Autour de thèses en cours sur l’histoire ouvrière dans le monde britannique (04/04)

Dans le cadre d’une séance autour de thèses en cours sur l’histoire ouvrière dans le monde britannique, Anh-Dao Bui Tran (Paris Sorbonne) parlera des ouvriers de la construction au Canada (années 1850) ; Justine Cousin (Paris Sorbonne) parlera des marins extra-européens des compagnies maritimes britanniques (1860-1960) ; et Béatrice Robic (Paris Sorbonne) parlera du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles aux débuts de la scolarité obligatoire (1870-1914).

Cette séance remplace celle initialement prévue avec Catherine Hall, qui n’est pas disponible.

 Discutants : Yann Béliard (Paris 3) et Philippe Minard (Paris 8/EHESS)

Jessica Davidson : “Les foires provinciales en Angleterre (1750-1850)” (21/03)

Jessica Davidson, de l’Université d’Oxford, présentera sa communication “Les foires provinciales en Angleterre (1750-1850)”, le jeudi 21 mars 2019 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Jessica Davidson a entrepris d’importantes recherches sur les fonctions économiques et politiques des foires anglaises de 1750 à 1850. Leur importance dans la vie locale et régionale du pays a été occultée par une historiographie imposante valorisant les pratiques consuméristes des élites et des classes moyennes ou bien les échanges de produits sur une échelle globale. Pour l’Angleterre, l’organisation des échanges a surtout été analysée à partir du commerce urbain de détail aux dépens des formes plus anciennes de transactions qui se déroulaient dans les foires depuis l’époque médiévale. Le paradigme d’une modernité économique au dix-huitième siècle ne doit pas faire oublier la persistance de rituels civiques et négociants autour des foires locales. L’exemple de Bristol et de son arrière-pays constituera la toile de fond de cette enquête et permettra de penser l’articulation entre économie et territoire urbain.

Michael Penman: « The Scottish royal monastic mausoleum: new light on Dunfermline Abbey c.1093-c.1820 » (14/03)

Dr Michael Penman, de l’Université de Stirling, présentera sa communication « The Scottish royal monastic mausoleum: new light on Dunfermline Abbey c.1093-c.1820 » le jeudi 14 mars de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Abstract:
L’abbaye bénédictine de Dunfermline (Fife) servit de mausolée pour l’inhumation des membres de la famille royale écossaise pendant une grande partie de la période allant du XIe au début du XIVe siècle. Toutefois, la Réforme protestante écossaise (1560) et le parti-pris qui en est résulté pour son Église nationale, l’historiographie et la culture émergente d’héritage ont presque totalement occulté la nature complexe de la royauté sacrée de l’Écosse médiévale et ses formes sépulcrales et liturgiques. En combinant soigneusement les fragments d’archives du Moyen Âge, les observations des Antiquaires et les résultats des repérages grâce aux radars de sondage au sol, cette communication cherche à réévaluer le développement du « Saint-Denis » ou du « Westminster » écossais, en retraçant l’influence de ces grandes églises royales, ainsi que celle d’autres églises comme Cantorbéry (et le culte de saint Thomas martyr) sur les formes et la signification du développement de Dunfermline. Elle offre aussi des perspectives nouvelles sur un mystère écossais qui n’a toujours pas été résolu : la tombe et le squelette qui furent découverts en 1818 quand le chœur médiéval de Dunfermline fut déblayé et reconstruit étaient-ils bien ceux de Robert Ier Bruce (roi de 1306 à 1329) ?

Michael Penman est Senior Lecturer à l’Université de Stirling (Écosse). Parmi ses publications : Absentee Authority across Medieval Europe (2017, avec F. Lachaud), Robert the Bruce : King of the Scots (2014), Monuments and Monumentality across Medieval and Early Modern Europe (éd., 2013), David II : 1329-71 (2005).


Entrée libre. La communication aura lieu en anglais (avec un texte distribué sur place).

