story for the first time, in their own words. Uncovering a huge hidden swathe of Britain’s past, The People is the vivid history of a revolutionary century and the people who really made Britain great.

Mathilde Bertrand: “Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980: quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes?”

Mathilde Bertrand, de l’université Bordeaux-Montaigne, présentera sa communication “Le mouvement community photography dans les années 1970 et 1980 : quelle approche méthodologique pour l’histoire des pratiques photographiques militantes?” le jeudi 7 janvier de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

En raison des contrôles de sécurité, les personnes extérieures à Paris IV souhaitant assister à ce séminaire sont invitées à se munir d’une carte d’étudiant ou d’une carte professionnelle, ou encore d’une carte d’identité et de cette annonce imprimée.

Discutant: John Mullen , de l’université de Rouen

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Le mouvement community photography apparaît en Angleterre à la fin des années soixante. Il se développe dans le sillage de la contre-culture, dont il adopte la posture contestataire et le projet culturel alternatif. Alors que la photographie entre dans un processus de légitimation artistique, le mouvement engage une réflexion critique et politique sur les usages sociaux du médium. Il se façonne également selon des principes et objectifs proches du mouvement community action, activisme grassroots qui se développe dans les zones urbaines défavorisées et mobilise un discours radical d’émancipation et de participation collective de la population à l’échelle locale. Continuer la lecture

Franziska Heimburger: “Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War”

Franziska Heimburger, de l’Université Paris IV-Sorbonne, présentera sa communication “Mésentente Cordiale? Languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War” le jeudi 22 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant : André Loez (historien de la grande guerre, membre du Crid 14-18, professeur en classes préparatoires)

Podcast ci-dessous ou sur le site de la SAS:

Résumé:

Previous scholarship on the Allied coalition during the First World War has tended to stress the misunderstandings and distrust between the individuals representing their countries at high command level. There is an unexplained tension between this mésentente and the durable nature of the coalition and eventual victory of the French, British and Americans on the Western Front which leaves the lower echelons underexplored. In a joint and linked study of language practice and military logistics we can write a history which tells us both how these exchanges were possible and to what extent they contributed to the Allies’ victory. Official and private archival material enables us both to read traces of language from the perspective of the history of international exchanges and also to understand choices in military logistics from the point of view of interpreting and translation studies. Continuer la lecture

Claire Délen: “‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976”

Claire Delen, de l’Université paris IV-Sorbonne, présentera sa communication “‘First Name in Biscuits’: production et consommation des biscuits Huntley and Palmers, 1841-1976” le jeudi 15 octobre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutante: Marie-Emmanuelle Chessel de l’EHESS

Le podcast est disponible ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé:

Huntley and Palmers, nom oublié aujourd’hui, était le plus grand producteur de biscuits à la fin du 19e siècle, et la France était sa première destination d’exportation. Ses biscuits de luxe rappellent un mode de production et surtout de consommation oublié. Le consommateur de la fin du 19e et du début du 20e siècle se voyait offrir des centaines de biscuits différents, tous plus raffinés les uns que les autres. Réservés aux classes moyennes et supérieures de par leur prix, ces biscuits étaient consommés par les enfants aussi bien que par les adultes dans les soirées chics, et par les têtes couronnées d’Europe et de l’Empire. Huntley and Palmers a innové et façonné le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui. Mais la démocratisation du biscuit au milieu du 20e siècle et la grande distribution ont finalement apporté aux classes populaires un produit auparavant réservé à l’élite, sonnant le glas de ces firmes de luxe, des catalogues aux centaines de biscuits, et des boîtes en fer-blanc ouvragées.

Alessandro Stanziani autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914

Alessandro Stanziani de l’EHESS ouvrira une discussion autour de son livre Sailors, Slaves, and Immigrants. Bondage in the Indian Ocean World, 1750-1914, Palgrave, 2014, le jeudi 24 septembre de 17h à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Discutant: François-Joseph Ruggiu de Paris IV-Sorbonne.

Podcast ci-dessous et sur le site de la SAS:

Résumé: Slaves, convicts, indentured immigrants, and unfree seamen have traveled the world’s oceans at many times and places throughout human history. Across the Atlantic, Mediterranean, Indian, and Pacific Oceans, this bondage took divergent forms and exhibited a range of historical dynamics. In spite of this variety, the conventional Atlantic World historical paradigm has largely shaped our understanding of modernity as being defined by exploration and discovery, European dominance, global capitalism, and the transition from slavery to free labor. Not only does this perspective evince a Eurocentric emphasis on the ‘uniqueness’ of the West, but it is increasingly contested even for the Atlantic itself. This provocative study contrasts the romantic conflation of freedom and the sea with the complex labor relationships of seamen, slaves, and immigrants in the Indian Ocean during the long nineteenth century. In the process, it advances a new framework for understanding labor, bondage, and modernization.

