Zara Anishanslin : « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer » (12/10)

Zara Anishanslin, de University of Delaware, présentera sa communication « Designing the Botanical Landscape of Empire: Anna Maria Garthwaite (1688-1763), Silk Designer », le jeudi 12 octobre 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutante : Ariane Fennetaux (Université Paris Diderot)

Résumé :

« Enigmatic Anna Maria Garthwaite (1688-1763) was one of early modern Britain’s few women silk designers. She also was one of its most prolific. A clergyman’s daughter with family connections to the Royal Society of London and Chelsea Physic Garden, she had intimate ties to global natural history networks that found aesthetic expression in her design work. Garthwaite used her designs to create new hybrid English landscapes that blended native flora with exotic imported botanicals, including plants from Africa, North America, and the Caribbean. Her popular designs both mirrored the larger cultural fascination with things botanical and helped foster the craze for wearing botanical landscapes in silk around the British Empire. Objects that embodied important intersections between fashion and science, her textile designs carried the same eighteenth-century fascination with flowers and botanicals eagerly embraced by men in global natural history networks. This paper looks at women who made and wore silk on both sides of the Atlantic to explore how Garthwaite helped design the botanical landscape of empire. »

Zara Anishanslin specializes in Early Atlantic World History, with a focus on eighteenth-century material culture. Since 2016, she has been Assistant Professor of History and Art History at the University of Delaware where she is working on a new research project on the American Revolution. Anishanslin holds a PhD in the History of American Civilization from the University of Delaware, and held postdoctoral fellowships at Johns Hopkins University and the New York Historical Society. Her book Portrait of a Woman in Silk: Hidden Histories of the British Atlantic World (Yale University Press, 2016) examines the worlds of four identifiable people who produced, wore, and represented silk: a London weaver, one of early modern Britain’s few women silk designers, a Philadelphia merchant’s wife, and a New England painter.

Cette séance est financée par le LARCA (Paris Diderot) et l’IUF (Projet « L’Europe des objets », Anne-Marie Miller-Blaise)

Contact : Sandrine Parageau (sparageau@parisnanterre.fr)

Programme 2017-2018

Le programme 2017-2018 est en ligne, disponible dans l’onglet Programme 2017-2018 ou en cliquant sur le lien ci-dessous. Les séances ont lieu, sauf indication contraire, le jeudi de 17h30 à 19h30 à la Maison de la Recherche de l’université Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006), salle D421.

La première séance aura lieu le 5 octobre 2017.

ProgrammeSFB20172018

Professor David Carpenter: « Magna Carta: New Ideas and Discoveries »

Le mercredi 10 mai 2017, de 14h à 16h, Professor David Carpenter (King’s College London) présentera sa communication « Magna Carta: New Ideas and Discoveries » dans le cadre du séminaire de Dominique Barthélémy à l’EPHE.

Accès : bâtiment Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne 75005, salle H627

Information : Frédérique Lachaud,frederique.lachaud@univ-lorraine.fr

Stephen Clucas : “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.”

Stephen Clucas, de Birkbeck College (Université de Londres), présentera sa communication “Early philosophical critiques of Thomas Hobbes’s De corpore: Ward and Moranus.” le jeudi 11 mai 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

La séance sera suivie d’un pot amical de fin d’année dans le hall du 3ème étage (Serpente), de 19h à 20h.

Résumé :
« In 1656, both Seth Ward (Savilian Professor of Astronomy at Oxford) and the Flemish philosopher Moranus published attacks on the natural philosophy of Thomas Hobbes. Ward’s In Thomae Hobbii Philosophiam Exercitatio Epistolica (Oxford, 1656) and Moranus’s Animadversiones in Elementorum Philosophiae (Brussels, 1655) attack Hobbes on a number of fronts. In this paper I will be focusing specifically on their very different critiques of Hobbes’s experiments in book XXVI of De corpore concerning the vacuum (or the lack thereof). While Ward attacks Hobbes primarily in terms of logical and hydraulic arguments, Moranus focuses instead on refuting Hobbes’s matter theory, using late scholastic ideas about the behaviour of minima naturalia in fluid substances. Ward accuses Hobbes of using a “vacuous argument to expel the vacuum from the world”, and believed that since Hobbes made the absence of vacuum the “sole foundation” of his natural philosophy “once it has been overturned the whole thing will collapse”. Whilst Hobbes’ later arguments about pneumatic experiments are (thanks to Shapin and Schaffer) well known, these two early critiques give us two very different philosophical perspectives on Hobbes’s theories. »

