Programme 2019-2020

Attention, les horaires ont changé : sauf indication contraire, les séances ont lieu le jeudi de 17h à 18h30 à la Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421.

Le programme 2019-2020 du séminaire est aussi disponible sous l’onglet “Programme 2019-2020”.

Jeudi 26 septembre : Chris Fletcher (CNRS), « Les masculinités et la difficile émergence d’une culture politique publique : Angleterre, XIIIe siècle »

Jeudi 3 octobre : Anne Curry (Southampton), « Les rôles gascons, Henri V et le traité de Troyes »

Jeudi 10 octobre : Jacinthe de Montigny (Québec – Trois Rivières), « La perception du Canada dans la presse anglaise et française au midi du XVIIIe siècle (1739-1763) »

Jeudi 17 octobre:   Cesare Cuttica (Paris 8), “Democracy in Early Modern England. A Challenge Then and a Challenge Now”

Jeudi 24 octobre : Lina Weber (St Andrews) « Political economy after Enlightenment. The case of Dugald Stewart »

Jeudi 7 novembre : Elise Smith (Warwick), à propos de son ouvrage à paraître Skulls, Nation and Empire: The Rise and Fall of British Craniology, 1800-1939 (Cambridge UP)

Jeudi 14 novembre : Pierre Purseigle (Warwick / IEA Paris Seine), “Reparation, reconstruction, and remembrance. The reconfiguration of the transatlantic alliance in the aftermath of the First World War”

Jeudi 21 novembre : Sheila Rowbotham (Manchester), “Memories of the beginnings of Women’s Liberation groups  in   Britain  in  1969”

Jeudi 28 novembre: Dr. Jackie Uí Chionna (National University of Ireland, Galway), “Family Networks in the Revolutionary Generation: The Ryans of Tomcoole, A Case Study”

Jeudi 5 décembre (salle D040): Alvin Jackson (University of Edinburgh), “Opposing Home Rule: Irish Unionists, their ideas and strategies (1886-1914)”

Jeudi 12 décembre: Jane Humphries (All Souls, Oxford), “History from Underneath: Girls and the Industrial Revolution”

Jeudi 19 décembre : Malcom Walsby (Lyon): “Made in France. La Grande Bretagne et l’industrie française du livre à la Renaissance »

Jeudi 30 janvier (salle D040) : Projection du documentaire de la BBC « A House through time » (David Olusoga, 2018), sur l’histoire d’une maison de Liverpool depuis 1840, suivie d’une brève discussion sur les sources nouvelles pour l’histoire des individus

Jeudi 6 février : David Rundle (University of Kent), “Humanism in fifteenth-century England and the Continent: vectors of travel”

Jeudi 13 février : Marion Leclair (Arras), « Quels lecteurs pour le roman radical anglais ? (1780-1850) »

Jeudi 27 février: Steven O’Connor (Sorbonne Université) : “‘This French force must be an asset and not a liability’: the British approach to coalition warfare during the Second World War”

Jeudi 5 mars : Stéphane Jettot (Sorbonne Université) : « La commercialisation des généalogies britanniques au 18e siècle »

Jeudi 12 mars: Florence Sutcliffe-Braithwaite (University College London): “”Something changed, I’m sure it did, for women; it must have”: Feminism, equality, and individualism in working-class families in Britain’s coalfields after 1945”

Jeudi 19 mars : Aude de Mézerac-Zanetti (Lille), « ‘Ceci n’est pas une Réforme’ : les changements liturgiques sous le règne d’Henri VIII »

Jeudi 26 mars: Ben Griffin (Girton College, Cambridge), “The gender order and the judicial imagination: masculinity, liberalism and governmentality in modern Britain”

Jeudi 2 avril : Sandrine Parageau (Nanterre / IUF), « ‘Que sçay-je?’ Une histoire de l’ignorance dans l’Angleterre de la première modernité »

Jeudi 23 avril: Martha McGill (Warwick) : “Ghosts and national identity in long-eighteenth-century Scotland”

Jeudi 30 avril : Marie Ruiz (Université de Picardie Jules Verne, Amiens), « Les stratégies genrées des sociétés d’émigration et des centres de formation dans l’Empire britannique »

Jeudi 7 mai: Gareth Curless (Exeter), “Labour, Decolonization and Class: Remaking Colonial Workers at the End of the British Empire”

Jeudi 14 mai : Ariane Mak (Université de Paris) : “Arrested on suspicion of spying. Mass-Observation investigators and the perils of wartime surveys”