Jacques Carré: ” “La Bastille des pauvres”: écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″

Jacques Carré, professeur émérite à Paris IV, présentera sa communication ” “La Bastille des pauvres” : écrire l’histoire de la workhouse anglaise, 1630-1930″ le jeudi 21 mai, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

La workhouse est une institution publique d’assistance qui, durant trois siècles, a hébergé les indigents qui acceptaient d’y entrer. Les valides devaient travailler en échange de leur entretien, et les non valides de tous âges étaient assistés d’une manière minimale. A la fois atelier et hospice, refuge des vagabonds et des fous, des orphelins et des vieillards, la workhouse vue du 21e siècle peut sembler avoir eu des missions contradictoires. Pourtant elle tire sa cohérence de son action sur les marges de la société. Son objectif a été de réintégrer ces catégories de gens dans une « normalité » biologique et économique. Il s’est agi à la fois de sauver des vies menacées et d’inculquer une discipline à des rebelles potentiels, l’objectif théorique étant de remettre tout le monde au travail. Continuer la lecture

Berny Sèbe autour de son livre Heroic Imperialists in Africa

Berny Sèbe, de l’Université de Birmingham, ouvrira une discussion autour de son livre Heroic Imperialists in Africa. The Promotion of British and French Colonial Heroes, 1870–1939 (Manchester, 2013), le jeudi 7 mai, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

Résumé:

De David Livingstone à Charles de Foucauld, de Pierre Savorgnan de Brazza au Général Gordon, du « sirdar » Kitchener à Jean-Baptiste Marchand, les porte-drapeaux de la « mission civilisatrice », munis de leur Bible ou de leur fusil – parfois des deux, ont souvent été fêtés avec enthousiasme dans leurs pays. Leurs « exploits » ont fait la une des journaux, inspirant des générations de biographes, peintres et cinéastes. Continuer la lecture

Gopalan Balachandran, “Coolies to Cosmopolitans: the Global World of Indian Seafarers, c. 1870-1945”

Gopalan Balachandran du Graduate Institute de Genève présentera sa communication “Coolies to Cosmopolitans: the Global World of Indian Seafarers, c. 1870-1945” le jeudi 12 mars, de 17h30 à 19h30.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous ou sur le site de l’IHR.

 

Résumé:

This talk discusses some key aspects of my research on Indian seafarers in international shipping in the nineteenth and twentieth centuries. Numbering in the tens of thousands and sailing round the world on British, American, and other merchant ships, seafarers were India’s, and possibly the world’s, first global workers. Working on decks, and in engine rooms, kitchens, and cabins of luxury liners and tramps, in times of peace these maritime workers were an invisible but indispensable part of the world forming at the time, not only through the vessels they sailed and the cargoes and passengers these carried, but also their own lives afloat and ashore. When Britain went to war, they made a crucial difference for it between life and death, survival and starvation, victory and defeat.

Continuer la lecture

Adrian Gregory: “The Last War: Further reflections on Britain and the Great War”

Adrian Gregory, de Pembroke College, Oxford, présentera sa communication “The Last War: Further reflections on Britain and the Great War” le jeudi 19 février, de 17h30 à 19h30.

Discutante: Franziska Heimburger

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Adrian Gregory est l’auteur de The Last Great War: British Society and the First World War (Cambridge, 2008). Quatrième de couverture:

What was it that the British people believed they were fighting for in 1914–18? This compelling history of the British home front during the First World War offers an entirely new account of how British society understood and endured the war. Drawing on official archives, memoirs, diaries and letters, Adrian Gregory sheds new light on the public reaction to the war, examining the role of propaganda and rumour in fostering patriotism and hatred of the enemy. He shows the importance of the ethic of volunteerism and the rhetoric of sacrifice in debates over where the burdens of war should fall as well as the influence of religious ideas on wartime culture. As the war drew to a climax and tensions about the distribution of sacrifices threatened to tear society apart, he shows how victory and the processes of commemoration helped create a fiction of a society united in grief.

Guillemette Crouzet, «”An imperial tour”. Le voyage de Lord Curzon en 1903 ou “l’achèvement” d’un siècle de politique anglo-indienne dans le Golfe?»

Guillemette Crouzet, de l’Université Paris IV-Sorbonne, présentera sa communication «”An imperial tour”. Le voyage de Lord Curzon en 1903 ou “l’achèvement” d’un siècle de politique anglo-indienne dans le Golfe? », le jeudi 13 novembre, de 17h30 à 19h30.

Discutant: Daniel Foliard, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR.

Résumé:

Nous nous proposons d’analyser un épisode méconnu de la vie du vice-roi des Indes Lord Curzon : le voyage qu’il effectua dans le golfe Persique en 1903.

A l’encontre de l’historiographie, nous envisagerons comment ce « tour » marque davantage l’aboutissement d’un siècle de politique anglo-indienne dans le Golfe qu’un tournant et comment Curzon est plutôt l’héritier et le consolidateur d’une œuvre commencée un siècle auparavant par Bombay et poursuivie au fil des « mutations » par le Government of India. Surtout, à travers le parcours et les rituels mis en scène par Curzon lors des escales, c’est l’importance du Golfe dans l’Empire du Raj qui sera discutée, un espace qui, de marge peuplé de « pirates » et de tribus gagnées au wahhabisme, avait progressivement gagné en centralité, jusqu’à préfigurer le Moyen-Orient de A. T. Mahan et de V. Chirol.