Jill Bender : “The ‘Marriage Force’: Mid-nineteenth-century Irish female migration to southern Africa” (28/02)

Jill Bender, de University of North Carolina at Greensboro, présentera sa communication “The ‘Marriage Force’: Mid-nineteenth-century Irish female migration to southern Africa” le jeudi 28 février de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.


Abstract:
During the mid-nineteenth century, colonial officials proposed sending impoverished Irish women to the distant colonies of the British Empire, where they might marry restless settlers. On the surface, these migration schemes appeared to benefit both Ireland and the colonies of destination, including Australia, Canada, and southern Africa. According to colonial officials, Ireland would be rid of a superfluous population, the Irish women would attain social and economic advancement, and the colonies would gain much-needed female migrants. Yet, authorities quickly found their optimism tempered by realities, as they faced difficulties posed by religious and cultural differences before the migrant ships had even departed. In this paper, Jill Bender examines an 1850s migration scheme designed to send Irish women to marry members of the British German Legion in southern Africa. Her study not only addresses questions of migration and gender, but also explores the ways in which local concerns in Britain and Ireland could and did shape imperial policies.

Discutante : Marie Ruiz (Université Jules Verne, Amiens)

Lizzie Collingham : “Confessions of a Reluctant Food Historian” (21/02)

Lizzie Collingham (Cambridge) : “Confessions of a Reluctant Food Historian”, le jeudi 21 février 2019 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

It won’t be a conventional academic paper as Lizzie Collingham is not a conventional academic but instead she will muse about food as a potentially innovative way of approaching history and also as a way of reaching a wide audience. She will do this using examples from her books: Imperial Bodies, Curry, The Taste of War and The Hungry Empire.

Discutant : Denis Saillard, Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines (UVSQ).


La séance est organisée par CREW (Paris 3-Sorbonne Nouvelle), en partenariat avec Sorbonne Université (HDEA & Centre Roland Mousnier – UMR 8596), l’Institute of Historical Research (Londres), AGORA (Cergy Pontoise), le CREA (Paris-Nanterre), le LARCA-UMR 8225 (Paris-Diderot) et l’Institut universitaire de France.

John Blair : « Anglo-Saxon Settlements and Buildings in a Continental Perspective » (14/02)

John Blair, de l’université d’Oxford, présentera sa communication « Anglo-Saxon Settlements and Buildings in a Continental Perspective » le jeudi 14 février 2019 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421.

Jusqu’à une époque récente, les traces d’habitats ruraux anglo-saxons étaient avant tout datés de la période antérieure à 600 ap. J.-C. Au cours des deux dernières décennies toutefois, de nombreuses fouilles de sites datant du VIIe au XIe siècle ont eu lieu, et il devient possible d’établir des typologies cohérentes et des séquences chronologiques, à la fois pour les habitats et pour les bâtiments individuels. Cette communication place l’image émergente d’une culture de la construction en bois en Angleterre dans le contexte des développements en Scandinavie, dans les Pays-Bas et dans la France du Nord, soulignant à la fois des similarités et des différences frappantes.

Discutante : Elisabeth Lorans, Université de Tours.

John Blair est professeur d’histoire médiévale et d’archéologie à l’Université d’Oxford et Fellow in History au Queen’s College, Oxford. Ses travaux portent sur les sites d’habitat, les constructions, la culture matérielle et la société de la Grande-Bretagne et de l’Europe au haut Moyen Âge. Ses publications incluent The Church in Anglo-Saxon Society (2005) et Building Anglo-Saxon England (2018).