Discutante: Myriam-Isabelle Ducrocq (Université Paris Nanterre)

Contact: Sandrine Parageau (sparageau@u-paris10.fr)

Anne Dunan-Page : « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » (27/04)

Anne Dunan-Page, de l’université Aix-Marseille, présentera sa communication « Les archives dissidentes des 17e et 18e siècles : pour une histoire de la religion vécue  » le jeudi 27 avril 2017, de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Discutants : Pierre Lurbe (Paris IV-Sorbonne) et Rémy Bethmont (Paris VIII).

Résumé :

« Le concept de « religion vécue » (lived religion), issu de la sociologie des religions, a été notamment popularisé aux États-Unis au milieu des années 80 par Robert Orsi et The Madonna of 115th Street, étude de la communauté catholique italienne à Harlem, demeure un ouvrage essentiel. Des tentatives de définition d’un concept parfois jugé trop vague pour être opérationnel se sont alors multipliées, mettant l’accent sur les phénomènes de création et d’imagination qui entrent en tension avec les dogmes et les institutions religieuses, phénomènes liés à des « expériences » du vécu. Comme d’autres transdisciplines, la religion vécue, qui convoque des méthodes issues de la sociologie, de l’ethnologie, de la psychologie, de l’histoire, de la théologie pastorale, des études de genre, est aujourd’hui en voie d’institutionnalisation, tandis que se multiplient les analyses des sociétés multi-confessionnelles.

Le but de ce séminaire est de préciser pourquoi il nous paraît pertinent de convoquer ce concept pour une étude du protestantisme en Grande-Bretagne au XVIIe siècle – en particulier la transmission du vécu religieux chez les groupes minoritaires – en examinant en quoi il diffère de l’étude de la religion populaire et d’une simple opposition à la religion « légale ».

L’application de la religion vécue à l’époque moderne se pose en effet aujourd’hui, non seulement aux États-Unis, grâce aux travaux de David D. Hall, mais aussi en Europe, dans le contexte de la longue Réforme (Laurence Croq et David Garrioch [dir.], La Religion vécue. Les laïcs dans l’Europe moderne, 2013 ; Sari Katajala-Peltomaa et Raisa Maria Toivo [eds], Lived Religion and the Long Reformation in Northern Europe, 2016). Le développement actuel des études archivistiques sur les dissidents britanniques, essentiellement sous les derniers Stuarts, fait partie de cette tendance. L’étude des archives permet de mieux appréhender la tension entre les pratiques individuelles et les pratiques de groupe, la question de la discipline ecclésiastique comme facteur de cohésion communautaire, les relations entre les différentes confessions, et la façon dont l’étude des textes et de la narrativité peut s’intégrer à une histoire du vécu religieux. »

Anne Dunan-Page est Professeur de littérature et de civilisation britanniques à Aix-Marseille Université où elle dirige le Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (E.A 853). Son prochain ouvrage, L’Expérience puritaine. Vies et récits de dissidents (XVIIe-XVIIIe siècles) paraîtra à l’été 2017 aux Éditions du Cerf.

Stéphane Haffemayer, »Samuel Hartlib et l’Angleterre des années 1640-1650, un intellectuel au service de la révolution » (23/03)

Stéphane Haffemayer de l’Université de Caen présentera sa communication « Samuel Hartlib et l’Angleterre des années 1640-1650, un intellectuel au service de la révolution » le jeudi 23 mars de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Publications récentes : Daniel Foliard (Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921, 2017), Deirdre Gilfedder (L’Australie et la Grande Guerre, 2015), Aurélien Ruellet (La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle , 2016)

La séance du 9 mars réunira, de 17h30 à 19h30, trois auteurs qui présenteront leurs ouvrages récents. Nous rencontrerons Daniel Foliard  (Université Paris X – Nanterre) qui parlera de son livre Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (University of Chicago Press, 2017), Deirdre Gilfedder (Université Paris IX – Dauphine) qui présentera L’Australie et la Grande Guerre (Houdiard, 2015) et Aurélien Ruellet (Université du Maine) qui présentera La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle (Presses Universitaires de Rennes, 2016).

