Ophélie Siméon, “Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849)”

Ophélie Siméon, du Collège de France, présentera sa communication “Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849)” le jeudi 16 avril, de 17h30 à 19h30. Cette intervention remplace celle initialement prévue de Peter Mandler.

Maison de la Recherche de l’Université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. En raison des contrôles à l’entrée du bâtiment, il est recommandé d’imprimer cette annonce et de la présenter à l’accueil.

Podcast ci-dessous et sur le site de l’IHR:

 

Résumé:

Robert Owen (1771-1858) est connu pour avoir structuré le premier mouvement socialiste britannique (ou « owénisme ») entre 1825 et 1849. Tirant parti d’une série d’expérimentations en ingénierie sociale mises en place au sein du village ouvrier modèle de New Lanark, qu’Owen avait dirigé de 1800 à 1825, le mouvement tente de remédier aux inégalités de l’ère capitaliste et industrielle en repensant la société sur un mode communautaire, seul à même selon les owénistes d’assurer l’harmonie entre les classes et la prospérité économique, pour apporter une réponse définitive à la « question sociale ».

L’œuvre politique d’Owen fait généralement l’objet d’une lecture clivée au sein de l’historiographie. Célébré pour avoir posé les jalons du mouvement coopératif britannique dès les années 1820, il est cependant décrié pour son approche communautaire, traditionnellement rattachée au champ de l’utopie. Entre 1820 et 1849, une trentaine de communautés owénistes voient le jour des deux côtés de l’Atlantique. En proie aux dissensions internes et à d’importantes difficultés financières, elles mènent cependant le mouvement à la banqueroute.

Cet échec avéré ne saurait cependant préjuger de l’intérêt historique du mouvement owéniste en général, et de sa composante communautaire en particulier. Cette communication s’attachera à en préciser deux aspects fondamentaux. Premièrement, le fait communautaire permet de saisir les dynamiques internes au mouvement owéniste, en termes de structuration, d’institutions et de mobilisation. À une époque où les classes populaires ne possèdent pas le droit de vote, la fondation de communautés s’offre comme une forme d’engagement alternative. Ainsi, les institutions internes au mouvement (coopératives, bourses du travail, clubs municipaux connus sous le nom de Halls of Science) se conçoivent explicitement comme des lieux d’entraînement à la vie en communauté. Deuxièmement, cet idéal communautaire permet d’envisager l’apport de l’owénisme à l’histoire générale du socialisme. Le mouvement agit en effet comme une communauté d’idées et d’action pour la nébuleuse radicale de l’époque, entre socialiste chrétiens, coopérateurs et chartistes, réunis à la suite d’Owen dans un rejet de l’individualisme qui caractérise selon eux la société capitaliste. Même après le déclin de l’owénisme, l’idéal communautaire ne disparaît pas, réactivé sous une forme moins universaliste au sein du second mouvement coopératiste en Grande-Bretagne, et chez les fouriéristes américains.



Citer ce billet
Claire Delen (2015, 3 avril). Ophélie Siméon, “Robert Owen et son mouvement : Question sociale et communauté (1825-1849)” Séminaire franco-britannique d'histoire. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u13o