La conférence aura lieu en anglais. Entrée libre. Pour tout renseignement complémentaire : frederique.lachaud@sorbonne-universite.fr

David Motadel “Spectacles of Sovereignty: Persian Shahs in Imperial Britain, 1873-1905” (07/02)

Dr David Motadel (Assistant Professor of International History, Department of International History, London School of Economics and Political Science (LSE)), présentera sa communication “Spectacles of Sovereignty: Persian Shahs in Imperial Britain, 1873-1905” le jeudi 7 février 2019 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

Abstract:

“The paper explores the royal visits of the Persian monarchs Nasiral-Din Shah (1873, 1878, 1889) and Muzaffar al-Din Shah (1900, 1902,1905) to Imperial Britain. Both monarchs were received with full pomp in places like London, Windsor, and Edinburgh. The visits of the shahs all became huge public events, attracting many thousands of onlookers onto the streets. The paper offers a reinterpretation of the relationship between European and non-European rulers in an age of European domination. It explores how participation in the rituals and ceremonials of a state visit – such as gift-giving, the exchange of decorations, and military spectacle – gave expression to the non-European monarchs’ dynastic legitimacy and their country’s sovereignty. It discusses the ways in which state visits provided non-European monarchs with a way of integrating themselves and their countries into a system of international relations that was dominated by the European powers.”

Discutante : Guillemette Crouzet (Université de Warwick)

Joanna Innes: “What price the long eighteenth century? Costs and benefits of this periodization.” (31/01)

Joanna Innes, de Somerville College, Oxford, et professeure invitée à l’EHESS, présentera sa communication “What price the long eighteenth century? Costs and benefits of this periodization.” le jeudi 31 janvier 2019 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

Abstract:

In this talk I will reflect on a concept that has played an important part in organising thinking about British history since the 1980s: the concept of the ‘long eighteenth century’. I will explore how and speculate about why the phrase caught on. It now figures in the titles of many publications, and in the text of still more; it plays a part in determining how teaching is organised and research projects are conceptualised. It is associated with a very influential set of paradigms, including the ‘fiscal-military state’, the formation of British identity; enlightenment and politeness. Because it has important intellectual and practical effects, it’s important that we should reflect on its uses and limitations. I will share my thoughts on these, with a view to stimulating more general discussion. I am particularly concerned with the effects this concept has had in practice – perhaps not necessarily, but in practice – on how we think about early nineteenth-century British history, but I’d encourage those attending to engage with these questions from their own research and teaching perspectives.

Discutant : Jean-François Dunyach

Mélanie Cournil : « ‘Should auld acquaintance be forgot?’ Les Ecossais et le système esclavagiste britannique, XVIIe-XIXe siècles » (20/12)

Mélanie Cournil, de Sorbonne Université, présentera sa communication « ‘Should auld acquaintance be forgot?’ Les Ecossais et le système esclavagiste britannique, XVIIe-XIXe siècles » le jeudi 20 décembre 2018 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

L’intervention portera sur le rôle des Écossais dans le système esclavagiste dans les colonies nord-américaines et des Antilles à la suite de l’Union de 1707. Cet aspect problématique de l’histoire écossaise suscite depuis quelques années l’intérêt du monde académique mais demeure encore largement ignoré du grand public. Il sera donc ici question d’analyser les modalités de la participation des Écossais à l’institution esclavagiste, en abordant la traite, le commerce et la transformation de produits coloniaux, ainsi que l’économie de plantation qui reposait sur une main-d’œuvre servile d’origine africaine. Cette intervention aura pour objectif de démontrer que le rôle des Écossais dans le système esclavagiste tout au long des XVIIIe et XIXe siècles a facilité leur intégration politique, économique et sociale tant dans les colonies qu’en métropole, et en a fait des acteurs essentiels de l’Empire britannique.

Discutant : Jean-François Dunyach

Mélanie Cournil est Maîtresse de conférences en civilisation britannique à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur le rôle des Écossais dans le système esclavagiste britannique et dans les campagnes abolitionnistes des XVIIIe et XIXe siècles. Elle s’est intéressée plus récemment à la pratique de la médecine au sein de la société esclavagiste de l’île de la Dominique. Son nouveau projet de recherche porte sur la formation de l’Argyll Colony, une communauté informelle de colons écossais s’appuyant sur la pratique esclavagiste, dans l’ouest de la Jamaïque au cours du XVIIIe siècle.

Le texte de la communication sera disponible sur simple demande.