Daniel Foliard
While the twentieth century’s conflicting visions and exploitation of the Middle East are well documented, the origins of the concept of the Middle East itself have been largely ignored. With Dislocating the Orient, Daniel Foliard tells the story of how the land was brought into being, exploring how maps, knowledge, and blind ignorance all participated in the construction of this imagined region. Foliard vividly illustrates how the British first defined the Middle East as a geopolitical and cartographic region in the nineteenth and early twentieth centuries through their imperial maps. Until then, the region had never been clearly distinguished from “the East” or “the Orient.” In the course of their colonial activities, however, the British began to conceive of the Middle East as a separate and distinct part of the world, with consequences that continue to be felt today. As they reimagined boundaries, the British produced, disputed, and finally dramatically transformed the geography of the area—both culturally and physically—over the course of their colonial era. Using a wide variety of primary texts and historical maps to show how the idea of the Middle East came into being, Dislocating the Orient will interest historians of the Middle East, the British empire, cultural geography, and cartography.

Deirdre Gilfedder
En 1915 Winston Churchill présente un projet à Whitehall à Londres qui consiste à créer un nouveau front dans la Méditerranée et d’attaquer l’empire Ottoman sur la péninsule de Gallipoli au détroit des Dardanelles en Turquie. Le plan est controversé, mais les dirigeants britanniques décident enfin d’envoyer des troupes de terre le matin du 25 avril. Pour mener cette attaque périlleuse, on fait appel aux soldats du corps ANZAC, Australian and NZ Army Corps. Cependant, l’armée turque s’était préparée à l’attaque en installant dans le secteur les forces commandées par le Lieutenant-Colonel Mustafa Kemal Bey. Le 25 avril 1915, les troupes de l’ANZAC débarquent, juste avant l’aube, sur une plage surveillée par les bataillons de la 27e division turque… La bataille de Gallipoli est une défaite désastreuse pour les Alliés, mais lorsque les nouvelles de l’entrée en guerre des Australiens et des Néo-Zélandais arrivent au pays, l’attaque est fêtée comme la preuve de l’héroïsme des troupes coloniales. En Australie, certaines vont jusqu’à baptiser l’événement, « la Naissance de la Nation » et chaque 25 avril, des milliers d’Australiens se lèvent à l’aube pour se souvenir des Anzacs… Ce livre raconte le rôle joué par l’Australie dans la Grande Guerre, en Turquie et en France et Belgique, et la création du rite de commémoration d’Anzac Day dans ce pays qui a perdu le plus grand nombre d’hommes relativement à sa population. Le livre s’interroge sur l’invention du nationalisme australien lié à cette guerre et son destin dans une Australie contemporaine qui n’est plus très britannique…

Aurélien Ruellet
En revenant sur les carrières de dizaines de savants et techniciens français et anglais du XVIIe siècle, cet ouvrage éclaire des aspects méconnus de la formation de l’État moderne et de l’émergence de la science expérimentale. L’enquête montre que loin de l’image classique du mécénat aristocratique et royal, le patronage dont bénéficiaient ces scientifiques revêtait bien des aspects et mobilisait de nombreux mécènes au petit pied, dans l’administration monarchique et ailleurs.

Mark Towsey : « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » (02/03)

Mark Towsey de University of Liverpool, présentera sa communication « ‘History is the Favourite Reading’: Manuscript notes and readers’ uses of the past in eighteenth-century Britain. » le jeudi 2 mars 2017 de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.
Résumé :
« Mark Towsey will talk about his forthcoming book, Reading History in Eighteenth-Century Britain and America, which aims to explain why historical books by Hume, Robertson, Gibbon and others were so widely read in the second half of the eighteenth century. The paper examines readers’ responses to these texts, revealing how they were used by readers in various contexts to help cope with a rapidly changing world marked by revolution, reform and the expansion of empire. Dr Towsey is a Reader in History at the University of Liverpool, and has published very widely on the history of reading and the history of libraries in the long eighteenth century. He recently held a coveted Mid-Career Fellowship from the British Academy, and was the Bibliographical Society of America’s Katharine Pantzer Senior Research Fellowship in Bibliography and the British Book Trade in 2015. »

Andrew Thompson: « Unravelling the Relationships between Humanitarianism, Human Rights and Decolonisation: Time for a Radical Rethink? » (09/02)

Andrew Thompson, de University of Exeter, présentera sa communication « Unravelling the Relationships between Humanitarianism, Human Rights and Decolonisation: Time for a Radical Rethink? » le jeudi 9 février de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :

« Humanitarianism, human rights and decolonisation: each, in their own right, have generated a substantial corpus of scholarship. As fields of historical enquiry humanitarianism and human rights have lately emerged. Decolonisation is an older historiography, which although stuck for some time in the doldrums, is now being revitalised. Decolonisation and humanitarianism have spun largely in their own orbits: one can read entire histories of decolonisation without coming across any reference to humanitarianism and vice-versa. The relationship between decolonisation and human rights has attracted more attention, yet with sharply contrasting views of the extent and consequences of their connection.

