LPPR

Le séminaire franco-britannique d’histoire et la LPPR

 Comme de nombreux séminaires l’ont déjà fait, les animateurs du séminaire franco-britannique d’histoire expriment leur indignation face à la future Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR). L’évolution actuelle du système universitaire est lourde de menaces. Les crédits sont en baisse, les postes moins nombreux, les horizons s’assombrissent pour les doctorants, auxquels les évolutions programmées sont celles d’années de précarité. La recherche doit maintenant être pensée par projets, remettant en cause le temps long dont nous avons besoin pour définir nos objets d’étude et les travailler en profondeur. En histoire comme dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, nous avons besoin d’emplois stables et pérennes pour une recherche de qualité.

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, les yeux rivés sur les évaluations internationales du type classement de Shanghai, a pour modèle le système universitaire en vigueur aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. Nous connaissons celui-ci, par notre fréquentation des historiens d’outre-Manche, qui n’en sont pas heureux. Après avoir perdu le statut de titulaire (tenure) en 1988, ils ont été soumis à des procédures d’évaluation systématiques, voire absurdes. La recherche est aujourd’hui rythmée par ces procédures, mobilisant le temps des universitaires pour toute une bureaucratie, aux dépens de la qualité de leur recherche. Les licenciements se sont multipliés et la précarité est devenue la norme. La mise en concurrence effrénée entre établissements a encore creusé les inégalités entre des universités anciennes et prestigieuses (Oxbridge, Russell Group) et leurs parents pauvres, obligés de fermer des formations et des départements.

Les universitaires britanniques ont récemment mené plusieurs grèves récentes de grande ampleur contre la baisse programmée de leur pension de retraite, selon un système dont le fonctionnement à base d’épargne salariale ferait saliver nos ministres.

Quant aux étudiantes et aux étudiants, cette évolution vers un véritable marché de l’enseignement supérieur, présentée comme une panacée qui bénéficierait au client, a au contraire été désastreuse pour eux. Les droits d’inscription, encore nuls avant 1998, atteignent maintenant jusqu’à 9 250 livres (10 900 euros) par année, obligeant la majorité des étudiants à s’endetter pour de longues années. Une sélection drastique est en vigueur à l’entrée des meilleurs établissements, où l’entre soi social est de rigueur.

C’est pourquoi les animateurs du séminaire franco-britannique d’histoire s’inscrivent en faux contre la LPPR et se déclarent partie prenante des mobilisations en cours.

4 février 2020


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anh-Dao Bui Tran (6 février 2020). LPPR. Séminaire franco-britannique d'histoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u16q