Diane Purkiss: “English Food: An Awful History” (13/12)

Diane Purkiss, de Keble College, Oxford, présentera sa communication “English Food: An Awful History” le jeudi 13 décembre de 17h30 à 19h.
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

Résumé :

“This paper explores the history of English food, and argues that while other European foodways are based on the du terroir importation of regional foods into the capital cities, English food is rather a series of imports from entirely other cuisines, first Arabic, then French, Indian, and Italian. Beneath this ever-changing marketplace of the partially understood and the cheaply reproduced, a few stubborn preferences are retained across the years, preferences for very spicy foods, white sweetness, and salt with sourness. And there is also a substrate that is still visible in real ale and Marmite, Yorkshire Gold tea and clotted cream, for very dark umami foods like Gentleman’s Relish and venison once enjoyed by the upper classes, the club foods of London.”

Discutant : Dino Meloni (Université de Tours)

Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr)

Mrinalini Sinha : “Anatomy of a Protest: The Abolition of Indian Indentured Labor in the British Empire” (06/12)

Mrinalini Sinha, de University of Michigan, présentera sa communication  “Anatomy of a Protest: The Abolition of Indian Indentured Labor in the British Empire” le jeudi 6 décembre de 17h30 à 19h.
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e , salle D421

Résumé :
“Kunti, a dalit (“untouchable” caste) woman, became the poster child for the nation-wide movement in India against the abolition of the system of indentured labor in 1917. The system, managed by the colonial government in India, had supplied approximately 1.3 million workers from India to plantations overseas in the aftermath of the abolition of Atlantic slavery in the 1830s. This paper explores how a woman at the very bottom of the caste hierarchy in India became the face for an empire-wide change. It will argue that Kunti’s role in the movement illustrates an important dimension of the abolitionist movement: the construction of the “people” (or the demos) as the subject of a new kind of politics in late colonial India.”

Emily Baughan : “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism” (29/11)

Emily Baughan, de University of Sheffield, présentera sa communication “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism” le jeudi 29 novembre 2018 de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.


Résumé :

“The 1960s saw the rapid dismantling of the British empire, and the simultaneous rise of a British international development industry. A recent literature has argued that the rise of development at the moment of decolonisation was a means for British public and government to retain their position as global leaders after empire’s end. Development repackaged traditions of colonial rule as international benevolence, and repurposed imperial expertise for new international development projects.  In this paper, I provide a new perspective on British involvement in the ‘development decade’ of the 1960s, examining the relationship between humanitarian interventions overseas and the growing apparatus of the welfare state at home. The doctrine of development was highly dependent on advances in welfare in Britain. Development programmes were a space in which African and Caribbean nurses – many of whom had trained in the postwar British welfare state –gained power and position in their communities. It was these women, rather than expatriate male experts – who shaped the British development agenda on the ground.  Certainly, development was a legacy of British imperialism. Yet, development should also be understood as an attempt to globalise postwar welfare, and to challenge the very colonial legacies that it sought to embed.”

Professeur Stephen Conway (UCL), autour de son ouvrage Britannia’s Auxiliaries: Continental Europeans and the British Empire, 1740-1800 (Oxford, 2017), 22/11

Professeur Stephen Conway, de UCL, présentera sa communication autour de son ouvrage Britannia’s Auxiliaries: Continental Europeans and the British Empire, 1740-1800 (Oxford, 2017) le jeudi 22 novembre de 17h30 à 19h.  Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

L’intervention du Professeur Stephen Conway portera sur son dernier ouvrage Britannia’s Auxiliaries: Continental Europeans and the British Empire, 1740-1800 (Oxford, 2017) autour de la composition des armées britanniques et sur la présence significative de soldats européens continentaux dans l’effort de guerre. La défense des intérêts britanniques sur le continent comme dans les colonies repose en réalité sur la mobilisation de ressources et de personnels à l’échelle de toute l’Europe.