This paper will seek to unravel the relationships between three major historical phenomena, the encounter between which remains strangely obscure. The argument is that after 1945 humanitarianism, human rights and decolonisation were so closely entangled that their histories not only illuminate each other but are barely comprehensible when studied in isolation. The paper as a whole is framed around a critical dialectic that lay at the very heart of decolonisation, namely, on the one hand, how humanitarianism and human rights were shaped by the geopolitical regime that was in place at the end of empire, and that served the interests of Europe’s colonial powers, and, on the other, the effects of humanitarianism and human rights upon that geopolitical regime.

We will see how, at the intersection of decolonisation, the Cold War and post-war globalisation, a new generation of humanitarian and human rights groups found themselves assuming a much larger and in many ways unforeseen role in world affairs. Humanitarians and human rights activists hoped to change face of a decolonising world, but that decolonising world in turn profoundly affected what they were able to do and what they eventually became. »

Discutante : Mélanie Torrent (Université Paris Diderot)

Simon Macdonald: « The policing of British and Irish subjects in Paris during the revolutionary Terror » (02/02)

Emily Baughan : « International adoption and Anglo-American Internationalism c1918-1945 » (15/12)

Emily Baughan, de l’université de Bristol, présentera sa communication « International adoption and Anglo-American Internationalism c1918-1945 » le jeudi 15 décembre de 17h30 à 19h30. Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, salle D421.

Résumé :
« The plight of children became symbolic of the disintegration of European society during the First World War and the conflagrations that bookended it: the Armenian Genocide and the Russian Civil War. Breaking free from the laws of war presumed to undergird conflict in ‘civilised’ European societies, the violence of the early-twentieth century directly targeted civilians. In this context, children’s suffering took on a broader symbolic meaning, and ‘rescued’ children became a powerful metaphor for European reconstruction and hopes for a peaceful, prosperous future. Children – the workers and citizens of tomorrow – were essential for the future prosperity of their own nations, and, by extension, for the mutual security of the international order.  This article examines the centrality of children to the ‘new internationalism’ of the years following the First World War, as expressed by a host of prominent British and American humanitarian organisations. While international adoption and child sponsorship programmes seem, on the surface, to exemplify the spirit of progressive internationalism, this paper argues that they typified the often-regressive vision of interwar relief work. By helping children, humanitarian organisations sought to reinscribe older class-based and ethnic orderings of society in a chaotic post-war world. Child welfare programmes reveal the essentially conservative basis of Anglo-American internationalism in the interwar era. The ‘new world order’ that internationalist humanitarians sought to create was not new at all.

« L’Angleterre et la Normandie au Moyen Âge » – Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen), Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine), 08/12

Aude Painchault (docteur de l’Université de Rouen) : « Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire »

Elisa Mantienne (doctorante de l’Université de Lorraine) : « Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans »

Résumés :
Aude Painchault
Les châteaux normands chez Orderic Vital : essai d’analyse pluridisciplinaire
À travers l’étude comparative du vocabulaire castral utilisé par Orderic Vital, historien du XIIe siècle, dans son Historia Ecclesiastica, et de son pendant archéologique, il s’agit à la fois de confirmer l’importance des études pluridisciplinaires pour la compréhension de l’Histoire et de valoriser un pan de la documentation historique, la littérature narrative, en tant que source véritable d’information. La confrontation entre les descriptions, le choix des mots et les vestiges des châteaux concernés servira à prendre la mesure des qualités de descripteur du moine et des possibilités qu’un tel travail ouvre notamment dans le domaine de l’archéologie.`
Elisa Mantienne
Les prétentions anglaises sur la Normandie dans les productions du monastère de Saint-Albans
Malgré quelques références au titre de duc de Normandie revendiqué par le roi Henri V, les moines de Saint-Albans restent généralement discrets quant aux revendications anglaises sur le duché abandonné à la France en 1259. Partant de ce constat, la communication se propose d’étudier le statut de la Normandie dans les productions de ce grand centre historiographique entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle, alors qu’aux tentatives d’Édouard III et Richard II pour récupérer cet espace succèdent les campagnes victorieuses d’Henri V. Ce contexte militaire et diplomatique n’est pas toujours relayé
par les moines et ne peut expliquer à lui seul les nombreuses références à la Normandie. On peut lire en effet ces dernières comme des traces de l’insertion du monastère dans des réseaux culturels monastiques mais aussi laïcs.

