Marine Bellégo, « L’Empire britannique et les sciences du végétal : le cas du jardin botanique de Calcutta (XIXe siècle) » (14 oct.)

Jeudi 14  octobre à 17h : Marine Bellégo (Université de Paris), « L’Empire britannique et les sciences du végétal : le cas du jardin botanique de Calcutta (XIXe siècle) »

 

Créé à la fin du XVIIIe siècle par la East India Company, le jardin botanique de Calcutta devint au XIXe siècle un important centre d’acclimatation et de classification d’espèces végétales. Financé par l’empire britannique, alors à son apogée, dont Calcutta demeura la capitale en Inde jusqu’en 1911, le jardin contribuait à la fois économiquement et symboliquement au dispositif impérial. En même temps qu’il servait les capitalistes britanniques en favorisant l’exploitation agricole des terres colonisées, le jardin incarnait un discours historique selon lequel la colonisation était une entreprise civilisatrice. Son espace sémiotiquement dense mettait en scène la maîtrise coloniale de la nature. Les plantes, spécimens et publications qu’il produisait alimentaient le fonctionnement à la fois matériel et discursif d’un pouvoir qui se disait mondial, fécond et scientifique. Cependant, tout comme l’empire qu’il servait et représentait, le jardin était dysfonctionnel par bien des aspects. À partir de sources variées, le livre “Enraciner l’Empire”, à paraître en décembre 2021 élabore une histoire spatiale, matérielle et sociale de cette institution qui permet d’ouvrir de nouvelles perspectives sur le fait impérial en Inde à la fin du XIXe siècle.

Marine Bellégo est maîtresse de conférences à l’Université de Paris et membre du LARCA.

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e, Salle D421, de 17h à 18h30 (La séance aura lieu en présentiel uniquement. Un enregistrement sera diffusé ultérieurement sur la chaine youtube du séminaire ).



Citer ce billet
fbensimon (2021, 8 octobre). Marine Bellégo, « L’Empire britannique et les sciences du végétal : le cas du jardin botanique de Calcutta (XIXe siècle) » (14 oct.). Séminaire franco-britannique d'histoire. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u17o