Professeur Stephen Conway (UCL) est un spécialiste de l’histoire politique des îles britanniques au XVIIIe siècle et en particulier de la guerre de Sept Ans (1756-1763) et de la guerre d’Indépendance américaine (1774-1783). Parallèlement aux perspectives militaires ou stratégiques, Stephen Conway envisage les conséquences sociales et culturelles de ces conflits à l’échelle britannique. A travers divers ouvrages, il a souligné la force des localismes écossais et irlandais et la lente création d’une identité britannique à travers les épreuves de la guerre et la circulation importante de soldats de part et d’autre de l’Atlantique. 
The British Isles and the War of American Independence. Oxford: Oxford University Press, 2000.
War, State and Society in Mid-Eighteenth-Century Britain and Ireland, Oxford: Oxford University Press,  2006
Britain, Ireland, and Continental Europe in the Eighteenth Century: Similarities, Connections, Identities, Oxford: Oxford University Pres, 2011.

Ses recherches tournent également autour de la question des forces et des faiblesses de l’Etat militaro-fiscal britannique à partir d’une approche comparée avec les autres puissances continentales, notamment la France.
CONWAY Stephen  et TORRES SÁNCHEZ Rafael, dir., The Spending of States : Military Expenditure during the Long Eighteenth Century ; Patterns, Organization, and Consequences, 1650-1715, Sarrebruck, Verlag Dr. Muller, 2011    

Discutante: Emilie Dosquet (Paris I)

Rémy Ambühl : « Ethique et politique de la reddition: trahison, procès et récriminations dans les années 1370 » (15/11)

Rémy Ambühl, de l’Université de Southampton, présentera sa communication « Ethique et politique de la reddition: trahison, procès et récriminations dans les années 1370 » le jeudi 15 novembre de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

L’intervention portera sur le contexte et les enjeux du procès exceptionnel de deux capitaines au service de la couronne d’Angleterre, accusés d’avoir livré illicitement aux Français deux forteresses se situant aux marches de Calais, en 1377. Ce procès offre un point de vue original et détaillé sur le droit de la guerre et sa mise en vigueur à cette époque. Par ailleurs, ces poursuites, qui se déroulent devant le parlement anglais, aux yeux de la communauté du royaume, dénoncent leur dimension politique qu’il s’agira ici de mettre en lumière.


Rémy Ambühl est senior lecturer à l’Université de Southampton. Sa recherche a initialement porté sur la monarchie française, avant de se concentrer sur la question des prisonniers de guerre pendant la guerre de Cent Ans. Plus récemment, il s’est intéressé à la reddition de villes et forteresses au XVe siècle. Il est notamment l’auteur de Agincourt in Context: War on Land and Sea, Londres, Routledge, 2018 (avec C. Lambert), de Prisoners of War in the Hundred Years War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 et de Le Séjour du futur Louis XI dans les pays de Philippe le Bon (1456-61), Genappe, 2002.

Frédérique Lachaud : « Jean sans Terre (1166-1216) : écrire la biographie d’un tyran médiéval. Autour d’un livre récent » (08/11)

Frédérique Lachaud, de Sorbonne Université Lettres, présentera sa communication « Jean sans Terre (1166-1216) : écrire la biographie d’un tyran médiéval. Autour d’un livre récent », le jeudi 8 novembre de 17h30 à 19h. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.


 Résumé :

“Traître à son frère Richard Coeur de Lion, incapable, face à Philippe Auguste, de conserver les terres de la dynastie Plantagenêt en France, Jean sans Terre fut également accusé d’opprimer les populations sous sa domination, et finit par coaliser contre lui les barons anglais, qui lui imposèrent, en 1215, la « Grande Charte » des libertés. Le jugement des chroniqueurs contemporains de Jean comme de la plupart des historiens modernes est sans appel, qu’il s’agisse des actions de ce roi dénoncé comme tyran, ou de sa personnalité. Sans vouloir proposer une quelconque réhabilitation de Jean, on peut malgré tout tenter de déconstruire le portrait qu’en tracèrent les chroniqueurs, et souligner l’ampleur des difficultés créées par une accession au trône difficile.”
Frédérique Lachaud, Jean sans Terre, Paris, Perrin, 2018.