Discutante : Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Autour d’E.P. Thompson – Christophe Jaquet, Philippe Minard, Jean Boutier, Arundhati Virmani (01/12)

Lors de cette séance, un portrait d’Edward Palmer Thompson, historien aussi militant qu’atypique, sera suivi par une introduction à chacun de ses deux ouvrages récemment traduits en français.  Comment lire E.P. Thompson aujourd’hui ? Quelle est l’actualité de sa pensée et de son oeuvre ? Voilà les questions auxquelles le public sera invité à réfléchir.
Nous accueillerons Christophe Jaquet et Philippe Minard (Université Paris 8 / EHESS), traducteurs de La guerre des forêts (La Découverte, 2014), ainsi que Jean Boutier (EHESS) et Arundhati Virmani (EHESS), traducteurs de Les usages de la coutume (Editions de l’EHESS, 2015).

Discutante : Ophélie Siméon (Université Sorbonne Nouvelle –Paris III)

Autour de John Stuart Mill – Malik Bozzo-Rey, Jean-Pierre Cléro, Claire Wrobel, Michel Lemosse, Alain Laurent (24/11)

La séance portera sur John Stuart Mill et réunira plusieurs intervenants. Nous accueillerons Malik Bozzo-Rey (Université Catholique de Lille), Jean-Pierre Cléro (Université de Rouen) et Claire Wrobel (Université Paris II Panthéon-Assas), traducteurs de Considérations sur le gouvernement représentatif (Hermann, 2014), ainsi que Michel Lemosse (Nice), traducteur de Sur le socialisme (Les Belles Lettres,2016) et le préfacier Alain Laurent, philosophe, essayiste et directeur de collections aux Editions des Belles Lettres.

Résumé :

« Les Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill en perspective
Afin de présenter la traduction collective faite des Considérations sur le gouvernement représentatif de J.S. Mill, les questions suivantes seront abordées en premier lieu : pourquoi re-traduire ce texte, qui a déjà fait l’objet d’une traduction en français au XIXe siècle et d’une autre plus récente ? Comment s’effectuent la réflexion et les choix dans une traduction faisant intervenir des spécialistes de champs différents (en l’occurrence deux philosophes et une angliciste) ?
On s’intéressera ensuite plus particulièrement aux notes historiques ajoutées à la traduction, qui permettent d’ancrer le texte dans la culture de J.S. Mill mais aussi dans l’actualité immédiate de la réforme parlementaire en Angleterre et, au-delà, dans la réalité des systèmes politiques contemporains de Mill à l’échelle internationale.
Enfin, on abordera brièvement les thèses présentées par Mill pour situer sa pensée dans la tradition utilitariste, souligner les surprises que peut occasionner la lecture des Considérations et essayer de mettre en avant l’intérêt de ce texte pour le lecteur contemporain, en essayant d’éviter les projections anachroniques. »
Claire Wrobel et al.

Emmanuelle de Champs : « Les ressources numériques pour l’histoire britannique des XVIIIe et XIXe siècles » (03/11)

Emmanuelle de Champs, de l’université de Cergy-Pontoise, présentera sa communication « Les ressources numériques pour l’histoire britannique des XVIIIe et XIXe siècles ». Cette séance de méthodologie est destinée principalement aux étudiants.
Résumé:
Internet a modifié la méthodologie de la recherche historique. Ce séminaire s’attachera à montrer comment l’accès aux sources en histoire britannique et leurs usages ont été renouvelés: recherche bibliographique, recherche sur les individus, numérisation de la presse, des archives et des publications, bases de données, etc. Destiné aux jeunes chercheurs (Master 1 et 2, début de doctorat), il présentera des ressources incontournables et s’interrogera sur les évolutions des pratiques de recherche. les participants seront invités à présenter des sites qu’ils pensent être utiles aux chercheurs de la discipline.